Récit #72 – Un petit air de déjà-vu

Nous sommes vendredi, il est 19h, je suis seule à la maison. J’en suis à me demander quoi faire pour remplir ma soirée, pour ne pas avoir l’impression de perdre mon temps. Après une longue réflexion, je décide que je vais sortir prendre un verre, je suis seule, je n’ai rien à faire alors aussi bien tenter de me rendre là où je risque de faire des rencontres intéressantes !

Quand on va à la pêche, il faut un bon appât… Une bonne douche, un doux parfum qui embaume l’appartement, un maquillage d’occasion et me voilà prête pour affronter le MONDE! Vivant dans un petit patelin, les endroits pour prendre un verre en espérant faire de belles rencontres sont plutôt rares ! (Il n’y a que 3 bars ici, mais nous avons un club de nuit où les rencontres sont souvent pleines de promesses !)  Mon choix n’est pas difficile, le Night Club sera ma destination ! Je prends un taxi et m’y rends.

En entrant, surprise, l’endroit est plein à craquer ! C’est très rare alors je me dis qu’il doit y avoir un événement particulier du quel je n’ai pas entendu parler !!!(Rien de surprenant, je travaille plus de 50h chaque semaine, alors je sors très peu et je n’ai pas beaucoup de temps pour la socialisation !) Petit détail important, mon emploi du temps, mon travail exigeant et mes expériences passées font de moi une célibataire qui commence à s’endurcir ! Donc j’arrive au Night Club et je m’approche de la seule place libre au bar.

Pas très sophistiqué pour une dame vêtue d’une robe courte et au décolleté disons plongeant, mais je choisis quand même de prendre une bière. Il y a tellement d’hommes dans la place que ça sent la testostérone à un mille à la ronde ! Je comprends… le tournois de hockey se déroule ici cette fin de semaine ! Il y a donc des mâles de tous les villages des environs et quelques-uns plus civilisés qui arrivent de la grande ville ! La soirée risque d’être, disons, intéressante ! Il y a bien longtemps que je n’ai pas eu la chance de faire valoir mon talent pour la séduction. C’est l’occasion rêvée ! J’ai enfin mon verre ! Le service est lent, il y a tellement de monde ici ce soir.

Je prends une gorgée et je n’ai pas le temps de déposer mon verre qu’un inconnu passe près de moi, m’accroche et me fait renverser toute ma bière sur le comptoir ! Ai-je dit que j’ai un tempérament vraiment bouillonnant ? Eh bien là, vous le savez ! Disons que l’homme en question n’a qu’à bien se tenir, car il passera un sale quart d’heure… Je me retourne, prête à lui sortir une tyrannie digne d’un gars de chantier ! Mais mes yeux rencontrent son regard et ma langue perd toute sa verve, plus un son n’ose traverser mes lèvres ! Je me retrouve face à un Dieu, un adonis, un merveilleux spécimen d’homme comme j’en ai rarement vu. Il dégage tellement de sensualité ! Seul son regard m’a fait tremper ma culotte ! J’en perds tous mes moyens.

Mes amis vous diront que je suis une personne verbomotrice et que rien ne me coupe le sifflet quand j’ai quelque chose à dire, mais là, ils ne m’auraient pas reconnue ! Je suis sans mot, je suis gauche, je rougis (moi, je rougis !) la chaleur part d’entre mes cuisses et monte jusqu’à mon cerveau, plus rien ne fonctionne. Je suis mue par l’instinct et tout se passe dans le regard ! Un regard d’une telle intensité ! Aucun mot n’est utile, nous savons tous les deux de quoi l’autre à envie. Et nous allons vite y remédier ! J’ose un regard à son entre-jambe et loin d’être surprise, j’y vois l’ampleur de son désir. Plus rien n’existe, il n’y a que nous ! Sans me dire un mot, il glisse la clé de sa chambre d’hôtel juste à côté de mon verre vide. L’invitation est lancée, ce simple petit geste fait durcir les pointes de mes seins à un point que j’en ai mal. Je dois me lever, car je pense bien que je pourrais laisser une trace sur la chaise si j’attends ne serait-ce que quelques secondes de plus!

Je le vois qui sort du bar et se dirige vers sa voiture. Il ne la démarre pas immédiatement, comme s’il attendait de voir ma réaction. Je le suis à l’extérieur et sans attendre, prend place dans sa voiture. J’arrive à articuler un faible petit « Bonsoir, ça va ? » Il dirige sur moi son regard le plus enjôleur et me dit : « Tu ne te souviens pas de moi ? » C’est à ce moment précis que mon cerveau semble vouloir reprendre du service ! Oui je me souviens ! Mais je ne vais pas lui faire plaisir aussi rapidement, je suis une coquine, je vais faire durer le plaisir !!! Alors je fais semblant de ne pas le reconnaître.

  • Non, c’est vraiment la première fois que je vous vois.

 

  • Eh bien, si c’est le cas, je peux te dire que tu ressembles étrangement à ma meilleure baise à vie ! Dommage que je me sois trompé à ce point, mais j’ai cru voir que tu étais tout aussi attirée vers moi que je le suis envers toi, est-ce que je me trompe ?

 

  • Non vous ne vous trompez pas, vous avez un tel effet sur moi, que je crois fondre !

 

  • Disons que je me sens très à l’étroit dans mon pantalon !

 

Il est direct non ? Il décide de démarrer sa voiture, mais il ne se rend pas à l’hôtel ! Le salaud, il a deviné mon petit jeu. Il se dirige droit chez moi ! Devant la porte, il me montre la clé de mon appartement, celle que je lui avais laissé il y a de cela 10 ans et il s’en sert pour entrer.  Il me prend par la main et m’amène directement dans ma chambre. Il me déshabille du regard quelques minutes et me souffle à l’oreille

  • Ça fait 10 ans que j’attends de te revoir ! Je me suis inscrit dans le tournoi avec ce seul espoir ! Et comble du bonheur, je te trouve au même endroit que lors de notre première rencontre !

 

J’ai chaud, je suis complètement trempée ! Mes lèvres sont gonflées, mes seins sont durs comme jamais depuis les 10 dernières années ! Je sais ce qui m’attend, j’y ai déjà goûté !!! Je peux vous jurer que la nuit sera très courte ! Il s’approche de moi, me caresse sur mes vêtements et me dit qu’il laisse mon corps frissonner, car il sait à quel point je le désire et moi je sais à quel point il me veut. Nos corps sont faits pour se reconnaître ! (Même si mon cerveau ne l’a pas fait tout de suite, je vous rappelle que mon corps réagissait à sa présence juste en un regard.)

Il caresse ma cuisse et sa main chaude et douce remonte ma robe. Il m’administre une claque bien sonore à la limite de ma fesse droite, car il sait l’effet que ça me fait ! Je gémis de plaisir car mon corps se souvient parfaitement de ce que le sien est en mesure de me donner. Je sens son érection frôler ma cuisse. Il est déjà si dur d’envie ! Et je n’ai encore rien fait ! Il se place derrière moi et emprisonne mes seins de ses mains avec une telle fermeté, je n’arrive pas à retenir mes gémissements. Sa queue si ferme se frotte sur mon cul. Il passe sa main sous ma robe et d’un seul petit coup, fait sauter les agrafes de mon soutien-gorge. (J’ai mis le modèle rouge en dentelle sans savoir que je le verrais, mais c’est le genre qu’il préfère. Je porte la culotte assortie !)

Je n’ai pas le temps de reprendre mon souffle que me voilà complètement nue devant lui. Il tourne autour de moi, me regarde, m’observe. Son regard devient de plus en plus fiévreux. Je sens que des heures de plaisir s’ouvrent devant moi. Sans se dévêtir, il m’empoigne les fesses et m’embrasse avec une telle passion que je gémis à nouveau sous son emprise. Il s’agenouille devant moi et il lèche mon petit bouton de plaisir avec une telle ardeur que je jouis en moins d’une minute. Il sait que c’est l’étape première vers une nuit de plaisir assuré. Je tremble sous l’effet de l’orgasme que je viens de vivre !

Pour me donner la chance de reprendre mon souffle, je lui ordonne de se relever et je m’agenouille à mon tour devant lui ! Je défais sa fermeture-éclair et fait sauter sa ceinture en un tour de main ! Ma bouche brûle d’envie de prendre sa verge jusqu’à la base ! Je libère sa queue et commence à la titiller du bout de ma langue. Et si c’est dieu possible, elle grossit encore et durcie de plus en plus! Il sait très bien à quel point j’aime la sensation de sa bite qui remplit ma bouche. Je glisse ma langue sur toute sa longueur, je suce ses couilles et reviens à son gland en prenant soin de bien m’appliquer, je veux lui donner autant de plaisir qu’il m’en donne !

Quand il sent qu’il n’en peut plus et qu’il est près de jouir, il se retire de ma bouche. Il prend mon visage entre ses mains et me regarde droit dans les yeux. Il m’embrasse avec fougue et passion, je suis aux anges ! Il me retourne brusquement. Et vlan, une bonne claque bien sentie, à la ligne de base de ma fesse, il sait à quel point j’adore ça ! Il me penche et me pénètre tout d’abord avec une douceur infinie. Puis d’un coup, il sait, nos corps savent se répondre mutuellement sans un seul mot ! Il me prend plus énergiquement et accélère son va et vient. Si bien qu’après seulement quelques minutes à ce rythme déchaîné, nous jouissons à l’unisson. Nous tombons ainsi soudés l’un à l’autre sur le lit. Le temps de reprendre notre souffle et nos esprits. Vous vous doutez bien que la nuit ne fait que commencer !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s