Récit #173 – La fête d’ami

Métro, boulot, dodo… la vie passe dont vite!

Le matin, mon moment préféré, c’est quand je m’assois devant ma tasse de café. C’est un moment de calme où je fais le tour de mes messages et de mon Facebook, avant d’enfiler mes vêtements en vitesse. Mais aujourd’hui, je prends quelques minutes de plus pour choisir ce que je vais porter. C’est que ce midi j’ai une activité récompense! C’est comme ça que j’appelle mes rencontres avec Martin, mon amant.

Je l’ai rencontré un soir de fête chez un ami l’été dernier. Dès son arrivée, ses yeux noirs ont tout de suite capté mon attention. Quand mon ami me l’a présenté, je ne me suis pas contentée de lui serrer la main. Je me suis rapprochée de lui, j’ai posé mes mains sur ses épaules et me suis permis de l’embrasser sur les 2 joues. L’odeur de son corps mêlé à celui de son parfum que je percevais par l’ouverture de son col de chemise était enivrante.

Plus la soirée avançait, plus je voulais me rapprocher de lui. J’ai saisi ma chance d’ouvrir la conversation quand je l’ai vu se diriger vers la table pour se servir un verre de punch. Punch qui, je dois dire, était assez relevé. Comment dire, on a connecté en un instant. Les heures suivantes ont eu l’air de n’être que quelques minutes. Alors vous dire ma déception quand mon ami est venu le chercher pour lui présenter un convive retardataire qui se pointait enfin le bout du nez! Arrghhh…

Cependant, ce qui ne fut pas désagréable du tout, fut d’admirer ses fesses alors qu’il se dirigeait vers l’entrée. Son jeans les moulait parfaitement. Ouf! Un regard de braise, un parfum enivrant, des épaules bien carrées, des fesses rebondi… je ressentis une chaleur envahir mon ventre…

Me retrouvant ainsi seule, je décidai d’aller revoir mon maquillage à la salle de bain. À 23 invités dans une maison, même si une partie de la fête se passe dehors, y’a du monde pour aller aux toilettes! J’attends mon tour et alors que je me retrouve la dernière en file, je sens quelqu’un arriver derrière moi. C’est Martin. On se sourit et je me demande quel goût peut avoir sa bouche. Alors que la conversation coulait si facilement il y a quelques minutes à peine, je n’ai plus envie de parler. À ce moment précis, tout ce qui m’intéresse c’est goûter sa peau, sentir ses mains sur moi. Je me lance donc et lui dis:

-J’ai envie de t’embrasser…

Comment un regard peut-il devenir encore plus intense? En y ajoutant un soupçon de désir…

Ses yeux prennent une nouvelle teinte. Ce qui a un effet direct sur mon bas-ventre… Nos regards sont toujours accrochés l’un à l’autre quand il s’approche de moi et me pousse vers la chambre dont la porte est ouverte à côté de la salle de bains. Dans le noir, il me plaque contre le mur. Je sens son corps se rapprocher du mien. Je glisse mes mains sur son torse, puis sur son ventre et sa taille et l’attire contre moi. Quand il baisse la tête vers moi pour s’emparer de ma bouche, je sens son érection sur ma cuisse. Nos langues se mêlent et je sens mon cœur battre entre mes cuisses. Je mouille en imaginant ce qui va arriver. Mes mains glissent sur sa chemise pour l’ouvrir et je peux enfin poser ma bouche sur sa peau. Je m’enivre de l’odeur de son corps… mais il ne me laisse pas poursuivre mon exploration tout de suite. Il relève mes bras au-dessus de ma tête et les y retient en prenant mes poignets avec une de ses mains. Avec son autre main, il soulève mon chandail et détache mon soutien-gorge. Puis, il les fait tous les deux basculer par-dessus ma tête sans lâcher mes poignets. Je me retrouve à moitié nue devant lui. Il fait un pas en arrière afin de mieux voir ma poitrine. La lumière du couloir éclaire mes seins dont les mamelons pointent vers lui. Ils lancent un appel silencieux à sa bouche. Martin semble comprendre d’instinct mon désir car c’est exactement ce qu’il fait. D’abord plus doux, sa bouche devient dure et il me mordille plus fort… qu’est-ce qu’il m’excite… Alors qu’il se redresse pour revenir vers ma bouche, sa main qui pétrissait mon sein descend lentement vers mon sexe. Il soulève ma jupe et écarte facilement mon string pour glisser son doigt sur mon clitoris puis en moi… le petit sourire que je vois naître sur ses lèvres me confirme qu’il est très satisfait de l’effet qu’il me fait. J’étais bien mouillée et je ne résisterais pas longtemps aux va et viens de ses doigts sur moi. S’il ne s’arrêtait pas, il me ferait jouir rapidement…

-Dis-moi que tu aimes ça, murmure-t-il alors à mon oreille.

-Oh oui, j’aime beaucoup ça, répondis-je au bord de la jouissance.

Il me laisse alors baisser les bras mais ce n’est que parce qu’il a besoin de ses mains pour défaire sa braguette et sortir sa queue de son jean. Je suis plus que prête à le prendre en moi. Il me soulève du sol et me dépose sur le bureau tout près de nous. Je sens son gland frôler mon clitoris et se frayer un chemin vers ma chatte… Quand il me pénètre, je dois faire un immense effort pour ne pas gémir de plaisir. Je dois me retenir… C’est qu’une autre personne est venue à la salle de bains adjacente à la chambre il y a quelques minutes voyez-vous… Est-ce qu’elle nous a vu ou entendu? Je dois avouer que le risque d’être surpris ajoute à l’excitation du moment.

-Jouis pour moi, me dit alors Martin.

Il est maître de mon plaisir ce soir et il m’est très facile de suivre son ordre. Mon corps entier vibre sous les mouvements de sa queue en moi. Je ne jouis que pour lui, déposant mon cri de plaisir dans son oreille. Je sens alors que lui aussi va se laisser aller. Il a le souffle court et ses yeux sombres se ferment quelques instants. Encore quelques mouvements de bassin et il m’offre lui aussi le cadeau de son orgasme. La tête perdue dans mon cou, m’inondant de son sperme, lui aussi jouit pour moi…

-Très heureux de t’avoir rencontré ce soir Brigitte! Serais-tu partante pour une autre rencontre prochainement?, me glisse-t-il à mi-voix alors qu’on se rhabille en se souriant, reput de plaisir.

-Bien sûr! Quelle belle idée!, lui répondis-je et j’ai quitté la chambre quelques minutes avant lui sur la pointe des pieds.

À mon retour à la maison ce soir-là, quelques secondes à peine après mon arrivée, mon cellulaire vibrait à l’arrivée d’un nouveau message. Un très court message texte disant :

-Bonsoir B… J, dors bien, M.

Je vous laisse deviner quelle partie de mon corps a voulu répondre… 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s