Récit #139 – Catherine – Partie 5

Je me réveille. J’entends mon chum prendre sa douche dans la pièce d’à côté. J’étire les bras et je me lève. J’enfile ma robe de chambre et je me dirige vers la cuisine. Je commence à me faire à déjeuner tranquillement.

Après quelques minutes, j’entends mon chum sortir de la chambre. Il s’approche de moi, il m’enlace, il m’embrasse dans le cou.

— Tu as quelque chose de prévue pour ce soir pendant que je serais avec ma gang?

— Oh oui, dis-je en souriant. Je rencontre mon amante ce soir…

— Ton amante…, dit-il avec un ton pensif. Et qu’est-ce tu vas faire?

— D’après toi?

— Je veux que tu le dises… dit-il avec ton mielleux.

— Je vais la baiser! répondis-je crument.

Je commence à sentir une petite bosse dans le creux de mon dos.

— Décris-là moi, dit-il lentement.

— Non, non… dis-je. Ça ne fait pas partie de notre entente… J’ai obtenu le droit de garder son identité secrète…

— Je ne demande pas son nom… Juste de quoi elle a l’air… Comme la couleur de ses cheveux.

— Non, non… Je te connais… Si je te donne le moindre détail, tu vas analyser chaque fille que tu vas me voir côtoyer…

— D’accord… D’accord… Mais tu peux me dire au moins ce que vous faites ensemble…

— Humm… Ça j’imagine que je peux…

— Alors? demande-t-il impatient.

Je prends mon assiette, je vais m’assoir à la table.

— Et bien, dis-je alors qu’il s’assoit devant moi. Deux filles… c’est plus sensuel, plus doux. On flirt, se taquine, se fait des compliments. Puis, on s’embrasse, se caresse, se déshabille. On explore nos corps, se donne de petits massages… Puis on baise…

— C’est quoi ta position préférée?

— Moi… J’aime… Pardon… J’adore! manger sa chatte… Je m’installe délicatement entre ses jambes et je la lèche… Je savoure son jus intime… J’utilise ma langue pour la faire jouir…

Il regarde sa montre. Il doit se dépêcher pour ne pas être en retard. Moi, j’ai encore une demi-heure avant de partir pour travailler. J’en profite pour lézarder un peu.

***

À 17 h 30 lorsque le cours de yoga fini, Florence et moi nous nous dirigeons vers le vestiaire. Nous entendons derrière nous, Virginie, notre prof qui nous lance :

— Les filles! dit-elle alors qu’elle arrive à côté de nous. Je me demandais si ça vous seriez disponible en fin de semaine? On pourrait se faire une double date? Manger au restaurant ou quelque chose comme ça?

— Ah, lance Florence en me regardant les yeux plissés. J’ai quelque chose en fin de semaine.

— Mais le samedi qui suit, je crois qu’on va être libre, dis-je.

Florence me lance un regard. J’ai pas envie de dire devant Virginie que nos chums seront en voyage d’affaires. Alors je lui juste un sourire exagéré, espérant qu’elle me fasse confiance.

— Oui! finit-elle par lancer. C’est vrai. Samedi, le 24. C’est bon!

— On pourrait aller au restaurant? demande Virginie. Mais si vous préférez, on pourrait faire ça chez moi.

— Chez toi, dis-je avec un petit sourire en coin. Ça serait parfait!

— Parfait, lance-t-elle radieuse. Le 24. Je vais vous texter mon adresse!

— Parfait!

Virginie retourne vers la salle de classe alors que nous continuons vers le vestiaire. Dès qu’on se retrouve à l’abris d’oreille indiscrète.

— Attends que je dise ça à mon chum… Double date de filles… Chez elle en plus…

— Tu crois qu’y va se passer quoi? me demande-t-elle.

— Aucune idée… Mais depuis qu’elle pense qu’on est un couple, elle nous regarde un peu différemment.

— Tu crois qu’elle est échangiste? lance-t-elle mi-sourire.

— Aucune idée… Mais si c’est le cas, peu importe de quoi l’autre fille à l’air, c’est moi qui s’occupe de Virginie!

— Pfff… Pis tu vas vraiment le dire à ton chum?

— Ben oui! Pourquoi pas!? J’aime ça notre nouvelle entente de couple! Pas de mensonge… Pas de cachoterie… Et ça me permet de faire sortir la lesbienne en moi! Et puis, ça l’excite de savoir que je vois des filles. T’aurais dû le voir ce matin alors qu’il me demandait ce que je ferais ce soir…

— Tu lui as pas dit que c’était moi toujours?

— Non, non… T’inquiètes. Je te l’ai dit l’autre fois… Il s’est engagé à ne pas essayer de savoir qui tu étais!

— Tant mieux! souffle-t-elle.

— Pourquoi tu le dis pas à Joffrey?

— Es-tu malade? Ce n’est pas ce genre-là… Il est bien trop conservateur. Et il est du type jaloux. Si je lui dit que j’ai une maîtresse, il va me demander de choisir!

— Et qui tu choisirais? dis-je en haussant les sourcils.

— Ahhh… Ça serait tellement plus simple si tu étais célibataire!

— Qu’est-ce que ça veut dire?

— Ben, si tu étais célibataire… Je crois que je te choisirais…

Nous échangeons un baiser qui dure plusieurs minutes. Nous finissons de nous changer, allons manger un petite bouchée dans un petit restaurant, et nous nous retrouvons chez elle…

Dès que la porte se referme derrière nous, je l’enlace, l’embrasse. Mes mains se retrouvent sur ses fesses. Je l’attire vers la chambre à coucher, vers le lit. Mais elle s’arrête, sort son téléphone de sa poche.

— Qu’est-ce que tu fais? lui dis-je contrariée.

— J’ai oublié de configurer l’alarme de proximité! Je veux pas qu’il nous surprenne.

J’attends quelques secondes qu’elle dépose son téléphone sur la table de chevet. Nous recommençons à nous embrasser. Elle commence à me déshabiller maladroitement. Je fais de même. Alors qu’elle me retire mon chandail, ses doigts agiles dégrafent mon soutien-gorge. Elle commence alors à me lécher les seins. Sa langue est tellement douce… Je lui caresse les cheveux, l’encourage en poussant de petits soupirs. Lorsqu’elle sa tête remonte, je l’embrasse de nouveau.

Nous nous jetons sur le lit. Je la sens qui déboutonne mes jeans. Elle m’embrasse de nouveau les seins, mais cette fois, je sens qu’elle tire sur mes pantalons. Elle m’embrasse le ventre et termine de déshabiller.

J’écarte les jambes. Elle s’installe aussitôt et elle commence à me lécher avidement. Elle me connait tellement bien, qu’elle sait exactement où poser sa langue pour me faire me donner du plaisir. Je me laisse allez, relâche les muscles de mon cou alors qu’elle continue de me lécher…

Elle commence à utiliser ses doigts. J’adore ça… Je me laisse faire. Graduellement, je deviens de plus en plus excitée, allumée, vocale… Jusqu’à ce que j’ai un orgasme… Elle me dit qu’elle a besoin de se reposer quelques minutes. Nous nous couchons l’une contre autre en cuillère…. Mais nous finissons par nous assoupir lentement…

Et le réveil fut brusque. À minuit et des poussières, l’alarme de son téléphone sonne. Elle se lève en panique, prends son téléphone.

— Oh shit! Il est presque arrivé! On a deux minutes gros max!

— Fuck!

 Je saute en dehors du lit. J’agrippe mes pantalons, mon chandail, me dépêche à les enfiler alors que je cours presque vers la porte d’entrée. Je trébuche devant la chambre de bain, me relève rapidement.

— J’ai pas ma brassière! lui lance-je en touchant mes seins.

— Je m’en occupe. Je te la donne la prochaine fois qu’on se voit!

Elle s’approche de moi, on s’échange un petit baiser rapide sur la bouche et je pars. Je m’avance dans les couloirs de l’édifice à logement. Comme j’entends des pas qui montent les marches, je me tourne vers une des portes et je fais semblant que je cherche mes clés. Dès que l’homme me dépasse, je regarde. Je reconnais immédiatement la silhouette de Joffrey, le chum de Florence. Je n’attends pas qu’il se retourne. Je prends les escaliers et je pars…

Lorsque j’arrive à la maison, toutes les lumières sont fermées, mais je sais que mon chum est là. Son sac avec son ordinateur portable est là. Je fais alors attention pour ne pas faire de bruit. Je me dirige vers la douche et je commence à me laver le visage..

Mais j’entends des bruits de pas qui s’approche. Je vois le reflet de Pierre dans le miroir. Il ne porte que ses boxers. Il s’approche de moi.

— Qu’est-ce que tu fais? me demande-t-il.

— J’ai besoin de prendre une douche.

Mais il me fait un petit signe de non de la tête.

— J’ai envie de toi, dit-il avec un petit sourire.

— Je suis toute collante, lui dis-je… J’ai fait beaucoup d’exercice ce soir, lui dis-je mi-sourire.

— Ça… Je m’en doutais… Mais je m’en fous…

Ses mains se posent sur mes hanches. Il déboutonne mes jeans et les laisse tomber à mes pieds. Ses mains entrent dans mon chandail. Il commence à me caresser les seins. Je peux sentir sa bosse dans ses boxers.

Il baisse ma petite culotte. J’ai à peine le temps de me retourner qu’il commence à m’embrasser. Je sens qu’il tire sur ses boxers. Je les sens qui tombent sur le sol. Sa queue frotte entre mes jambes. Ça me donne une bouffée de chaleur.

Il me soulève par les cuisses et il me transporte jusque dans notre chambre. Il me lance sur le lit et grimpe. J’écarte les jambes. Il s’installe rapidement sur moi. Il prend sa queue dans ses mains et il la frotte contre mes lèvres intimes.

— Tu es encore humide… me dit-il.

Je pose mes mains sur mes fesses et je pousse son bassin vers moi. Sa queue entre en moi… C’est tellement subit que ça pince un peu, mais après quelques va-et-viens, je ne ressens que du plaisir. Son regard est intense alors qu’il me pénètre. Je lui caresse les cheveux, attire sa bouche vers la mienne et le french alors qu’il continue.

Je lui chuchote à l’oreille : « Viens en moi… Je veux te sentir exploser en moi… » Je le sers fort contre moi. Il continue de me pénétrer avec vigueur pendant un autre deux minutes, jusqu’à ce qu’il ralentisse… puis jouisse!

Il se retire après une dizaine de secondes et il se couche à côté de moi. Après une minute, je finis par lui dire :

— C’était intense à soir… lui dis-je.

— Toute la soirée, j’arrêtais pas d’imaginer ce que vous faisiez… Pis quand je t’ai vu dans la chambre de bain, avec la sueur d’une autre femme sur ton corps… J’ai juste eu envie de te sauter dessus…

***

Quelques jours plus tard, un vendredi après-midi pluvieux, je suis au bureau, devant mon ordinateur lorsque je reçois un appel de la réceptionniste.

— Il y a quelqu’un ici pour te voir, me dit-elle.

Lorsque j’arrive à la réception, je vois Florence. Entièrement trempée, autant ses cheveux, que ses vêtements. Elle a le visage pâle, elle fixe le vide. Je m’approche d’elle lentement.

— Flo… Qu’est-ce qui ce passe? dis-je inquiète.

Elle bouge les lèvres, mais aucun mot ne sort. Je la sers fort, fort contre moi. Alors que je lui fais une caresse sur le dos. Elle finit par dire :

— Je l’ai surprise au lit avec une autre…

— Quoi? Qui?

— Joffrey… Je… Je l’ai surprise au lit avec une autre femme…

(À suivre!)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s