Récit #50 – La piscine – Partie 10 – Le sauna

Cette histoire est la partie 9 de la série « La piscine ».  Il est fortement suggéré de lire les autres parties avant de lire celle-ci.

Résumé sur cette page.

LIRE LES ÉPISODES PRÉCÉDENTS: 1   2   3   4  5  6   8 9

Quand nous pénétrons dans le sauna, nous constatons d’un bref coup d’œil que nous sommes seuls à l’intérieur de celui-ci.  En fait, c’est un petit sauna, il est peu large et constitué de deux séries de banc à deux étages, un face à l’autre.  Sa conception en bois donne au lieu un air rustique.  Comme il est de coutume dans ce genre de lieu, il fait sombre à l’intérieur : des lumières tamisées permettent tout de même de voir à travers la pénombre, ce qui donne une atmosphère sensuelle au lieu, malgré la chaleur étouffante qui marque l’air ambiant.

  • On va s’assoir tous les trois du même côté, au moins ! dit Sarah en prenant le leadership du trio, tout en pointant du doigt le banc du côté droit.

Nous entrons habillés seulement de nos maillots de bain, c’est juste avant d’entrer dans le sauna que nous avons pu laisser nos robes de chambre.   C’est Sarah la première qui s’assoit, ce qui me laisse au passage la possibilité de reluquer son popotin, ce dont je ne me prive pas. Je suis prends ensuite place et Geneviève s’assoit à ma gauche. Il a beau faire une température étouffante dans ce sauna, nous sommes les trois assis du même côté, quasiment un collés les uns sur les autres.

  • C’est relaxant comme endroit… dis-je, encore secoué de la scène du spa qui venait de se produire quelques minutes plus tôt.

 

  • Oui, une chance qu’on sue beaucoup parce que je suis encore collante de ton sperme, dit Sarah. J’enlève ça par contre, on n’a pas besoin ici !

Vous aurez compris que Sarah désigne avec ces mots son maillot et qu’elle se trouve, en moins de deux, en tenue d’Ève.   Gen l’imite, de manière à ce que les deux laissent voir leurs seins dans ce sauna dont l’atmosphère chaude est étouffante.  Par moment, une vague de vapeur réchauffe la pièce, ce qui nous fait suer abondamment tous les trois, nous donnant en moins de deux l’apparence de nageurs sortant d’une piscine.  La scène peut vous sembler banale, mais je n’arrive pas à m’habituer à voir deux paires de seins si proche, même si une de ces paires est en fait celle de Gen.

  • Ben là, tu vas toujours bien pas rester le seul habillé ici ! me dit Sarah d’un ton moqueur.

L’invective vient de Sarah qui pointe du menton mon maillot.  Je ne prends même pas la peine de répondre, et je suis sa recommandation et me retrouve moi aussi nu comme un ver avec les deux coquines.   Sarah remarque alors mon semi-bandage.

  • ‘Cou donc, c’était pas assez tantôt !? dit-elle en riant. Moi, c’est assez je reste tranquille !

Je suis quelque peu déçu de ses paroles, mais je me console en me disant que j’ai quand même pu profiter du spectacle tout à l’heure et de l’aide de sa main.  Résigné à être sage, je me recule alors pour m’adosser sur la banquette en bois, un geste que les deux filles imitent quelques secondes après, se rendant bien compte que c’est plus confortable ainsi    C’est à ce moment que ce que diminue l’intensité de la chaleur de la pièce, celle-ci ayant probablement atteint la température maximale autorisée.

Gen et Sarah semblent épuisées.  Je me rends bien compte, malgré la pénombre, qu’elles semblent s’assoupir, ou du moins relaxer et profiter du moment présent.  Après tout, c’est un centre de relaxation ! J’en profite moi aussi, mais pour les reluquer plutôt que véritablement relaxer.

Geneviève est évachée à ma gauche.  Ses mains sont derrière la tête, de manière à se faire un coussin pour la nuque, ce qui laisse à quiconque regarde une superbe vue sur ses seins.  Paradoxalement, ses pointes se trouvent durcies, certainement pas parce qu’il fait froid si j’en juge la sueur ruisselant sur ceux-ci.  Ses jambes sont relevées quelque peu et ses pieds ramenés vers les fesses de manière à ce qu’elles ne se trouvent pas dans le vide.  Sarah est à peu près dans la même position, à ma droite.  Sa plus volumineuse poitrine n’en est pas moins délicieuse à regarder. Un peu perdu dans mes pensées, je profite de leur inattention pour toucher ma verge qui démontre toujours des signes de vigueur. Est-ce la situation, le lieu ou la beauté de leurs corps ? Je ne saurais l’expliquer, mais me voilà de nouveau bie tendu et prêt à me masturber.  Et pourquoi pas, me dis-je !

Je vérifie d’abord si les deux filles semblent regarder et je suis bien certain que leurs yeux sont fermés.  J’entame alors un lent mouvement de va-et-vient de ma main droite sur mon pénis bien durci et je me surprends à jeter un coup d’œil autant à droite qu’à ma gauche.  La pensée de la pipe dont m’a gratifié Sarah l’autre soir dans le noir m’emporte et j’accélère mon mouvement masturbatoire qui devient de moins en moins discret.  C’est toutefois elle qui me ramène à la réalité en se redressant en sursaut.

  • Fuck, j’ai oublié ma bouteille d’eau à côté d’où j’avais déposé ma serviette ! Je vais chercher ça !  J’ai vraiment soif en plus !

Sarah se lève alors rapidement pour se diriger vers la porte.  Je la vois à travers la vitre de celle-ci enfiler sa robe de chambre et vraisemblablement quitter le sauna pour aller récupérer son eau, ce qui nous laisse Geneviève et moi seuls dans cette position.   Que dois-je faire ? Dois-je continuer ?  Un coup parti, vous conviendrez avec moi qu’il est difficile d’arrêter !  Je prends la décision alors de continuer à me masturber, malgré l’étrangeté de la situation.  Après tout, Geneviève m’a clairement vu faire plus d’une fois, elle a même reçu une partie de ma semence par accident tout-à-l ’heure dans le spa

Mon malaise et ma gêne monte d’un cran lorsque je me retourne et me rends compte que Gen ne dort plus et a les yeux posés directement en ma direction.

  • Sarah est où ? demande-t-elle.

 

  • Partie chercher sa bouteille d’eau, dis-je en poursuivant ma caresse.

Je reprends mes esprits et ma phrase en cessant de me masturber.

  • Elle l’a oublié sur le bord du bassin tantôt…

 

  • Pourquoi t’arrêtes ? Continue ce que tu faisais…

 

  • Vraiment ?

J’ai droit à un hochement de tête en guise de réponse et à un sourire timide de sa part.  Je reprends donc tout doucement la caresse de mon engin sous le regard attentif de Geneviève à quelques centimètres de moi ne perd pas un mouvement.  L’éclairage a beau faire défaut, elle voit parfaitement ma verge de six pouces bien tendue.

  • Toi aussi tu peux te …

Je n’ai pas besoin de finir ma phrase que la main de Geneviève s’est trouvée dans son entrejambe.  Elle n’attend pas ma permission et entame elle aussi de se donner du plaisir. Nous sommes à nous adonner à cette étrange activité au moment où nous entendons ouvrir la porte du sauna.  Nous ne prêtons pas attention, concentrés que nous sommes à nous masturber chacun de notre côté : nous sommes convaincus que c’est Sarah qui est de retour après avoir récupéré sa bouteille d’eau.  C’est plutôt une voix masculine que nous entendons discuter avec une autre femme qui pouffe de rire ensuite après la remarque de son copain.  Nous sommes pris sur le fait.

D’un geste brusque, nous reprenons contact avec la réalité et nous apercevons le couple qui vient s’assoir juste face à nous.  La femme, environ dans la mi-trentaine, est une jolie brunette mince.  Sa poitrine, cachée par un bikini jaune fluo, se situe quelque part entre celle de Sarah et Gen au niveau du format.  Son copain, quant à lui, prend place à sa gauche.  Il doit faire environ quarante ans si j’en juge son visage, mais sa silhouette sportive lui donne un air plus jeune.

Gen tente tant bien que mal de couvrir ses seins et son entre-jambe de ses mains et ses bras, , alors qu’il est plus facile pour moi de cacher mon pénis. D’un sourire complice, l’homme me reparle :

  • Elle est vraiment belle ta blonde ! Elle est bien faite et elle a de beaux tatouages… et ses seins !! C’est en plein mon style et celui de ma femme.  Si ça vous dérange pas, on va vous regarder….

 

  • C’est pas ma blonde ! dis-je, c’est ma …

C’est en prononçant ces mots que je comprends l’énormité de ce que j’allais dire.  Heureusement, l’homme me coupe la parole.

  • C’est pas grave même si c’est pas ta blonde… on peut regarder pareil ?

Je cherche du côté de Geneviève une approbation que je reçois avec le+ même timide sourire que tout à l’heure et du même hochement de tête.  C’est moi le premier qui cesse abandonne toute pudeur en reprenant là où j’avais laissé, Geneviève emboîtant le pas à l’instant où j’ai repris ma masturbation.

  • Ça vous dérange pas si on se mets à l’aise nous aussi ? On va juste vous regarder et faire la même chose…

C’est Gen qui répond à la femme qui lui a lancé cette demande en lui disant que ça nous ferait plaisir.  Les deux inconnus se trouvent alors dans la même tenue que moi et Geneviève en moins de deux.  Difficile d’évaluer la taille de l’engin de l’homme à cette distance, mais je devine qu’il plait à Geneviève par la vigueur qu’elle met à faire rouler ses doigts sur son clitoris tendu.

L’homme, assis face à moi, imite mon mouvement de masturbation et semble suivre mon rythme.  La femme, quant à elle, prend un peu plus de temps à être à son aise, se contentant d’abord de glisser sa main droite entre ses cuisses refermées, alors que sa main gauche prend la relève de celle de son homme et le masturbe.  Elle ouvre peu à peu les cuisses au fur et à mesure que les minutes passent et que son niveau d’excitation augmente.

Alors que nous avons enfin une vue sur la femme qui a les jambes bien écartées, Gen s’approche de moi et colle son épaule à la mienne pour me murmurer à l’oreille, alors qu’elle aussi poursuit sa séance de frottage :

  • Ça m’excite, je suis toute trempe !
  • Moi aussi, ça m’excite !
  • Je vois bien ça… on dirait que tu es dur comme de la roche !

 

  • Crois-moi elle est dure !

Face à nous, le couple passe à la vitesse supérieure.  L’inconnue masturbe frénétiquement son copain d’un geste qu’elle doit répéter souvent si je me fie à la facilité avec laquelle elle réalise le mouvement.  Il apprécie visiblement le geste, tout en jetant un regard soutenu vers Geneviève qui lui offre toujours une vue complète sur sa chatte.  Excité par la situation, l’homme pousse la tête de sa copine vers son pénis afin qu’elle le porte à sa bouche, ce qu’elle fait sans résistance aucune

Geneviève apprécie le spectacle et me le prouve en plaçant sa main droite sur ma cuisse gauche et en serrant celle-ci, un peu comme elle l’a fait peu de temps auparavant quand elle se faisait doigter par Sarah dans l’eau.  Son excitation est extrême, tout comme la mienne, et poursuit à mon oreille :

  • Moi aussi, j’aime ça faire des pipes, me dit-elle, toujours aussi collée à moi. Tous les hommes aiment la sensation de mon piercing sur leur queue.

Mon cerveau, bien qu’excité à fond par la situation, prend tout le même le temps d’analyser cette réplique.  Loin de m’arrêter, elle contribue à pousser plus loin mon état.  Face à nous, l’homme tient la tête de sa copine afin qu’elle prenne bien la totalité de son membre en bouche.  J’ai droit à une séance de gorge profonde en direct devant moi.

  • Ta blonde te fait rien ? demande l’homme, d’un ton qui ne laisse planer aucun doute sur le fait qu’il jouira bientôt

C’est à mon tour de m’approcher de l’oreille de Geneviève pour lui murmurer quelque-chose à l’oreille

  • Je vais venir à l’instant…

Comme s’il avait deviné ce que j’ai dit à Gen à l’oreille, l’homme face à nous pousse un long soupir de soulagement, Il jouit et on peut même compter le nombre de jets qu’il pousse dans la bouche de sa copine avec le nombre de coups de bassin qu’il donne.  Gen, à mon oreille, me murmure :

  • Vas-y, laisse-toi aller toi aussi, dit-elle en haletant, profitant elle aussi de son orgasme imminent.

D’un geste inattendu, sa main délasse ma cuisse pour enrouler sa main autour de ma queue qu’elle masturbe rapidement, comme pour s’assurer que j’arrive bien à mes fins.  Je suis trop excité pour les questions d’ordre moral et je prends sur moi de profiter du moment présent pour moi aussi laisser sortir ma semence de longs jets qu’elle dirige vers ses seins en tenant ma queue vers elle

Le couple, ne comprenant rien de la situation, nous quitte en nous remerciant avec un sourire coquin.  Geneviève et moi restons plantés là.

C’est à ce moment qu’entre Sarah, nous apercevant tous les deux satisfaits de l’orgasme, mais quelque peu honteux, Geneviève encore souillée de ma semence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s