Récit #137 – Ma cousine #2

Récit #136 – Ma cousine #2

Je vis une relation purement sexuelle avec ma cousine, et ce depuis plusieurs années. Nous sorties sont presque toutes pensées en fonction d’avoir du plaisir. Nous sommes adeptes des bains et saunas, autant l’hiver que l’été. Ma cousine nous a réservé une journée dans un SPA à Mont-Tremblant, prétextant qu’ils font des massages très relaxants, et se déplacent dans les chambres d’hôtel.

Nous avons passés environ 2 heures dans des spas à l’extérieur, passant de l’un à l’autre. Lorsque nous étions dans le bain de vapeur, la visibilité était presque nulle et j’en profitais pour lui caresser la vulve, qui était en feu et toute mouillée, huileuse. Elle me disait de me retenir, du calme disait-elle. Nous sommes allés ensuite manger un repas léger, il y avait quelque chose dans son regard, mélange d’excitation et de mystère.

 

29063322_279513569249369_2392335739225374720_n

Arrivés dans notre chambre, elle me demanda un verre de champagne, boisson qu’elle adore, elle refusait que je la touche, elle disait plus tard, mais c’était difficile, car elle se promenait en petite tenue, toute en dentelle rose, comme j’aime. J’étais bandé très dur, quand soudainement on cogna à la porte. Elle me demanda d’ouvrir avec un sourire sachant que j’étais en érection. J’enfilais ma robe de chambre avant d’ouvrir la porte pour me retrouver devant une jeune magnifique femme, mélange d’asiatique et nord-américaine.

Je viens pour les massages dit-elle, avec la table de massage à la main. Je la fis entrer et elle se présenta. Elle commença par ma cousine qui se mit toute nue, pas du tout gêné. La voir se faire masser par cette magnifique créature, tellement douce et avec une patience inouïe, me faisait bander. Je n’osai pas me lever pour ne pas faire voir mon érection. Ce fût à mon tour et devant mon hésitation, ma cousine me demanda de me mettre tout nu, alors que j’étais encore en érection. La masseuse me dit qu’elle était habituée et que c’était normal, de ne pas m’en faire.

Elle se retourna pendant que je m’installai alors sur le ventre, de me retrouver tout nu devant une inconnue, était plutôt excitant. Elle commença par le cou et me demanda de relaxer, car j’étais tendu. J’ai dû me relever un peu afin de placer mon pénis confortablement. Après environ 15 minutes, ma cousine s’approcha et demanda à notre masseuse si elle pouvait aussi me masser, pour apprendre. Au début, elles se parlaient, pour ensuite devenir muettes, et là, je ne savais plus qui me massait. Elles me massaient le dos, les pieds (j’adore) pour se retarder sur mes fesses. C’était tellement excitant, je sentais des doigts fleurer mon anus, les filles mettaient de l’huile à partir du cou jusqu’à entre mes jambes. C’était très agréable.

La masseuse me demanda tendrement de me mettre sur le dos. Tant pis pour mon érection. Je me retournai et la masseuse me mit une serviette sur mes yeux. Je me sentais dans un état second, comme dans une autre dimension. Encore une fois, mes pieds furent massés, mon cou, le visage, les cuisses. La masseuse dit à ma cousine qu’ayant un corps sportif, un massage adéquat s’imposait. En massant mes abdominaux, je sentais leurs bras qui effleuraient mon pénis, c’était tellement excitant.

Une main déplaça mon pénis tout en douceur pour permettre de masser mon ventre. Par la suite, en me massant, elles effleuraient mon pénis de plus en plus. Là, une main prit mon pénis, mais cette fois-ci, pour ne plus le lâcher. Je sentais des petites mains, des petits doigts, monter et descendre le long de ma verge. Ma cousine s’approcha de mon oreille et me demanda de me retenir et qu’elle déciderait de mon éjaculation.

Je ne savais plus qui me masturbait et c’était délicieux. Elles nettoyèrent ensuite mon pénis avec une service chaude, pour sentir des coups de langue sur ma queue, pour ensuite disparaitre dans une bouche tellement douce. Je n’avais pas le droit de les toucher ni de parler. Sans que je me rende compte, j’entendis ma cousine me demander à l’oreille si j’appréciais? Bon sang, j’étais sûr que c’était ma cousine qui me suçait. Je devins encore plus excité.

Après quelques minutes, ma cousine enleva la serviette qui me couvrait les yeux. Cela prit quelques secondes avant de retrouver ma vue, étant embuée. Là, je vis ma belle masseuse, complètement nue, savourer mon pénis comme si c’était une glace. Ma cousine, toute souriante, me répéta encore une fois de ne pas jouir. Ma cousine se pencha pour m’embrasser longuement, pendant que la masseuse se délectait de mon pénis qui était en feu. Ma cousine monta sur la table, plaça son sexe sur mon visage et commença à me sucer. Son jus coulait le long de ses jambes, que j’avalais avec délectation. À présent, deux femelles s’occupaient de ma queue. Je devais me concentrer pour ne pas jouir, je n’avais pas le droit, c’est ma cousine qui décidait.

Ma cousine demanda à la masseuse de prendre sa place. Misère, comment allais-je faire pour ne pas jouir avec la chatte de cette femelle dans ma bouche. C’était divin, sa vulve était douce comme la chair d’une mangue, gluante, je l’entendais gémir et c’était tellement agréable. Devinant que je n’en pouvais plus, ma cousine me donna la permission de jouir, ce qui ne tarda pas. Je sentais la pression s’accumuler et me suis retenu le plus possible, jusqu’à ce que j’explose.

J’aurais aimé voir gicler dans les visages de ces deux femelles, mais j’avais le sexe de la masseuse dans mon visage. J’ai joui longtemps et beaucoup, les filles donnaient des coups de langue, tendrement. La masseuse se retira et alla se placer aux côtés de ma cousine. Je me relevai un peu et vit ma semence partout, en grandes quantités. Les deux filles me regardaient avec un beau sourire, se regardèrent avant de commencer à nettoyer toute ma semence et l’avaler, tout en me regardant. Après m’avoir nettoyé avec leurs langues, elles s’embrassèrent tendrement. Je me suis remis à bander, ma cousine dit à la masseuse, ‘je t’avais dit qu’il était capable de rebander juste après avoir éjaculé’.

Ma cousine me présenta son amie, qui n’était pas du tout masseuse. C’était une amie de l’université en qui elle se confiait. Plus tard, ma cousine et moi fîmes l’amour devant son amie, qui nous regardait et se caressait. Nous fîmes l’amour dans toutes les positions, mais c’est devant la table à masser, que je la pris en levrette, avant de venir en elle et être caressé par son amie dans le dos et les fesses. Nous avons partagé le champagne avant d’aller au bar de l’hôtel et reparler de tout cela. Ma prochaine aventure avec ma cousine, est de faire l’amour dans ma nouvelle voiture, une Porsche 911 C4S, dont je la conduis parfois en hiver, dans un stationnement d’un hôtel. Sublime.

 

 

Une réflexion sur “Récit #137 – Ma cousine #2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s