Récit #240 – Le chalet – Partie 4

Par Eva Jones

Il est minuit.

On a bien bu, bien mangé, on a fait du spa en masse, on a rit autour du feu, discuté, mangé des guimauves et fait l’amour.

On a le chalet jusqu’à 11h00 demain matin. Kim nous a annoncé qu’elle nous emmène déjeuner au resto. Et faudra penser à bien tout ramasser avant de partir si on veut pas de frais supplémentaires. À trois, ça devrait bien aller.

J’en parle aux autres qui me rappellent de vivre mon moment présent. Ils me répètent, en fait, la même rengaine que je leur sers tout le temps (hahahaha!) ils ont bien raison!

Il y a bien deux heures que l’on discute et on passe comme toujours du bon temps ensemble. On est détendu, mais pas encore fatigués à vrai dire. Je me demande si Kim et Fred seraient partant pour une autre petite séance de sexe entre amis. Je n’ai toujours pas réalisé mon fantasme du moment, celui qui envahi ma boite à image à chaque fois que je me masturbe. Je rêve qu’il la prenne par en arrière pendant qu’elle me mange. Ce n’est pas si grave si on ne le fait pas. On se reprendra une autre fois… Je tente ma chance pareil. Je me lève et je vais embrasser Fred, j’en profite pour lui pogner la queue et lui chuchoter, à l’oreille, à quel point je le trouve beau quand il rit, ça me donne envie de lui… Encore. Il sourit et regarde Kim avec un air coquin. Elle comprend tout de suite le message qu’on lui lance et elle me met la main aux fesses, tasse ma culotte et insère deux doigts dans ma chatte déjà bien mouillée. Je leur propose d’aller à l’intérieur pour être plus confortable, ce qu’ils acceptent avec plaisir. Je prends la main de Kim, que j’embrasse et l’entraîne à vers le chalet.

Le chalet possède une grande pièce à aire ouverte qui inclut la cuisine, la salle à manger et le salon. Il y a aussi une mezzanine avec 4 places pour y dormir. Dans le salon, il y a un sofa en L, en cuir noir, très invitant pour faire le sexe. C’est la place de choix. Je m’y suis installée, nue, sur le dos, avec mon vibrateur suceur de clitoris, au bout du sofa, les jambes bien écartées. C’est sans retenue que Kim est venue se mettre la face entre mes deux jambes, c’est sans surprise que j’ai préféré sa langue à mon suceur pour un instant. C’est délicieux. La vue est délicieuse aussi. Je vois son dos qui fait une courbe vers le haut où se terminent deux belles fesses rondes. Elle est sublime.

Un frisson parcourt mon corps alors que je vois Fred écarter les fesses de Kim et y mettre la langue. J’entends les sons qu’il fait en la suçant. Elle gémit de plaisir et cesse de me manger pour insérer ses doigts en moi. Je remets mon suceur de clito, l’un n’empêche pas l’autre. C’est très intense et les parois de mon vagin se serrent sur ses doigts en mouvements. Elle se tortille de plus en plus alors qu’il lui passe aussi les doigts. Un regard complice entre moi et Fred me chavire le coeur, ce que je l’aime. Dans cet élan d’excitation , je prends un condom sur la table de salon et le lance à Fred qui, je peux le voir clairement est bien bandé. Je lui dis de la prendre par en arrière et de la faire jouir. Il s’approcha, ouvrit la capote et me la tendit. Je lui enfila et le regardant dans les yeux d’un air cochon. Il retourne derrière Kim toujours à 4 pattes en train de me faire un va-et-vient avec ses doigts agiles. Je suis excitée grave. En fait, nous le sommes tous. Les mouvements sont fluides, personne n’est en reste, tout le monde jouit et profite du moment présent.

Il mouille ses lèvres avec un peu de salive, puis les écartent afin de la pénétrer doucement et graduellement, commençant que par le bout de son gland, la moitié de son pénis et finalement bien au fond. Elle apprécie, elle laisse échapper plusieurs sons en me regardant dans les yeux “Hummmm! Ah oui! C’est bon! Ah oui! Comme ça, Eva!”
Nous jouissons en coeur. À chaque coup qu’elle reçoit, elle enfonce ses doigts en moi. Elle reproduit, sur moi, ce que Fred lui fait! Oufff que c’est excitant!! Elle arrive toujours à donner une petite touche “à la Kim” qui me fais capoter, que je n’avais pas prévue ou même imaginé. Elle est tout simplement géniale.

Plus Fred la baise avec ardeur et avec un rythme soutenu, plus elle est incapable de se concentrer sur quoi elle s’affairait avec moi Elle se fait brasser et jouit très puissamment. Je sens bien qu’elle essaie bien de me faire plaisir, mais ne réussit qu’à s’accrocher après mes cuisses. Ça ne me dérange pas, je les trouve beaux et je réalise enfin mon fantasme.
Je continue de me masturber en regardant à tour de rôle Fred et Kim, et l’ensemble de l’oeuvre. Je connais mon homme et je sais que son orgasme approche. Cela m’excite grave et je suis envahie d’une orgasme clitoridien extraordinairement puissant. En me voyant, Kim et Fred deviennent encore plus excités et, alors qu’elle se fait brasser entre mes deux jambes, elle tremble, halète, crie, jouie. Fred lui donne des coups bien secs et profonds et éjacule en elle en émettant un cri de guerrier long et fort.

C’est terminé! Nous sommes tous les 3 essoufflés et satisfaits.
On reprend nos esprit, on se dit à quel point c’était délicieux. On prend une gorgée et on se rhabille. Fred est épuisé et décide d’aller se coucher en haut. Kim s’enligne sur le spa pour une dernière fois et moi je reste étendue sur le sofa où je finis par m’endormir aux petites heures du matin après m’être masturbée une dernière fois en pensant à nous 3.

Une tradition venait d’être créée!

Récit #239 – Marie – Partie 15 – L’Homme

Après quelques courses, Marie rentre chez elle. En cette période de l’année , le soir tombe vite et malgré le monde en ville, elle n’est pas rassurée surtout qu’elle a remarqué un homme en manteau col relevé qui la suit depuis un moment , elle accélère le pas. après un moment elle se retourne, il n’est plus la, Marie soupire et reprend sa marche, soulagée.

Tout a coup, on lui tire le bras, l’homme au manteau l’entraîne dans l’entrée sombre d’un immeuble. Marie n’a pas pu crier, une main s’est collée sur sa bouche.
Paniquée , elle se débat , essaye malgré tout de crier

– Chut Marie, c’est moi Julien !!

Oui, c’est bien lui, malgré la pénombre, elle reconnaît julien, le père de Bertrand ! Elle le connaît , disons …intimement ! Mais Marie , n’est pas contente, elle a eu vraiment peur et met une claque à Julien qui en rit !

– Excuse moi pour cette mauvaise blague

Marie, remise de ses émotions en rit aussi, et pourquoi ne pas profitez de ce moment , cette montée d’adrénaline l’a un peu excitée. Julien est aussi un peu excité, comme il est contre elle, Marie l’a vite remarqué.

Elle l’embrasse, l’excitation de Julien augmente, ses mains se glissent sous la jupe, montent le long des cuisses. Marie soupire, sa main se pose sur la braguette, caressant le sexe gonflé dans le pantalon .

Le string de Marie glisse sur ses jambes, Julien pose sa main sur la chatte humide, la caresse, un doigt s’insinue doucement entre les lèvres, Marie gémit, accentue les caresses a travers le pantalon, défait la ceinture, dégrafe le pantalon qui tombe sur le chevilles, et enfin libère la queue tendue de Julien.

Marie attrape le pénis d’une main ferme et le guide vers son sexe offert, Julien empoigne les fesses de Marie et s’enfonce doucement, Marie gémit plus fort, elle apprécie ce membre chaud qui l’envahi, elle se colle a Julien , les bras autour de son cou, bien a fond. Elle respire plus vite, Julien va et vient, s’arrête un peu et reprend de plus belle de plus en plus vite, Marie ferme les yeux , ouvre la bouche pour crier son plaisir, mais chut !! Julien se tend , et se libère dans un soupir . Lentement ils reprennent leurs esprits. Marie sourit, court mais bon ! Un dernier baiser et ils se quittent, chacun de son coté . mais a bientôt

Récit #238 – Le chalet – Partie 3

Par Eva Jones

Le chalet est merveilleux! Encore plus beau que ce que l’on voit sur leur site web. C’est la deuxième fois que nous venons sur le site “Les deux pieds sur terre” Fred et moi. J’avais loué un chalet-bulle pour ses 35 ans, en mai dernier. Une virée géniale en amoureux pour une petite nuit de sommeil. Juste assez pour se retrouver et faire ce que nous faisons le mieux : l’Amour! Le chalet était en bois et la portion de la chambre à coucher était dans une espèce de bulle gonflée en plastique transparente de sorte qu’une fois couché dans le lit on puisse y admirer les étoiles. Ça avait un petit côté magique mais c’était aussi très peu discret. Les chalets sont en pleine forêt à plusieurs mètres de distance donc aucune chance de se faire voir, mais c’était tellement écho qu’on a dû nous entendre beaucoup plus loin que ca! 

Cette fois, le chalet de notre escapade s’appelle le “nid d’elfe” et c’est un micro chalet, perché dans les arbres, avec spa et trou de feu sur un cap de roche. Complètement féerique et dépaysant. On accède à la plateforme 15 pieds dans les airs, par un petit pont suspendu. Sur cette terrasse, il y a un confortable hamac et une table pour profitez de la vue et des arbres qui nous entourent. 

Le souper était prêt et Fred décide qu’on profitera de cet espace dans les airs pour manger tranquillement. Il avait mis la table et servi à boire. Tout y était pour passer un excellent moment en bonne compagnie. Un sentiment de gratitude m’envahit. Les premières bouchées sont bienvenues, après tout cet exercice, j’avais faim.

  • Vous rendez-vous compte que ca fait 10 ans qu’on fait des trips à 3? lançais-je.
  • OUIIIIIIII ! cria Kim.
  • C’est quand même fou, enchaîna Fred, jamais j’aurais pu prévoir ça.
  • Je pensais même pas que ca se faisait des trips à 3 sur du long terme, dis-je.
  • J’ose croire qu’on est peut-être unique… s’avança Kim.
  • Vous savez que je pourrais écrire un livre la dessus? 10 ans de trip à 3, les hauts et les bas ! Vous en pensez quoi? Ca pourrait être le sujet de mon prochain livre! en m’esclaffant. 
  • Pas de problème pour moi ma chérie, dira Fred.

Kim acquiesça de la tête avec l’air songeuse. Je demanda à mon amie ce qui la tracassait. Elle me parla de notre anonymat… Tout le monde sait que nous sommes tous les trois de très bons amis, mais personne ne sait que nous nous adonnons à des jeux sexuels ensemble, 3-4 fois par année depuis 10 ans. Elle a peur d’être démasquée et jugée par son entourage. Je lui assura que mes nouveaux écrits érotiques se mêleront à mes autres romans et nouvelles du même genre et que personne ne pourra savoir que c’est nous. Je m’engage à lui faire lire mes textes pour approbation avant de les publier. Elle accepte et me fait confiance. La confiance et le respect sont partie prenante de notre trio depuis toujours. Je ne la trahirais jamais. Je suis si heureuse, je crois bien tenir mon prochain succès littéraire!

Pendant que Kim et moi ont débarrassent la table, Fred allume un feu. On est en août et il fait tellement beau! On profite encore des dernières journées avant la rentrée scolaire des enfants. Depuis nos débuts, Kim a eu un superbe garçon qui à maintenant 8 ans et Fred et moi avons une magnifique filles de 9 ans. Voilà pourquoi nous devons nous exilé pour faire nos trips sexuels à présent. Comme Kim en parlait plus tôt, nous sommes dans l’anonymat et nous la respectons dans ses choix. Il est vrai que le jugement peut être sévère face aux gens qui ont des pratiques sexuelles qui sortent de l’ordinaire comme nous… Mais c’est loin de nous arrêter 🙂 Le triolisme est quand même le fantasme le plus populaire de tous! Et nous, on le vit, c’est merveilleux.

Fred se détend au bord du feu. Il n’y a rien comme se perdre dans le bois pour se ressourcer. C’est un gars travaillant qui mérite bien ce repos du guerrier. Quand il en a l’occasion, il aime se fumer un peu de marijuana et c’est exactement ce qu’il est en train de faire.

Kim me regarde langoureusement et je vois tout de suite qu’elle a une idée derrière la tête. Elle me demande tout bas si j’ai envie d’aller surprendre Fred avec une pipe à deux sur le bord du feu. 

“Bien sûr! Quelle bonne idée! dis-je avec enthousiasme.”

Kim a souvent des idées du genre et ça ajoute du piquant à nos trips. Je propose qu’on se mette en tenues sexy avant. On planifie de l’exciter, de prendre nos postes, une en haut et une en bas et d’interchanger. On compte bien le remercier pour son dévouement sexuel et sa bienveillance. Faut dire qu’il en a du travail avec deux filles à satisfaire. Deux accros du sexe en plus! Je sors les capotes pour lui permettre de pénétrer Kim si notre petite mise en scène l’excite suffisamment pour poursuivre avec une pénétration. Généralement, c’est le cas.

Elle enfile une petit robe soleil orangée bien décolletée et rien dessous. La robe moule sa taille, ses seins, elle est sublime. Elle rayonne et sa tenue s’agence vraiment bien avec son bronzage de l’été. Elle remonte ses cheveux avec une pince et me montre ses fesses en soulevant sa robe. Un vrai beau petit cul de course comme dirait Max. J’ai des pulsions. 

Moi, je trouve l’occasion parfaite pour mettre mon nouveau déshabillé en dentelle noire. Je sais que Fred s’excite à la vue de lingerie, cela renforce mon désir de lui faire plaisir. Celui là, il ne l’a jamais vu encore, c’est un succès assuré, je le connais bien mon homme. C’est un gars simple qui aime le sexe et qui sait profiter de ces moments à trois sans que je perde ma place dans son coeur et sa tête. Je sais que je peux lui faire confiance. Et à Kim aussi bien sûr sinon jamais je n’aurai accepté la première fois. Et là on ne peut même pas compter combien de fois on l’a fait! De se connaître autant a ses avantages. On a assez expérimenté et parlé honnêtement pour savoir ce que l’autre aime recevoir, voir et donner.

On se présente devant Fred, les yeux coquins et brillants. Kim lui ordonne de se lever. Avec le sourire qui se dessine sur le visage de Fred je sais qu’il est heureux de notre initiative. Il se lève et Kim et moi descendons son jogging et boxer. Sa queue se gorge  déjà quand on pose nos mains dessus. Comme convenu, Kim descend enfiler le pénis heureux de Fred dans sa bouche. Moi, en haut mange ses mamelons en les léchant ciblant la petite boule du milieu,que je fais rouler avec ma langue doucement. Il aime tellement ce que nous lui faisons qu’il peine à rester debout, il en tremble. Je le guide vers l’immense cap de roche pour qu’il s’y allonge. Ses gémissements de plaisir, que nous sommes heureuse d’entendre, ne cessent de s’intensifier. Il se laisse complètement aller. J’embrasse Fred et retourne à ses mamelons bien pointés. Je regarde Kim qui le mange avec appétit et je l’entends jouir elle aussi. Elle se masturbe en même temps, elle est belle et excitante comme toujours pour moi. Je vais prendre sa place et pendant qu’elle vient embrasser Fred, elle me caresse les fesses et les seins au passage. Je frémis. Je m’applique à lui faire une pipe comme il les aime, ma bouche sur le cap et la main sur la queue. J’alterne en enfonçant son pénis au complet dans ma bouche. Quand je fais ça je l’entends arrêter de respirer de surprise et de plaisir puis lancer un petit cri. Je sais que je fais une bonne job dans ce temps-là. De savoir que je l’excite et le comble fait monter ma propre excitation. C’est extrêmement relié.

Kim vient me rejoindre en bas on le mange à deux en le regardant avec des yeux cochons. On se le passe d’une bouche à l’autre. Il en renverse sa tête par en arrière à certains moments, signe que c’est toujours aussi bon. Je quitte mon poste pour ramasser le condoms et allez lui montrer en l’embrassant langoureusement. Quand il la voit il me serre dans ses bras en me disant oui et cherchant le regard de Kim pour son approbation. Elle se recule pour qu’il puisse enfiler la capote ultra mince. Elle se penche vers l’avant, déposant son tronc sur le rocher. Je vais derrière elle pour m’assurer qu’elle est bien mouillée. J’insère deux doigts bien au fond, fais quelques va-et-vient qu’elle apprécie et mouille bien ses lèvres pour faciliter l’entrée de mon homme. Je le guide vers son vagin prêt et gonflé. Pendant qu’il la pénètre doucement avec un rythme régulier je roule son clitoris. Elle commence à jouir lentement de sa petite voix qui me fait fondre. Il prend une prise plus solide sur ses hanches avec ses mains habiles et augmente la cadence, ce qui fait jouir Kim encore plus. Je me retire pour voir le spectacle qui me remplie de désir et qui me donne envie de me masturber. Fred la baise avec plus de vigueur maintenant que je ne suis plus dans les jambes. Je m’assoie sur le rocher tout près et me masturbe. Nos cris de jouissance se mêlent ensemble ne formant plus qu’un, suivant le rythme de Fred. Chaque coup provoque un gémissement qui semble en demander encore, que cela ne s’arrête jamais. Le claquement des coups peau contre peau résonnent dans la forêt. S’il y a des voisins, je peux parier qu’ils nous entendent. Peu importe! C’est loin de nos pensées à ce moment. Fred lance un premier cri qui nous annonce que son orgasme est imminent.  Kim lance un “Je jouis!” en même temps que Fred vient. Wow! Ça c’est cool, ça m’excite totale de voir Kim trembler comme une feuille, voir Fred vivre les spasmes de son éjaculation. Les deux sont essoufflés comme s’ils venaient de courir un marathon. 

Comme Kim reprend à peine ses esprits,elle se jette sur moi pour embrasser mes seins et me rentrer ses doigts de façon à ce que son pouce soit sur mon clitoris exacerbé. Elle vient près de mon visage et me chuchote à l’oreille que je jouis bien , que ca parait que j’aime ça. Je confirme, j’adore ça. je fixe mon regard dans le sien et lui murmure que c’est parce qu’elle est bonne que j’aime autant ça. Elle me tient en haleine jusqu’à ce que je jouisse moi aussi en me caressant les seins et posant mon regard dans ceux de mes amants. Je déclare avoir besoin d’un verre et d’une autre séance de spa, histoire de bien saisir ce moment et de me ressourcer pour la suite dans quelques heures.