Récit #104 – Confession

 

Donc, ma première fois avec une fille, ça remonte déjà à plusieurs années. Première année de cégep. Je suis loin de mes parents qui vivent en région, je vis dans un petit appartement avec ma meilleure amie qui vient du même coin que moi. Lundi matin, première période, 9h du matin, cours de Français Littérature. Je ne connais personne. Le hasard veut que je sois assis à côté d’une fille. Appelons-là Annie (nom fictif, parce que j’ai pas demandé sa permission de dire son vrai nom.) Nous sympathisons rapidement.

Ça ne prend que quelques cours pour que nous devenions amies… Mais avec un petit plus, parce qu’on flirt légèrement: compliments, sourires, clin d’oeil. Elle me touche les cheveux des fois. Le mois d’octobre arrive: travail en équipe de deux. Naturellement, nous nous mettons ensemble. Le mois de novembre arrive, trois jours avant la remise du travail, nous ne sommes pas trop avancées parce qu’on a trop procrastiné. Alors le vendredi soir, nous décidons de mettre des bouchés doubles, elle vient chez moi. Il est peut-être une heure de matin lorsque nous terminons. Ma coloc est absente, elle couche chez son chum. Alors je l’invite simplement à rester coucher. Mais elle est pas trop à l’aise à dormir dans le lit de ma coloc, alors nous finissons par nous coucher dans le même lit.

Nous parlons. Nous sommes toutes les deux dans le lit, dans le noir, mais entièrement habillé. Il est peut-être trois heures du matin lorsque nous décidons de finalement dormir. Et tous naturellement, nous nous collons… Nous restons sans bouger pendant plusieurs minutes, lorsque finalement, elle se tourne et elle colle ses lèvres contre les miennes. Nous nous embrassons quelques minutes. Vers la fin de ce baiser, je sens un peu sa langue, mais sans plus. Puis, elle se tourne de nouveau et nous nous endormons.

Lendemain matin, nous nous réveillons, toujours coller l’une contre l’autre. Aucune de nous deux ne revient sur notre baiser de la veille. Lorsqu’on se revoit par la suite, nous continuons de flirter, même que ça augmente légèrement en intensité. Quand qu’on s’échange des courriels, on se laisse des petits ‘x’ à la fin. Des petits mots doux. Mais sans plus.

Le mois de décembre arrive. Le lendemain des derniers examens, nous décidons de sortir toutes les deux. Nous fêtons avec d’autres étudiants. Minuit, il est tard, il fait très froid, il fait sombre. Ni elle ni moi, n’avons peur, parce que Montréal est quand même une ville sûre, mais nous n’avons pas envie de nous séparer. Comme j’habite la plus proche, je l’invite chez moi. C’est un peu la reprise de ce qui s’est passé le mois d’avant. Nous nous installons dans le même lit, nous parlons, nous nous embrassons… Sauf que cette fois-là, nos mains ne restent pas immobiles…

Elle et moi, nous nous regardons. Et sans échange de mots, nous devinons que, tant elle que moi, que nous allons nous rendre plus loin. Nous sommes toutes les deux très nerveuses. Nous nous embrassons… longtemps! Ça commence baiser plutôt sec, mais ça évolue graduellement vers un vrai french sensuel. Nous nous caressons toujours. Pouvoir toucher un autre corps qui ressemble plus au mien fait que je me sens rapidement à l’aise. Je lui caresse les cheveux, le cou. Puis, les hanches, le ventre.

Puis les mains remontent vers les seins. Personnellement, j’aime pas qu’on joue trop avec les miens, mais Annie aime vraiment que je caresse les siens. Je lui retire son chandail et je les caresse avec la langue. Après, je retire mon chandail, remonte, la french sur la bouche. Sauf que cette fois, ma main descend… beaucoup plus bas. Ça me fait tout drôle de toucher une fille entre les jambes, mais en même temps, je ne veux pas m’arrêter. J’en profite pour mettre une main dans son pantalon, dans sa petite culotte. Les poils chatouillent mes doigts, puis soudainement je sens un liquide chaud, mielleux sur mes doigts.

Elle retire son pantalon, je continue de la caresser. Elle aime ça. Moi aussi. Nous échangeons les rôles. Elle me caresse entre les jambes avec ses doigts. Instinctivement, j’ai envie d’aller la caresser avec ma langue en bas. Mais bon, c’est notre première fois à toutes les deux, alors je suis un peu gêné de le faire. Quelques minutes plus tard, je lui demande si je peux. Elle dit oui.

Je suis vraiment nerveuse et gênée. Je la lèche. C’est chaud, salé, mielleux. Mais ça dure une minute gros max. Je ne suis pas entièrement confortable. Elle non plus. Mais ça ne nous arrête pas. Nous continuons de nous embrasser, de nous caresser mutuellement. Après peut-être une quinzaine de minutes, nous nous arrêtons parce que nous sommes toutes les deux fatiguées de notre soirée.

Publicités

Une réflexion sur “Récit #104 – Confession

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s