Récit #220 – Que d’attentes!

Par July

Il y a deux décennies que je suis avec mon chum, deux enfants, 1 des deux vit à l’extérieur et l’autre, fait de rares sorties. Relations sexuelles limitées car il y a toujours quelqu’un et je ne peux pas jouir aussi fort que j’aimerais.

Ce weekend était prévu depuis 3 semaines. Nous, parents, avions un party en soirée samedi. Le plus jeune passait d’un midi à l’autre chez des amis. On avait la maison à nous. Je pourrais me laisser aller à jouir aussi fort que je le veux. J’en rêvais.
Notre party s’est terminé vers minuit même si je l’avais supplié de partir. Chaque fois qu’on se croisait je frottais son pénis, lui sussurais des mots cochons à l’oreille, le plaquais contre un mur la main bien placée, lui enfonçais ma langue dans la bouche, etc.
Finalement à la maison, 1 heure du matin, je me déshabille car j’en peux plus. Faut dire que j’ai retrouvé mon amie Libi depuis quelques semaines. Libido ne me quitte plus jamais et elle est très forte.

Je déshabille mon chum de façon si sensuelle qu’il me demande qui je suis😋. Je suis l »amie de Libi voyons.

On va directe dans la chambre full intentionnés après l’alcool ingerée, je suis prête à l’accueillir directe. Il a d’autres intentions. Il me caresse doucement le long du corps allongé, s’attarde à mes seins qu’il frotte, masse, engloutis, tire, brasse. Je suis si excitée, je gémis sans gêne, sans retenue. Enfin!! Il continue en descendant jusqu’à ma vulve déjà gonflée par l’excitation et se met à me doigter tout en m’embrassant gouluement la bouche et en mordillant mes lèvres. Il me fait tourner sur le côté et s’allonge en arrière de moi. Habillement, il m’enfonce sa verge bandée au plus profond de mon vagin. Wow! Commencent une série de va-et-vient incroyables avec quelques changements de positions subtiles. Je « chante » mon bonheur sans retenue. À mes sons jouissifs qui augmentent en intensité et en force, il comprend que je vais venir et accélère ses coups de bassin jusqu’à ce que je cri un OUIIIIIIIIIIIIII bien senti.
Il me dit à l’oreille, pendant que je sursaute encore en cascades en gémissant toujours ma jouissance vaginale: « scène 1 terminée. Elle a durée 1h15 ». Wow! On est loin de nos ptites vites de jeunesse.

Il me fait basculer aussitôt sur le dos, m’embrasse jusqu’au fond de la gorge, descend en me caressant les seins de nouveau (ouiii, encore) le ventre, il me plotte avec un doigt de plus en plus vite. On entend très bien le son signifiant que je suis tellement excitée, lubrifiée et dilatée. Mon chum passe de un à trois doigts en moi mais les échange rapidement pour sa bouche. Il est sur le cas de mon clitoris. Il se met à me licher, me manger des fois intenses, des fois tout doux et n’arrête jamais, jamais sous mes soupirs, mes gémissements, mes complaintes, mes « ouiii », mes « encores », mes « c’est boooonnnn » de plus en plus forts et profonds. Je bouge constamment le bassin et il me prend les seins à deux mains ou met ses mains sous mes fesses qu’il déchire en griffant. Il continu à tellement être intense dans la technique de lèche-pince-croque-pousse-clito que je me mets à crier de plus en plus fort OUUIIIIIIIIIIIIIII tout en relevant si haut mon bassin que mon chum se retrouve à genoux pour m’achever sous une pluie de sons de plaisirs extrêmes sortants de ma bouche et ma gorge. Il finit par avoir pitié de mon corps tremblant en chaque centimètre en ouvrant sa bouche et en s’éloignant tranquillement toujours la langue sur le clito. Ma voix se calme et mon rythme cardiaque aussi. Cet orgasme de clitotis est mon plus intense jamais vécu en plus de 40 ans. Il me murmure: scène 2 terminée. Elle a durée 34 minutes. 😲 J’ai jouis du clito pendant 34 minutes !? Subliiime.
Je lui dit merci en soupirant et en me ramolissant le corps encore rempli de soubresauts.
Il me dit: il reste une scène.

Hein? T’es encore capable ? Que je lui envoie.

Ben oui, ma queue n’a pas fait la deuxième scène.

Ohhh lala!

Aussitôt compris, aussitôt à 4 pattes à me faire frotter l’anus par cette verge gonflée à bloc et prête de sa pause du deuxième acte sans « effort ». Sa queue se frotte et tente des entrées anales mais pas facile. J’ai un petit cul sans grande expérience de pénétration et c’est sensible. Il me caresse les seins, les tire, les tord et les pogne avec force. Ouff que j’aime ça ! Et il le sait trop bien.

Il s’étire, prend un petit contenant sur sa table de chevet et me met de son contenu dans la craque de fesses, sur mes fesses généreuses en taille, sur et un peu dans l’anus et tout plein sur son pénis. « Je ne veux pas te faire mal mais j’en ai vraiment envie ». Oonnnn, mon homme a passé 1h49 à me faire jouir et demande de m’enculer. Oui, j’essaie.
Il recommence doucement et, la tension est tombée. Sa queue entre tranquillement avec ses allers-retours ou lui gémit autant que moi. Je ne savais pas que ça serait si bon, si ooonnnnnn, si ouiiiiii, si ENCORRRRRE. Je jouis aussi fort que lors de ma première pénétration (vaginale) de la soirée. Il va, il vient, il ressort son membre dur et retourne au chaud tout ça sans douleur maintenant. Que du pur bonheur accompagné de mes gémissements, mes exclamations allongées, mes ouiiiii, mes ahhhh mes encoooore, mes c’est trooooop bonnnnn!!!!! On se déplace, change nos jambes de bord, roule, bouge, jouit, jouiiit, jouiiiit jusqu’à ce que je demande à mon chum de venir en moi. Il me dit: non, toi tu viens alors, comme il se doit, dans un élan de jouissssance intense, je l’ai aggripé par le bras, l’ai serai fort avec mes ongles et on a crié ensemble nos orgasmes orchestrés à la perfection.

Toujours un dans l’autre, en sursauts et en soupirs de pure bonheur, il me dit: scène trois terminée. Elle a durée, il fait une pause, respire très fort comme pour saluer son exploit, dit fièrement : la scène trois a durée 48 minutes.

😲😲 48 minutes d’anal !!!!!

Je regarde l’heure et je retombe dans le lit. Plus de 2h30 de jouissance, de merveilleux dont plus du 3/4 à être pénétrée, avoir mon homme en moi .

Mon chum, avant de s’endormir, ajoute: la fenêtre de chambre était ouverte depuis le début.

Ahh, j’espère qu’il y avait plusieurs marcheurs de nuit et de fenêtres ouvertes autour. Faut partager nos beaux moments aussi.

Je lui demande dans un dernier élan d’énergie: il y avait quoi dans ton petit contenant? Il marmone: De l’huile d’olives. Ah bon, il m’a vraiment bien cuisinée😍.

Presque 4 heures du matin, je me suis endormie la vulve toute gonflée, le clitoris ultra excité me faisant encore sursauter et le sperme de mon homme qui me coule doucement entre les fesses.

Note à moi-même : refaire cette nuit!!!!!

Vers 9h45 du matin, j’en peux plus. Je me lève flambant nue car la maison est encore vide. Youppiii.

Je prépare quelques petits set ups de copulation dans la maison afin de pimenter le réveille de mon homme. J’ai constamment les mains sur les seins et le corps à me caresser. Si seulement je pouvais mettre ces petits seins dans ma bouche pour me faire patienter …

10 heures, ça lui fait 6 heures de sommeil; il doit en avoir assez !? Je m’agenouille sur le bord du lit face à mon chum. Je lève les couvertures et trouve ce petit pénis tout maigrichon. Je commence à le taponner un peu, de plus en plus fort. Mon chum commence à faire des petits sons de ohoh, de j’aime.

Je prend sa queue encore un peu molle et me la fourre dans la bouche. Je la suce en mettant une pression sur le gland et là, il se réveille en me traitant de cochonne. Je continue ma mastication, succion, va-et-vient jusqu’à ce que, sans avertir, je monte sur lui et m’empale sur sa queue. Il a pas eu le temps de rien voir. Je me berce sur sa verge maintenant tellement longue, dure et pénétrante. Miam!

Je monte, je descend, j’arrête, je sors et reviens plus ou moins vite. J’adore être enfourchée sur lui. Je bouge jusqu’à ce qu’il éjacule en moi dans un cri de satisfaction intense et réjouissante.

Ça n’a certes pas durée 2h30 comme durant la nuit mais j’ai aimé cette scéance autant que les autres car c’est moi qui la menais. J’ai géré le rythme de mes balancements, de mes sorties et rentrées, et j’ai décidé du moment de son éjaculation abondante.

J’aime que mon ami Libi soit encore avec moi. Je ne peux plus m’en passer. Et la verge de mon chum non plus. Je la lui mange et/ou taponne à chaque occasion. Il n’en peut plus. Je vais devoir trouver quelqu’un d’autre pour me satisfaire dans les pauses récupération de mon chum.

Je suis la cochonne de service et ça me plaît.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s