Récit #195 – Le propriétaire – Partie 3

Par Élodie Parent,

J’arrive chez moi. Je viens tout juste de terminer un travail d’équipe. Il fait noir, froid… Et je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vraiment envie… Vraiment envie de baiser.

Je regarde par la fenêtre et je vois la voiture de Patrick dans l’entrée.

Je prends une chance. Je lui texte :
— J’ai besoin de baiser… Right now.

Il s’écoule quelques secondes. Et je reçois une réponse :
— Monte !

Je dépose mon sac sur le sort et je ressors immédiatement. Je me dépêche à monter les marches. Je n’ai même pas besoin de cogner. Patrick m’ouvre la porte. Je n’ai même pas envie de lui parler. Je me dirige immédiatement vers sa chambre à coucher.

Dès qu’il ferme la porte, je m’agenouille devant lui. Et je sors sa queue de ses pantalons et je commence à la sucer. Il a déjà une forte érection. Je lui donne de longs baisers sur le gland, lèche son manche.

À chaque pause, j’en profite pour retirer des morceaux de vêtements. Je commence par mon chandail, puis mon soutien-gorge, puis mes souliers, puis mes bas.

Lorsque je me lève pour déboutonner mes jeans et les laisser tomber sur le sol, Patrick m’enlace. Je sens sa queue qui s’enfonce dans le creux de mon dos.
— Tu sais quoi… Et si je t’initiais… ce soir ?
— Ce soir ? dis-je lentement.
— Est-ce que tu as fait tes exercices avec le butt plug comme je te l’avais demandé ?
— Oui, oui…
— Alors, es-tu prête ? me demande-t-il alors que sa queue glisse entre mes jambes et frotte contre ma petite culotte.

Voyant que je reste silencieuse, il ajoute :
— Pis, t’as tellement de belles fesses, dit-il en passant sa main dans mes cheveux et qu’il caresse mon cou.
— Tu promets d’y aller doucement ? je lui demande.
— Oui, oui, chuchote-t-il.
— Alors, on essaie, dis-je.

Je le sens alors agripper ma petite culotte et il l’a fait glisser lentement le long de mes jambes. Je l’entends déballer un condom derrière moi.

Il me met une main sur l’épaule, il me pousse sur le lit. Sa queue frotte entre mes deux fesses. J’ai un léger sursaut lorsque je la sens contre mon anus. Mais elle finit par glisser dans ma chatte.

Dès que je la sens bien en moi, je pousse un fort gémissement. Je sens ses deux mains me serrer les hanches bien solidement. Et il commence à aller et venir en moi. Je l’encourage, lui demande d’aller plus vite.

Au bout de quelques minutes, il ralentit, se retire de moi.
— C’est l’heure… chuchote-t-il.

Je l’entends ouvrir un bouteille de lubrifiant. Je sens quelques gouttes me couler doucement entre mes fesses. Avec ses doigts, il commence à masser délicatement. Je les sens entrer en moi délicatement.
— Tu es plus que prête, finit-il par dire. Ça parait que tu les as bien utilisés les plogues…

Alors qu’il finit sa phrase, je la sens. Sa queue. Son gland contre mon anus. Je sens qu’il ajoute encore quelques gouttes de lubrifiant. Puis, il pousse… Sur le coup, ça pince, mais ça s’estompe rapidement lorsque je sens son gland complètement en moi. Il prend une pause, il remet ses mains sur mes hanches.
— Tu fais bien ça, commente-t-il.

Je le sens pousser encore. Puis il recule un peu. La sensation est tellement intense… Tellement plus intense que tout ce que j’ai pu ressentir avec mes jouets d’entrainements. Ça queue va graduellement de plus en plus profond en moi.
— Tu en où ? La moitié ? lui demande-je.

Mais il n’a même pas le temps de me répondre qu’il pousse un peu plus et je sens ses couilles toucher l’intérieur de mes cuisses. Sur le coup, je pousse un autre fort gémissement.
— J’arrive pas à croire qu’elle soit toute entrée, commente-je en poussant un soupire.

Il fait de plus grand mouvements de va-et-viens… Et c’est bon ! Vraiment bon ! Je continue de pousser de forts gémissements alors qu’il continue de m’enculer de plus en plus rapidement.

Je suis comme en transe alors qu’il continue… Ce qui me sort de ma transe, c’est lorsque j’entends la porte de la chambre s’ouvrir. Je tourne la tête. Je vois Laurie, la blonde de Patrick entrer dans la chambre. Elle nous regarde quelques secondes.
— Je pouvais vous entendre de dehors, commente-t-elle.

Elle s’approche de Patrick, elle lui donne un baiser sur la bouche. Elle me caresse les fesses délicatement alors que Patrick continue de m’enculer sans gêne. Elle marche autour du lit et elle s’arrête devant moi.

Elle déboutonne son jeans, baisse ses pantalons et sa petite culotte. Et elle grimpe dans le lit, ne prenant même pas la peine de retirer le chemiser qu’elle a portée toute la journée. Elle écarte ses cuisses, elle approche son entre-jambes de mon visage. Dès qu’elle est suffisamment près, je me penche et je commence à la lécher.
— Il n’y pas de meilleure manière de commencer la fin de semaine, lance Laurie. Pas vrai mon amour ?
— Parfaitement d’accord…

J’ai de la misère à m’appliquer dans le cunni que je prodige à Laurie, parce que les sensations que Patrick me fait ressentir sont vraiment extrême. Je sens vraiment que Patrick remplit mes fesses… Ça dure encore quelques minutes, puis Patrick commence à ralentir subitement… Puis je sens les spasmes de sa queue contre mon anus alors qu’il remplit le condom.

Il se retire lentement de mes fesses et en me caressant les fesses, ils me disent :
— Tu as été parfaite…

Je me redresse et je déboutonne la chemise de Laurie. Je tire sur son soutien-gorge alors qu’elle essaie de le dégrafer. Dès que ses seins sont libres, je les caresse avec mes mains, avec ma langue. Puis, je remonte et je l’embrasse sur la bouche.

Lorsque nos lèvres se séparent, je redescends entre ses jambes et je recommence à lécher sa chatte. Patrick s’installe à côté de moi, me caresse le dos alors que je continue de satisfaire sa blonde. Nous échangeons même de rôle à plusieurs reprises.

À bout de quelques minutes intenses pour Laurie, c’est de nouveau mon tour, mais cette fois-ci, elle pose mes mains sur ma tête alors que ses cris augmentent d’intensité. Plus je lèche, plus je sens ses doigts serrer mes cheveux. Ses respirations sont irrégulières… Plus elle finit par pousser un cri aigu. Ses mains lâche finalement ma tête, elle se caresse les seins en se mordant le bas de la lèvre. Puis, je la vois se détendre.

Lorsqu’elle se redresse après une petite pause, elle approche son visage du mien, elle vient m’embrasser.
— Merci… Merci de partager ces moments avec nous, dit-elle avec un sourire.

Je ne sais pas trop quoi répondre. Alors, je leur fais un petit sourire gêné, passe une main dans mes cheveux.
— Étends-toi… Je m’occupe de toi, finit-elle par dire.

Je m’étends perpendiculaire au lit. Laurie écarte mes jambes. Je vois son visage angélique s’installer. Elle me fait un petit clin d’œil et elle pose sa langue contre ma chatte. Patrick, étendu à côté de moi, me caresse le ventre, les seins avec ses mains, sa bouche.

Je finis par reposer ma tête sur les draps du lit. Je ferme les yeux, savoure chaque caresse qu’y parcourt mon corps. Sa langue, ses doigts agiles savent bien où et comment me toucher pour me faire plaisir. Lorsque je tourne la tête, j’ouvre brièvement les yeux pour voir Patrick, de nouveau bandé, qui se touche lentement en nous regardant.

Puis, je n’en peux plus… Je pousse deux puissants gémissements. Je me raidis… Et je jouis !

Lorsque je me redresse, le souffle encore court, je peux les voir juste à côté de moi. Laurie est à plat ventre sur le lit… et sa queue lui pénètre ses fesses. C’est animal, mais c’est tellement beau de les voir baiser devant moi. Je me touche un peu en les regardant. Ça dure quelques minutes. Patrick finit par lui recouvrir les fesses de quelques jets de sperme. Il disparait quelques instants, revient avec une serviette qu’il utilise pour laver Laurie.

Je m’étends au milieu du lit. Laurie se colle contre moi d’un côté… Patrick de l’autre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s