Récit #102 -Rencontre surprise

Je me réveille presque en sursaut. Je lève un peu la tête, j’essaie d’apercevoir le petit cadran qui est sur la table de chevet. Je plisse les yeux pour bien voir. Mais ce n’est que lorsque je vois clairement les chiffres : «8:05» que je me réveille pour de vrai. Je me glisse hors du lit. Je suis complètement nue. Je me dirige vers la salle de bain, je vais dans la douche et me lave rapidement.

Lorsque je sors, m’essuyant, je vois Jessie qui ouvre les yeux.

— Tu t’en vas déjà ? me dit-elle à moitié réveillée.

— As-tu vu l’heure ? dis-je en cherchant ma petite culotte sur le sol.

— Il est un peu tard, répond-elle en la regardant l’heure brièvement. Mais on aurait encore un peu le temps de s’amuser, me dit-elle petit sourire au visage.

— Oui, oui, reste encore, ajoute Guillaume, couché de l’autre côté du lit, lui aussi à moitié endormi.

— J’aimerais bien…, répondis-je en enfilant rapidement mon soutien-gorge. Mais mon boss à la banque est super stiff. Il faut absolument que je sois là à neuf heures, pas une seconde de retard…

— Il te reste amplement de temps, dit Jessie en me faisant signe de revenir au lit.

— Au moins, une demi-heure, complète Guillaume.

— Sauf qu’il faut que je fasse un détour pour aller chercher mon laptop chez moi. Je ne peux pas vraiment travailler sans lui… Donc j’ai à peine le temps si je veux être à l’heure… Et puis je vous connais. Si on recommence, on en aura au moins pour une bonne heure… minimum…

J’enfile rapidement mes jeans.

— Ce soir, je dois aller voir une pièce de théâtre avec des amis. Mais je peux revenir demain.

Guillaume et Jessie se regardent brièvement.

— On a quelque chose demain, dit lentement Guillaume.

— Quoi ? dis-je alors que je termine de mettre mon chandail. Vous avez de quoi de plus plaisant à faire que de faire un trip à trois avec votre amante ?

— Nnnoui… répond Jessie… Ben on te l’avait déjà dit qu’on était échangiste.

— Oui…

— Ben, on a été invité à une soirée avec d’autres couples. Je crois que nous serons quatre couples. Peut-être cinq.

— Vraiment ? dis-je surpris. Donc… Vous allez à une orgie… C’est bien ça ?

— Oui… répond Guillaume.

— On pourrait essayer de voir si on peut t’inviter, ajoute Jessie. On les connait bien. Ça ne devrait pas être un problème… Intéressée ?

— Oui, oui, dis-je en m’approchant de Jessie, lui donnant un baiser sur les lèvres. Donc, on se revoit demain, peut-être, ajoute-je après avoir embrassé Guillaume aussi.

Je me dirige vers la porte de la chambre, sors. C’est une belle journée ensoleillée, il fait chaud. Alors que je suis à peine à mi-chemin vers chez moi, je reçois un texto de Jessie.

— C’est bon. J’ai parlé avec les autres. Tu es invitée ! Ça commence en début d’après-midi et ça se termine tard dans la nuit. On va passer te prendre.

— Parfait. 😉

Sur le coup, je n’ai pas trop porté attention, parce que je voulais absolument arriver à l’heure. J’ai pas vraiment le goût que mon boss me sermonne de nouveau sur la ponctualité…

Mais lorsque je suis assise à mon bureau, que j’ai un peu de temps pour penser. Mon imagination commence à faire apparaître des images dans ma tête de ce que ça pourrait avoir l’air une orgie… Je me vois entourée de corps nus qui ne cesse de changer de partenaire au gré de leur désir… Journée difficile…

Le lendemain matin, je fais la grasse matinée. Je me fais réveiller par mon iPhone. Il vibre brièvement. Il est déjà midi. C’est Jessie qui me texte.

— Comme la météo est super bonne, ça va se faire autour de la piscine. Amène ton bikini ! On passe te chercher dans une heure.

Je me précipite vers la douche. Cette fois-ci, pas de raccourci, je dois me laver les cheveux, ils sont vraiment dûs. Je prends une dizaine de minutes pour choisir mon bikini. J’hésite beaucoup, mais je finis par choisir mon bikini bleu pâle. Un autre dix minutes pour choisir mes vêtements. Finalement, lorsque je suis prête, il est treize heures moins cinq. Jessie et Guillaume arrivent et j’embarque avec eux.

Direction, la banlieue de Montréal. Durant le trajet, d’environ une quarantaine de minutes, je leur pose des questions, mais ils me disent que je vais découvrir par moi-même. Nous arrivons devant une grosse maison luxueuse. Il y a déjà plusieurs voitures stationnées dans la rue. Nous sortons. Je suis nerveuse. Jessie se place à ma gauche, Guillaume à ma droite. Ils me prennent chacun par la main et nous avançons vers la maison.

Nous cognons. C’est une femme qui vient nous répondre. C’est une brunette, joli visage rond, sourire large. Elle est milieu vingtaine. Elle porte déjà son bikini noir très moulant.

— Bonjour ! dit-elle en faisant la bise à Guillaume et Jessie. Toi, tu dois être Vicky…

— Enchantée !

Elle me fait la bise aussi. Nous entrons.

— Moi, c’est Noémie. Il ne manque qu’Alice et Marc, dit-elle en se tournant vers Jessie. Tout le monde est déjà autour de la piscine.

Guillaume retire son chandail pour ne garder que ses bermudas. Jessie retire son chandail et enlève ses jeans. Elle porte un bikini mauve beaucoup trop serré pour ses gros seins. Je les imite.

Nous marchons à travers la maison, nous arrivons dans la cour arrière où il y a une grande piscine. Jessie me prend par le bras et me fait faire le tour. Je rencontre Émilie, une brunette, Kevin, son ami (elle insiste qu’il n’est pas son chum.). Ensuite, je rencontre Rick, le mari de Noémie. Mais alors que je parle brièvement avec Rick, j’aperçois quelqu’un qui marche derrière lui. Une personne que je reconnais…

David… David, mon boss… David, mon boss, qui me fait suer au bureau… Il est là, torse nu, en bermuda.

Sur le coup, j’ai juste eu le goût de partir en courant… Mais il m’a vu… Et à son air surpris, il m’a aussi reconnu… Je fige, le fixe du regard en attendant de voir ce qu’il va faire. Finalement, une fille passe près de nous.

— Ah, dit Jessie. Ça c’est I-ting.

— C’est Ì-Tǐng, répond-elle avec un léger accent asiatique. Le «i», il faut que tu le prononces comme s’il y avait un point d’interrogation après. Et le «ing», comme s’il y avait un accent circonflexe dessus.

Elle se tourne vers moi. Je prends le temps de la regarder. C’est une grande fille, facilement six pieds deux (190 cm), yeux bridés, silhouette très svelte, cheveux noirs, longs, jusqu’au milieu du dos.

— Mais appelle-moi, Tina, ajoute-t-elle avec un large sourire. C’est mon nom français. Mon nom chinois est trop difficile à prononcer pour vous autres, ajoute-t-elle en me faisant un clin d’œil.

Elle me scrute, regarde mes seins, mes jambes.

— Mais tu es tellement cute! Est-ce que c’est vrai que je Jessie et Guillaume nous ont dit ? Que tu es leur amante à tous les deux?

— Oui, dis-je avec un sourire.

Dans ma tête, ça sonne plutôt : «Oh my God… Mon boss sait maintenant que je fais des trips à trois avec deux de ses amis. »

— Je suis curieuse, continue Tina. Comment as-tu commencé le triolisme ?

— En fait, ça l’a commencé avec mon ex, l’an dernier. Il voulait le faire à trois. Et moi aussi, je l’avoue, ça me tentait. Le seul problème, c’est qu’on a pas été capable de se trouver une fille willing de le faire avec nous. Alors quand je suis tombée célibataire, il y a sept ou huit mois, j’ai continué d’essayer, mais toute seule.

— Et d’après ce que Jessie nous a dit, tu aimes ça beaucoup, à trois…

— Qu’est-ce que tu leur as raconté ? demande-je en me tournant vers elle.

— Je leur ai dit qu’on couchait avec toi cinq ou six fois par mois depuis deux mois. Que tu étais belle… Que tu avais une forte libido. Que tu étais bisexuelle…

— Tu leur as dit que j’étais bi ? dis-je en plissant les yeux.

— Ne t’en fait pas, interrompt Tina. Je suis bi. Émilie est bi, dit-elle en la pointant. Jessie est bi ? dit-elle la pointant.

— Oui, oui, confirme Jessie.

— On est toutes un bi, conclut Tina. C’est un prérequis obligatoire pour les filles échangistes, dit-elle avec un sourire. (Elle baisse d’un ton.) Nos hommes ont beau être endurants, mais les fins de soirées finissent surtout entre filles…

— Comment as-tu commencé l’échangisme ? demande-je à Tina.

— C’est bon fiancé qui m’a initiée. C’est David. Il est là-bas.

Elle se tourne vers lui, crie son nom. Il laisse Kevin seul et s’avance vers nous. Mon cœur commence à battre très rapidement… Beaucoup trop rapidement. Il se joint à notre petit groupe.

— C’est l’amie dont on vous avait parlé, dit Jessie. Vicky.

— Enchantée, dit-il en se penchant vers moi pour me faire la bise.

Dans ma tête, ma petite voix intérieure pousse un cri de soulagement : «Thank God! Il fait comme si on ne se connaissait pas !»

— Vicky me demandait comment j’ai commencé l’échangisme, résume Tina.

— C’est moi qui l’ai initié, résume David. À l’université, j’étais un chargé de cours. J’avais la réputation d’être courailleux. Alors que j’aidais Tina dans son travail de session, elle a commencé à me poser des questions sur ma vie sexuelle. À la longue, ça lui a juste donné envie d’essayer.

Nous continuons de parler pendant quelques minutes. Alice et Marc arrivent. Alice est vraiment très fit. Elle a de super abdominaux bien découpés. Marc aussi. Le couple se regroupe autour de la piscine, ils installent un filet de volleyball dans la piscine et commence à jouer en équipe de deux.

Je profite alors du fait que les autres sont plutôt occupés, sois à jouer, sois à encourager ceux qui jouent pour aller voir David, seul à seul. Dès qu’il me voit approcher, il m’amène dans un coin tranquille de la cour.

— Humm… Monsieur…

— Vicky, je t’arrête… Pas de vouvoiement, pas de monsieur. J’aimerais ça qu’on garde notre lien secret. Ce qui se passe au bureau, reste au bureau. Ce qui va se passer ici reste ici. J’ai aucune envie que tout le monde au bureau sache que je suis échangiste.

— C’est bon !

— Et on ne fait rien ensemble, ajoute-t-il.

— Parfait !

Il y a un petit silence.

— Alors, dit David… Est-ce que ça fait longtemps que tu es échangiste ?

— En fait, échangiste… Aujourd’hui, c’est ma première expérience. Moi, c’est plus les trips à trois.

— Quel genre de trip à trois aimes-tu?

— Je suis plus deux filles, un gars… J’ai déjà fait un à trois filles.

— Donc, c’est vrai ce que Jessie disait, que tu es bisexuelle ?

— Je pensais jamais avouer ça à mon boss un jour… Mais oui, j’ai une forte libido. Oui, je suis bisexuelle.

— Tu veux que je t’avoue un secret ? Je suis bisexuel aussi.

Sur le coup, je ne sais pas quoi répondre. Mon boss vient de me dire qu’il est aux gars aussi…

— Wow, finis-je par lancer.

— Mais ne va pas t’imaginer que tu vas me voir faire de quoi avec un des gars ici. Il y a juste Marc et moi qui sommes bis. Les autres sont hétéro.

Alors que je regarde du côté de la piscine, je vois Tina qui me salue de la main.

— Ta femme… ta fiancée, me corrige-je. Elle est bi comme toi?

— Oui.

— Donc… Je risque de réaliser le fantasme des gars du bureau : baiser la femme du patron, dis-je en riant.

— Tu risques pas… Tu vas le réaliser. Je la connais ma Tina. Elle te regarde depuis tout à l’heure. Elle te sourit, te fait des clins d’œil. Tu es son genre de fille.

Tina me salue de nouveau de la main. Elle veut que j’aille jouer au Volleyball dans la piscine avec elle. Je quitte donc David et saute dans la piscine et commence à jouer avec Tina contre Guillaume et Marc.

Le reste de l’après-midi est très amusant. Nous jouons tous dans la piscine. Vers 17 h, nous nous retrouvons tous dans un coin de la piscine à parler. Noémie nous offre quelques verres de cocktails… Je dirais que c’est à ce moment que les inhibitions sont lentement tombées. Vers 17 h 30, nous sommes tous sorties de la piscine, nous avons mangé quelques crudités, une salade, rien de bien lourd. La température devient plus froide, surtout pour porter un bikini, alors nous rentrons à l’intérieur. Dès que nous arrivons dans le salon, les jeux de séductions commencent. Jessie et Alice se sont assises l’une à côté de l’autre. Elles sont près l’une de l’autre. Elles se chuchotent dans les oreilles. Elles commencent discrètement à se caresser et à s’embrasser.

Autour, les autres couples commencent à se mélanger, à s’échanger. Je regarde à ma gauche. C’est Rick. Il est là, seul lui aussi, à regarder les autres couples. Nous nous échangeons un sourire. Je mets une main sur sa cuisse, remonte délicatement la main. Il est déjà en érection. Je m’agenouille lentement devant lui, tire son costume de bain. Sa queue bondit de son bermuda. Je prends le temps de la caresser lentement avec mes doigts, l’apporte à ma bouche et le suce méticuleusement pendant une bonne longue minute.

Lorsque je me relève Rick commence à me caresser les seins avec sa main. Il les libère de mon bikini, les masse, les lèche. Derrière moi, je sens quelqu’un d’autre, un autre gars. Je tourne la tête brièvement. Je vois Guillaume que me regarde. Je tourne la tête, l’embrasse sur la bouche. Je sens ses doigts défaire le nœud de mon bikini. Lorsqu’il se colle contre moi, je sens sa queue dans son bermuda. Je sais qu’il n’a qu’une envie, me prendre doggy-style.

Mais je m’agenouille de nouveau. Je libère sa queue à lui aussi et je commence à le sucer. Au bout de quelques instants, je me tourne et fais pareil avec Rick. C’est la première fois que j’ai deux hommes à mon entière disposition. Je me sens vraiment cochonne. Ça m’excite de les regarder tous les deux alors que je manipule leurs queues en même temps à quelques centimètres l’une de l’autre.

Une minute plus tard, j’installe un condom sur la queue de Rick. Je me mets à quatre pattes sur le tapis du salon. Je place Guillaume devant moi, recommence à le lécher sa queue. Derrière moi, Rick me caresser les fesses. Je porte encore le bas de mon bikini. Mais ça ne l’empêche pas de l’écarter et de me caresser avec ses doigts. Je les sens qui s’enfoncent en moi, dans ma chatte toute mouillée. Ses doigts se font remplacer par quelque chose de plus gros, plus dur : sa queue. Il me la frotte entre les fesses et il la fait glisser jusqu’à l’entrée de ma chatte. Il s’enfonce lentement en moi. De l’autre côté, je continue de sucer mon amant.

Ils échangent des cues. Ils synchronisent leur rythme. Quelque chose me dit que ce n’est pas la première fois qu’ils se retrouvent dans cette situation… Ils me baisent comme ça pendant plusieurs minutes, mais ils s’arrêtent.

Je me relève. Je regarde autour de moi. Je vois que tout le monde est nu. Je suis la seule qui porte encore sa culotte de bikini. Alors je décide de la retirer. Je cherche Jessie du regard. Je finis par la trouver dans un coin. Elle est agenouillée devant Alice, assise sur le divan. Je m’approche d’elles. Je m’agenouille derrière Jessie et commence à lui caresser les fesses, les hanches, puis je remonte graduellement vers ses seins. Je frotte mon corps contre le sien.

Lorsque ses lèvres quittent la chatte d’Alice, elle se tourne et m’embrasse longuement sur la bouche. Sa langue goute différente. Elle a le parfum d’une autre femme. Lorsque nos lèvres se séparent, elle me laisse brièvement sa place entre les cuisses d’Alice. Nous échangeons de place toutes les trente secondes. Après quelques échanges, Alice écarte les jambes encore plus. Nous avons suffisamment de place pour la lécher en même temps.

Sentir nos langues se caresser alors qu’elles touchent la chatte d’une autre fille est une expérience incroyable, très intime. Ça dure une ou deux minutes, lorsque finalement Kevin passe près de nous, dit quelque chose à Jessie, auquel je n’ai pas porté attention. Elle se lève et le suit, me laissant seule avec Alice. J’en profite pour caresser ses abdominaux durs et bien découpés alors que je continue de la manger longuement.

Lorsque nous nous séparons, je prends le temps de regarder tout ce qui se passe autour de nous. Je vois Kevin, installée au-dessus de Jessie, qui la prend dans la position du missionnaire avec une bonne cadence. Noémie dans l’autre coin suce à relais David et Guillaume. Je vois Alice qui s’approche de Marc et Émilie, elle les regarde un peu, mais elle finit rapidement par les rejoindre.

C’est alors que j’entends une petite voix dans mon dos…

— Vicky… dit la voix mielleuse avec son léger accent chinois.

Elle pose ses mains sur mes hanches.

— Tu as de belles fesses, dit-elle.

Je ferme les yeux. Elle se colle contre moi, commençant à m’embrasser dans le cou. Je sens quelques poils fins de sa chatte frotter contre le bas de mon dos. Ses mains me caressent le ventre, mais ils remontent rapidement vers mes seins.

Lorsque j’ouvre mes yeux de nouveau, la première chose que je vois, c’est David, un peu plus loin dans la pièce qui me regarde. Il se fait toujours sucer par Noémie, mais son regard scrute chacun de nos gestes. Je le vois que ça l’excite de voir sa fiancée me caresser, m’embrasser.

Elle me chuchote des mots dans l’oreille, pas toujours en français. Mais juste au ton sensuel qu’elle emploie, je sais que ce sont des compliments sur mon corps. Elle me fait m’assoir sur le divan. Je m’assure de garder un contact visuel avec David. Incapable de donner toute l’attention qu’il faut à Noémie, il finit par aller s’adosser au mur, seul. Sa queue est dure, bien pointée en notre direction. Il se caresse lentement…

De son côté, Tina s’installe entre mes cuisses et me lèche. Sa langue est vraiment agile. Elle s’enfonce sans gêne dans ma chatte et en caresse chaque recoin. Je commence à suer tellement j’aime ce qu’elle me fait. Je me caresse les seins, les hanches. Je sens comme si j’ai de la misère à tenir en place. Je sens des petits papillons dans le bas du ventre qui remonte lentement le long de mon corps, montant jusqu’à mes poumons, mon cou. Je suis incapable de demeurer silencieuse plus longtemps. Je commence à pousser de petits soupirs, à respirer plus fort.

Et ça arrive d’un coup. Comme un choc. Je me crispe, pousse un cri plus aigu que les autres… Je jouis…

Lorsque je reprends contact avec la réalité, Tina me lèche toujours, mais plus lentement, plus délicatement. Je lui fais signe de relever la tête. Je la prends par le menton et approche son visage du mien. Je la frenche longuement sur la bouche. Nous échangeons de place. Je me retrouve donc à genoux devant Tina alors qu’elle s’assoit sur le divan. Je lui caresse les cuisses lentement. Je me lèche les lèvres, me fraie un chemin jusqu’à sa chatte. Et je commence à la lécher.

Je ne sais pas ce que David fait derrière moi, mais je suis convaincu qu’il me regarder manger sa fiancée. Ça devient intense rapidement. Elle se caresse les seins, le ventre, passe sa main dans les cheveux. Derrière moi, je sens des mains me caresser les fesses. Je sais que c’est des mains d’hommes. Je sens une queue me frôler les fesses. Je regarde un instant derrière moi. Je vois que c’est Kevin… C’est étrange, mais je suis un peu déçu. Je sais qu’on s’était entendu pour ne rien faire ensemble, mais je m’attendais à voir David.

J’entends Kevin enfiler un condom. Il frotte sa queue contre mes fesses et il l’apporte délicatement jusqu’à ma chatte. Il s’enfonce lentement en moi. Graduellement, il accélère la cadence. Ses mains agrippent mes hanches. De son côté, Tina continue de profiter de mes caresses linguales. Je vois Guillaume qui s’approche de Tina. Sa queue bandée est très près de son visage. Elle prend quelques secondes à s’en rendre compte, mais elle commence à le sucer dès qu’elle l’aperçoit.

Nous continuons tous les quatre pendant quelques minutes. Jusqu’à temps que Tina ait un orgasme. Et quel orgasme… Elle était couverte de sueur, tremblait presque. Elle s’est penchée vers moi, elle m’a donné un long french sur la bouche. Lorsqu’elle s’est rendu compte qu’elle était couverte de sueur, elle nous a dit qu’elle allait prendre une douche et qu’elle reviendrait. Moi, je décide de prendre une petite pause, je regarde les autres.

Je vois David couché au sol. Noémie le chevauche alors que Marc derrière elle qui la pénètre en même temps. C’est la première fois que je vois une double pénétration. À quelques pas d’eux, je vois Rick, lui aussi couché sur le sol. Alice et Émilie sont installées sur lui, Alice est assise sur son visage, alors qu’Émilie est assise sur ses cuisses. Les filles s’embrassent et se caressent.

Comme j’ai soif, je décide de me lever d’aller à la cuisine me prendre un verre d’eau. Je prends le pichet d’eau, prends un verre et me sers. Alors que je pose mes lèvres dessus, Jessie entre.

— Et puis, tu aimes ça une orgie ?

— Oui !

— C’était hot ce qu’on a fait avec Alice !

— J’avoue, dis-je en m’approchant d’elle. Nos langues qui la touchent en même temps…

C’est à ce moment que Tina entre elle aussi dans la cuisine. Elle porte une robe de chambre alors que Jessie et moi sommes nues. Elle nous sourit à toute les deux.

— Jessie, je suis tellement contente que tu aies amené ton amie !

— J’ai vu du coin de l’œil que vous vous êtes beaucoup amusés ensemble, avoue Jessie.

— C’est toi qui l’a initiée aux filles ? lui demande Tina.

— Non… Mais je ne l’ai fait beaucoup pratiquer dernièrement.

— Est-ce que ça te dérange si je l’invite chez moi ? Moi aussi je veux la faire pratiquer.

— Absolument pas! Même si Guillaume et moi, on baise à trois avec elle depuis deux mois, c’est rien d’exclusif.

— Parfait…

Elle se tourne vers moi.

— Alors, c’est quoi ton numéro ?

Quand j’ai entendu ça, j’ai l’impression que mon cœur s’est arrêté de battre un instant. La fiancée de mon boss m’invite presque à faire un trip à trois avec eux. Je cherche une manière de me sortir de cette situation… Mais rien ne me vient en tête.

Noémie entre dans la cuisine.

— Qu’est-ce que vous faites ici à parler les filles ? L’action s’est dans le salon !

Elle s’avance vers Jessie, la prend par la main, l’amène avec elle. Dès qu’elle passe la porte, David entre.

— De quoi vous parlez les filles ? demande-t-il.

— De rien, répondis-je rapidement.

— Je lui demandais son numéro, répondit Tina.

— Pour vrai ? demande-t-il un peu surpris.

— Oui, oui… Une belle fille bisexuelle comme Vicky, commence-t-elle en se collant contre moi, mettant une main sur mon épaule. Je ne peux pas passer à côté de ça…

David et moi ne savons pas quoi répondre.

— Est-ce que vous avez fait de quoi ensemble ? demande-t-elle.

— Non, répondons-nous ensemble.

— Est-ce que ça te tente de lui faire une double fellation ? me demande-t-elle.

Mon cœur rate de nouveau un battement. David est figé. Ça va à mille à l’heure dans ma tête. Tout ce qui sort de ma bouche, c’est un timide « oui ». Nous retournons donc dans le salon. Nous tombons sur Jessie et Noémie qui se font un 69 sur le tapis. Marc, la queue flasque se tient dans un coin alors qu’il parle à sa blonde, Alice. Émilie de son côté, est à genoux sur le sol, entourée des trois autres gars, les suçant à tour de rôle.

Tina pousse son fiancé sur le divan. Il tombe assis. Nous nous agenouillons devant lui. Tina n’hésite pas une seconde et commence à le sucer. Sa queue entre et sort de ses lèvres. Après trente secondes, elle me tend sa queue. Je prends une bonne inspiration et pose mes lèvres dessus… Ça me fait tout drôle… Mais ça m’excite terriblement de le faire… Après quelques secondes, je gagne en assurance et je le suce comme je sucerais n’importe quel autre gars.

Il n’a le temps que de lancer un petit « Woo ! » que je sens son sperme giclé dans ma bouche. Je sursaute sur le coup, mais je reste en place. Ma bouche se remplit rapidement. Après quelques secondes sans jets, je me retire. Ma bouche est littéralement pleine. Je l’ouvre un peu.

— My God David. Tu lui es vraiment venu dans la bouche ?

— Shit ! Désolé, Vicky ! Je sais pas ce qui est arrivé… D’habitude, j’ai plus de contrôle…

Je ne sais pas quoi faire. Je ne vois rien pour déverser son sperme… Désorienté, je finis par avaler. C’est ma première fois. C’est une drôle de sensation. Je sens son liquide blanc, salé descendre dans ma gorge, rejoindre mon estomac. Tina me donne une serviette pour que je m’essuie les quelques gouttes qui me sont tombé sur le menton.

— Est-ce que ça va ? me demande Tina.

— Oui, oui… J’ai juste été prise par surprise…

Le reste de la soirée s’est bien déroulé. Ça l’à durée plusieurs heures. Même si j’ai plutôt évité David, j’ai quand prise une douche avec Tina avant de partir. (Elle a beaucoup insisté.) Alors que Jessie, Guillaume et moi étions tous les trois dans l’auto. Alors qu’il conduit, Guillaume me demande :

— Vicky, je dois de l’avouer. Mon moment préféré de la soirée, c’est quand je t’ai vu avaler tout le sperme de David… C’était tellement wild. Je savais pas que tu faisais ça !

— Moi, non plus… répondis-je franchement. Il m’a totalement pris par surprise.

— Tu as aimé ? me demande Jessie.

— Difficile à dire… Disons que c’était moins pire que je croyais…

— Si tu veux, ajoute Guillaume avec son ton blagueur, je suis disponible si tu veux retenter l’expérience… Jessie ne veut pas…

— Arrête donc de te plaindre ! lance Jessie. J’avale pas… Mais je t’organise des trips à trois plutôt régulièrement. Tu en connais beaucoup de filles qui font ça pour leur chum ? Dans ton équipe de Hockey amateur, combien de gars qui rêveraient d’être à ta place ?

— Beaucoup… Presque toute l’équipe… Mais des trips à trois… Tu fais ça plus pour toi… C’est toi qui insistais pour qu’on essaie à trois au début. Après, c’est toi qui as proposé d’essayer l’échangisme.

Jessie, assise à l’avant côté passager, se tourne vers moi.

— Tu sais quoi Vicky ? La semaine prochaine, on se fait un trip à trois… Juste des filles !

— Si tu veux !

— Est-ce que je vais pouvoir regarder ? demande Guillaume avec ton piteux.

— Non ! répondit sèchement Jessie.

Elle se tourne vers moi de nouveau.

— Laquelle des filles de ce soir t’a fait le plus d’effet ?

Immédiatement dans ma tête, je pense à Tina.

— Alice ! dis-je.

— Alice ? Parfait. Je m’occupe organiser de quoi toutes les trois.

Ils finissent par me déposer chez moi. J’ai pris la journée de Dimanche très relax. Mais en fin de soirée, je reçois une invitation FaceBook d’une certaine I-Ting. Sa photo ne laisse aucun doute sur son identité. J’hésite une longue heure avant de l’accepter dans ma liste d’amis.

***

Le lendemain matin, en chemin vers bureau, je suis terriblement nerveuse. Les dernières paroles de David et moi avons échanger était ses excuses après m’avoir rempli la bouche. Dès que j’arrive, je me dirige vers son bureau. Il est déjà assis devant son ordinateur.

— Écoutez Vicky… Je tiens à vous répéter mes excuses pour vous être venu dans la bouche sans vous avoir prévenu. C’était vraiment impoli de ma part…

— C’est bon… C’est bon… Je comprends que tu… vous… étiez très excité.

— Bon.

— Mais ce n’est pas notre plus important problème.

Il me regarde d’un ton incertain. Je sors mon cellulaire de ma poche, le déverrouille et lui tends. Il le prend. Il regarde les messages que j’ai échangés avec Tina la veille. Il les lit rapidement.

— Votre fiancé veut m’inviter à faire un trip à trois.

— Hum… Je sais c’est délicat. J’ai essayé de la tempérer. Mais elle est vraiment sous votre charme.

— Je veux que vous lui avouiez notre lien… hiérarchique.

— C’est déjà fait, finit-il par dire. En fait, je lui ai avoué dès qu’on s’est retrouvés seuls dans la voiture en sortant samedi soir.

— Donc, quand elle m’a écrit ces messages-là, elle le savait déjà ?

— Oui. En fait, ça l’a même excitée encore plus. Ça lui a rappelé le temps où je ramenais des étudiantes à la maison et qu’elle se joignait à nous. Donc, si son invitation de ce soir t’intéresse, c’est correct.

— D’accord. Je vais lui texter que j’accepte.

Je me lève, m’approche de la porte.

— Ah oui. Ce soir… Si vous voulez me venir dans la bouche, c’est correct. J’avale. Mais prévenez-moi un peu d’avance.

— D’accord ! Alors à ce soir…

Je ferme la porte derrière moi. Je prends une grande inspiration de soulagement.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s