Récit #127 – Mon autre ami

Ce doit être de l’ennui j’imagine ! Il est parti depuis si longtemps que lorsque j’ai su qu’il revenait quelques semaines dans le coin, j’ai commencé à penser à lui comme je ne l’avais jamais fait avant.

Ça fait quand même plusieurs années que nous sommes amis. Nous avions déjà sortis ensemble. Mais le fait que je sois mineure et lui majeur n’a pas plu à mon père. C’est donc avec regret et dans les larmes que nous avions mis fin à notre histoire. Mais nous sommes toujours restés proches. Un beau lien d’amitié s’est créé au fil des ans. Il y a toujours eu cette tension sexuelle entre nous, car nous ne sommes jamais passés à l’acte. Mais nous avions convenu d’une chose ; on ne coucherait jamais ensemble de peur de mettre notre amitié en péril. Chose qui est la plus importante pour nous.

Mais je dois avouer que juste le fait de penser enfreindre cette règle me donne chaud ! Il doit venir me chercher tout à l’heure. On va passer la soirée ensemble que nous le faisions si souvent avant qu’il parte à l’extérieur.

Je passe donc sous la douche. Je prends soin de me raser méticuleusement. On ne sait jamais ce qui peut arriver ! Je me fais belle comme je sais qu’il aime. Pas trop maquillée, juste assez pour me trouver moi-même belle. Le cheveux détachés et naturellement frisés. Je m’habille à l’aise avec mes jeans qui me font des fesses d’enfer et une camisole qui laisse place à l’imagination.

Ça y est, il est arrivé. En embarquant dans sa voiture, il nous dit que nous allons passer la soirée chez un de ses amis que je ne connais pas. Mais un de nos amis commun sera là. Je suis déçue un peu mais de cette façon, je suis sûre de ne pas enfreindre notre règle. Nous débarquons donc chez son ami qui fut très sympathique tout au long de la soirée.

C’est plutôt le comportement de notre ami commun qui me semble étrange. Pourtant, cela doit fait plus de 10 ans que je le connais et je ne l’ai jamais vu comme ça. J’ai souvent eu des fins de soirée avec lui et il n’a jamais caché son goût pour les seins… surtout les miens qu’il trouve si beaux et aimerait dont voir au complet. J’ai toujours été flattée de ce compliment mais j’ai toujours pris ça à la légère en me disant que de toute façon, il devait la dire souvent cette réplique.

Mais ce soir, son regard se fait plus insistant et ses blagues plus que crues. J’y suis pourtant habituée car j’ai presque juste des amis masculins. Mais avec mon état d’esprit de la soirée et sachant que mes chances d’avoir le sexe espéré sont nulles, on dirait que mon cerveau ne fonctionne plus comme à l’habitude. J’ai chaud dans le bas ventre. Et mes beaux sous-vêtements en sont à devenir trempes.

Nous partons quelques heures après notre arrivée car mon meilleur ami ne se sent pas bien. Comme il dort chez notre ami commun, je pars avec eux pour une fois de plus, terminer la soirée avec lui. En arrivant chez lui, cela ne prend pas deux minutes que mon meilleur ami est couché. Et cinq minutes plus tard, je l’entends ronfler sur le divan à côté de nous.

 

Nous nous installons donc sur l’autre divan en se débouchant une bière. On jase et comme à l’habitude, nous en venons à parler de sexe. Comme nous sommes prêts l’un de l’autre, je vois bien la bosse qui commence à se faire imposante dans son pantalon. Il met alors une main dans mon cou et me dit une fois de plus que mes seins ont vraiment l’air beaux. Qu’ils ont l’air à l’étroit dans ma camisole. Il passe alors sa main sous mon menton. J’ai toujours aimé me faire caresser dans le cou et depuis le début de la soirée que je n’ai qu’une seule envie ; avoir du sexe ! Je me ferme alors les yeux pour en profiter un peu. À ma grande surprise, il s’installe derrière moi et plonge ses deux mains dans ma camisole. Il me dit qu’ils sont encore plus fermes que ce qu’il s’attendait et j’en suis pas mal fière.

Je n’en peux plus…. Je me retourne et l’embrasse à pleine bouche. Il en profite alors pour me retirer ma camisole et mon soutien-gorge. Il met son visage entre mes deux seins et me regarde avec des yeux plus que satisfaits. Il baisse mon pantalon et ma petite culotte juste assez pour atteindre mon clitoris. Comme je suis déjà toute mouillée, il n’a pas de difficulté à passer son doigt entre mes lèvres et le placer sur mon clitoris par la suite. Il se met à la tâche et cela ne prend pas bien longtemps avant je que ne vienne. Il se lève alors debout et me tourne dos à lui pour m’enfiler son membre à l’intérieur. Il se met à effectuer des mouvements de va-et-vient assez frénétiques, à mon plus grand plaisir ! J’essaie du mieux que je peux de retenir mes halètements et mes cris car mon meilleur ami est couché tout juste à côté de nous. Voyant que j’ai de la difficulté à me retenir et que je suis sur le point de jouir, il se retire et me pousse sur le divan. Je vois sa belle grosse queue s’en venir prêt de ma bouche et je la prends presque entière. C’est maintenant à son tour d’être sur le point de jouir. Je ralentis la cadence et remplace ma bouche par ma main. Je me couche sur le dos et l’invite à venir me rejoindre, ce qu’il fait immédiatement. L’état plus qu’humide de ma chatte lui permet de m’enfiler en un rien de temps. Nous sommes tous les deux se le bord de venir. C’est moi qui flanche en premier car de sentir sa queue grossir de plus en plus à l’intérieur de moi et le fait qu’il continu de jouer avec mon clitoris me rend complètement folle. Cela ne prend que quelques secondes pour qu’il explose lui aussi.

Nous nous effondrons côte-à-côte sur le divan. J’entends encore mon meilleur ami ronfler à côté de nous. Je me sens gênée tout d’un coup et le rouge me monte au visage. Je file à la salle de bain me rafraichir et reprendre mes esprits. Cela ne me ressemble pas du tout. Mais j’avais tellement envie qu’il se passe quelque chose ce soir que j’ai flanché. Et en repensant à ce qui vient de se passer, je me mets à mouiller de plus bel.

Je retourne au salon rejoindre mon ami qui s’est rhabillé et qui a l’air aussi bouleversé que moi lorsque que je suis partie pour la salle de bain. Il regarde par terre et me bredouille des excuses. Je lui dis qu’il n’a pas besoin de s’excuser. Si ça avait été mauvais, j’aurais exigé des excuses mais que ce soir, je n’en avais pas besoin. Il me regarde alors et m’invite à m’assoir à côté de lui. Nous reprenons notre discussion du début de la soirée, mais comme il voit que j’essaie de ramener le sujet du sexe, il ne se fait pas prier pour replonger ses mains dans ma camisole. Mais ça c’est une autre histoire !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s