Récit #75 – Le covoiturage coquin

Lundi soir, 17h05, la journée est enfin terminée. J’attends mon collègue pour le retour à la maison, car nous faisons du covoiturage. Je le vois qui s’avance :

– Ready pour la route me dit-il au loin ?

– Oui, je suis prête, la journée a été dure et la tienne ?

– Oui, la mienne aussi, aurais-tu envie d’aller prendre un verre question de se détendre un peu ?

– Super je suis partante !

– Ah, en passant, tu es vraiment belle habillée comme ça, me dit-il en détaillant mon corps, jetant un long regard sur mon décolleté et sur ma jupe qui je l’admet est un peu plus courte qu’elle ne le devrait.

– Merci beaucoup, répondis-je en lui décochant un clin d’œil, tu es pas mal toi non plus !

Quelques minutes plus tard nous sommes tous deux assis dans sa voiture. Un silence lourd rend l’atmosphère pesante. Je suis déconcentrée par son odeur, son parfum qui me donne envie de mettre mon nez dans son cou l’espace d’un instant.

Sans avertissement, il met sa main sur ma cuisse, juste assez bas pour toucher ma peau. Je le regarde surprise et lui dis :

Humm, toi aussi tu as envie ? Lui dis-je sans vraiment lui donner le temps de répondre.

Je mets ma main sur sa cuisse puis tranquillement je vais vers son entre-jambe que j’effleure seulement en lui reposant la question, as-tu envie mon cochon?

Je détache ma ceinture question d’être plus à mon aise et décide d’enlever mon sous-vêtement sans discrétion pour être bien certaine que Monsieur le voit. Agenouillée dans le fond de la voiture j’effleure son sexe avec ma main, en faisant exprès d’émettre des bruits de gorge. Il me dit :

– Plus stp, vas-y.
Je défais le bouton de son pantalon et descend la fermeture éclair pour laisser sortir son membre durcit. Je sens sa respiration qui s’accélère un peu lorsque je mets ma bouche sur son membre.

– Humm, attend qu’on soit rendue chez moi toi. Je me rassois et décide d’attendre d’être chez lui pour continuer mais je décide de m’occuper de moi-même. Je relève mes jambes et décide de jouer avec mon bouton qui est si sensible. Je profite du reste de la route pour me masturber tranquillement avec lui à mes côtés qui ne manque rien du spectacle qui lui est offert.

Arrivé chez lui, il m’invite à marcher devant lui et en profite pour me foutre une claque au derrière. Dès que la porte fût ouverte il m’agrippe pour que je suis près de lui et m’embrasse jusqu’à ce que je doive lui demander de reculer un peu, car je manque d’air. Pendant que je reprends mon souffle je lui enlève sa chemise qui cachait un torse bien musclé et épilé.

Je m’agenouille et remet son membre dans ma bouche en lui décochant un regard qui en dit long. Il prend ma tête pour contrôler la vitesse et bien la rentrer au fond de ma gorge. Il émet des râlements et me demande de me relever car il est déjà très excité. Sans prendre le temps de me déshabiller il me prend par derrière sur le divan et entre son membre bien profondément en moi de ses coups de rein de plus en plus vigoureux. Quelques minutes plus tard, à quelques minutes d’intervalles chacun émet un cri de jouissance puissant.

Ouf, finalement cette journée s’est terminée de façon bien inattendue

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s