Récit #250 – La Piscine – Partie 19 – La conséquence

hqdefault

LIRE LES ÉPISODES PRÉCÉDENTS: 1   2   3   4  5  6   8  9  10 11 12 13 14 15  16 17 18

Résumé des épisodes précédents sur cette page.

Par admin

Après avoir payé nos achats, nous sommes escortés vers l’extérieur du magasin par les trois agents de sécurité que Denise a dû appeler pendant que nous étions en train de finaliser notre transaction.  Je vois dans le regard renfrogné de ma Coralie qu’elle n’est plus d’humeur à jouer.   Est-ce à cause qu’on s’est fait interrompre et littéralement prendre les culottes baissées par Denise, ou bien à cause de mes explications évasives le lien qui unit Geneviève avec moi qu’elle juge peu crédible ?  Je ne peux certainement pas lui avouer que Gen est ma sœur dans ces circonstances…

Après avoir été sévèrement avertis par les trois gorilles en uniforme de ne plus nous pointer dans cette boutique, nous sommes maintenant dans le mail.  Après être sortis du champ de vision des agents de sécurité, c’est Sarah, espiègle comme toujours, qui prend encore les devants pour briser le silence glacial dans lequel nous sommes.

– Bon, venez-vous-en, on s’en va ailleurs! C’est pas les magasins qui manquent ici!

Du même coup, elle accélère le pas.  Elle prend la main de Gen et l’amène à accélérer le pas pour l’amener en direction de la prochaine boutique, un magasin de lingerie.  Je comprends que Sarah n’est pas allée au bout de son idée et qu’elle prévoit continuer son petit jeu.  Je suis Gen et Sarah tout en tenant la main distante de ma copine Coralie.  Une fois entrés dans la boutique, les filles, qui semblent reprendre leur bonne humeur, se dirigent vers le fond de la boutique, près des salles d’essayage.

La conseillère, qui doit faire environ 25 ans, semble ne pas avoir eu beaucoup de clients aujourd’hui.  Plutôt jolie, elle porte une camisole noire semblable à celle de Gen, mais un peu moins décolletée malgré une poitrine nettement plus proéminente.  Bien qu’elle ne soit pas désagréable à regarder, la présence de la conseillère contrecarre nos plans puisqu’elle nous suit comme un petit chien de poche, probablement dans l’espoir de réaliser une vente.  Ainsi, il nous simple impossible d’avoir un moment pour nous.   Nous nous rendons à l’évidence, il faudra changer d’endroit si on veut s’amuser dans les salles d’essayage sans être importunés.

Alors que nous sommes sur le point de quitter, trois hommes en uniforme s’approchent vers nous en nous regardent d’un air sévère.  Ce sont les trois agents de sécurité du centre commercial qui nous avaient expulsé tout à l’heure.

– Que c’est que vous faites ici encore, vous quatre ? On vous avait pourtant dit quitter !

Pour la première fois de ma vie, je vois Sarah tenter de leur répondre, mais sans l’assurance qu’on lui connaît.  Et comme bien des rousses, quand elle rougit, sa peau perd de sa blancheur assez rapidement.

– Mais Monsieur, on est parti du magasin, comme vous l’av…

– On vous a dit de quitter le centre commercial!  Bon, assez discuté pour aujourd’hui, vous nous suivez.

Du coin de l’œil, j’observe le regard de la vendeuse.  Si au départ elle voyait en nous des clients potentiels, nous sommes maintenant devenus de potentiels voleurs à l’étalage.  Si elle savait que l’intervention des agents de sécurité est justifiée par notre perversité sexuelle…

Nous croyions au départ que nous serions escortés par les trois hommes jusqu’à la sortie du mail.  Cependant, c’est plutôt vers le comptoir de courtoisie qu’ils nous amènent.   Le premier agent balbutie quelque-chose d’inaudible à la réceptionniste, qui sourit, pour ensuite se lever de son siège pour aller débarrer le local qui se trouve au fond de la pièce où se trouve le poste d’accueil.

– Venez-vous-en, dit le premier qui indique le chemin à suivre.

Nous avons tous les quatre perdu de notre assurance et de notre intrépidité.  Cette fois, c’est clair que nous sommes dans le pétrin.  Or, il est maintenant temps de faire face aux conséquences de nos actes, nous n’avons trop le choix de les suivre.

La salle, qui est la salle de repos des employés du centre commercial, est assez grande.  D’un côté, il y a une table pour que les agents puissent dîner.  De l’autre, trois fauteuils disposés face à une télévision. Les trois hommes s’installent tous du même côté de la table à dîner, et nous font comprendre qu’il faut s’assoir de l’autre côté.

– Prenez-place, les pervers.

Ces mots sont prononcés par le plus grand des trois qui s’appelle Jérémy.  Il a la peau noire et garde ses cheveux noirs crépus très court.  Âgé d’environ 30 ans, il est une armoire à glace du haut de ses six pieds quatre pouces.  Musclé, c’est celui des trois qui est le plus sportif.  À sa droite, à peu près du même âge, se tient William.  Un peu plus petit et un peu mon sportif que son confrère, il est toutefois bel homme.  Chatain clair, son poids est proportionnel à sa taille.  Le troisième agent, Pierre, fait près de six pieds lui aussi.  Il a les cheveux brun foncé, mais on dénote la présence de quelques cheveux grisonnants dans ses tempes, ce qui trahit à peine ses 45 ans.  Malgré qu’il soit l’aîné des trois, il n’a rien à envier à ses collègues et la plupart considèreraient qu’il est un très bel homme.

– Bon, on va faire quoi de vous autres, dit Pierre.

Sarah tente alors de sauver la mise.  On devine bien que c’était elle qui avait manigancé ce petit jeu dans les salles d’essayage.  Elle tente à tout prix ses folies ne tournent à la catastrophe.

– Écoutez, on va s’en aller, dit-elle en se relevant.  On s’excuse et on recommencera plus.

Les trois hommes se regardent d’un air complice en riant.

– Rassieds-toi, la rousse.  Vous restez-ici.  Sortez-moi tous vos cartes d’identité.

Nous obtempérons et sortons nos pièces d’identité.  Je suis toujours mal à l’aise dans les moments où je dois fouiller dans mon portefeuille ; j’ai toujours la crainte que Coralie comprenne le lien qui m’unit à Gen en voyant nos carte d’identité… Déjà que je lui ai menti tout à l’heure avec la photo…  C’est tout de même à Coralie, mon amoureuse d’origine vietnamienne, que nous remettons nos cartes pour qu’elle puisse les donner à Jérémy.  Ce dernier les regarde sommairement, probablement pour confirmer avec les photos que ce sont bien les nôtres, puis passe à William qui prend des notes.

– On n’aura pas trop le choix de rapporter ça à la police, hein les gars ? dit-il.

Au son de ces paroles, je sens alors la main de Coralie se crisper sur ma cuisse.  D’un bond, elle se lève en panique.

– Non! Faut pas appeler la police, mes parents le prendront pas !!

– Wow, la Chinoise, c’pas toi qui va décider ça ici. Hey, William, es-tu majeure la gamine?

– Je suis pas Chi….

– Sarah prend Coralie par le poignet et la force à se rassoir, tout en lui faisant comprendre du regard qu’elle ferait mieux de se taire.  Cependant, cette vulnérabilité que vient de montrer Coralie fait sourire William qui cesse de prendre des notes.

– Elle a 20 ans, dit William en regardant ses notes.

-Et tu serais prête à faire quoi pour qu’on appelle pas la police? Dit Jérémy, avec un sourire malicieux.

En disant ces mots, il se lève et se dirige vers Coralie, qu’il fixe du regard.

– J’ai jamais couché avec une Chinoise, moi!

Coralie comprend l’allusion et évite de le reprendre sur le fait qu’elle n’est pas Chinoise, mais vietnamienne.  Elle nous surprend tous en se levant et en déboutonnant sa chemise, ce qui laisse voir un soutien-gorge noir met en valeur une généreuse poitrine pour une fille délicate d’à peine cinq pieds.

– Je suis prête à tout pour que vous n’appeliez-pas la police, dit-elle avec assurance.

Les trois agents, qui sont assis côte-à-côte, reculent quelque peu leur chaise à roulettes.  Pierre fait alors signe à Coralie qu’elle doit s’approcher, ce qu’elle fait sans broncher.  Devant elle, les trois hommes ont maintenant leur engin déjà en érection en dehors de leurs pantalons.  Tout en se entamant une lente masturbation, Pierre nous avertit.

– Si la p’tite Chinoise fait la job comme du monde, on vous laisse partir.  Mais vous bougez pas de là en attendant.

Coralie se tourne vers nous, nous fait un signe de pouce, pour démontrer que tout allait bien aller, puis nous fait un clin d’œil avec son sourire timide.  Sans crier gare, elle s’agenouille vers Pierre et prend en bouche son pénis en érection d’un trait pour commencer une enthousiaste fellation.   De voir ma copine sucer un autre homme comme ça me déchire l’intérieur de jalousie et de rage.  Par contre, Coralie ne semble détester, bien au contraire.  Elle suce le pénis durci de Pierre en le tenant dans sa main et en faisant de très longs mouvements du haut vers le bas avec sa tête pour le gober.  Jérémy et William regardent le spectacle avec envie et se masturbent lentement, en attendant leur tour. Ils tentent de s’approcher un peu plus de la scène en avançant leur chaise vers Coralie, qui est toujours occupée à sucer Pierre.  Ce dernier tient ma Coralie par la tête.  Il se tortille de plus en plus, son excitation ne se dément pas.  Je peux comprendre, Coralie est toute une suceuse, je vous l’assure.

– Laisse en pour les autres Peter, dit alors Jérémy.

Coralie en profite pour reprendre son souffle.  Elle détourne le regard vers l’homme qui a prononcé ces paroles et elle constate alors que Jérémy a une queue d’environ douze pouces qui n’attend qu’à être sucée.  Coralie regarde avec envie la verge noire qui s’approche de sa bouche.  Tout un contraste avec la mienne, d’à peine six pouces…

D’abord intimidée par la taille de l’engin, elle n’ose pas la prendre en entier et se contente d’abord de lui lécher le bout du gland, pour ensuite le téter.  Elle prend confiance, puis elle commence à le sucer en même temps qu’elle le masturbe.  Dois-je vous rappeler que Coralie est un petit brin de femme qui fait à peine cinq pieds, alors que Jérémy fait six pieds quatre, tout un contraste.

Graduellement, Coralie prend confiance en elle.  Elle enfonce la grosse verge de Jérémy plus en plus profondément jusqu’à ce qu’elle soit capable de la prendre à moitié.  Pour l’aider, Jérémy lui tient le derrière de la tête et fait pression sur celle-ci pour entrer son pénis un peu plus creux. Après un premier haut de cœur, Coralie reprend son souffle et c’est d’elle-même qu’elle enfonce l’immense dard jusqu’aux trois quarts de sa longueur dans le fond de sa gorge, puis ensuite elle le pompe de plus en plus rapidement.

Manifestement, ma Coco prend du plaisir à sucer ce mec, ce qui m’exaspère encore plus.  La petite cochonne!  Malgré ma jalousie, mon pantalon devient de plus en plus serré à cause de mon érection qui devient de plus en plus manifeste.  Gen, qui est toujours assise à ma gauche, semble s’en être rendue compte et me tient la main.  C’est vraiment pas le moment d’être excité…

Ensuite, les trois gars se sont levés debout et forment un genre de cercle à l’entour de Coralie, qui est debout elle aussi.  D’elle-même, elle enlève ce qui lui reste de vêtements pour laisser voir ses seins qui pointent d’excitation.  La voilà maintenant entièrement nue, puis s’agenouille de nouveau, mais devant les trois pénis cette fois.  Elle prend dans ses mains ceux qui sont sur ses côtés, celui de Pierre et de William, pour les masturber, alors qu’elle continue de sucer profondément Jérémy qui est au centre pendant plusieurs minutes.  Ce dernier, sentant manifestement sa jouissance proche, fait un pas en arrière et se masturbe tout doucement.  Il laisse alors le champ libre à ses deux partenaires de travail pour qu’ils puissent se faire sucer à leur tour.  Coralie approche alors les deux gars près d’elle.  Elle prend vraiment le contrôle de la situation et, sans les consulter, elle colle les pénis de William et de Pierre un contre l’autre.  Les deux hommes, un peu surpris, se regardent d’abord avec dédain, puis se laissent faire.  Elle crache sur les deux pénis, puis étale sa bave sur les deux queues collées, qu’elle caresse ainsi, puis ouvre grand sa bouche pour enfourner celles-ci à l’intérieur.  Bien qu’elle soit incapable de les prendre au complet, elle en gobe une bonne partie.  Faut dire qu’elle s’est pratiquée avec Jérémy.

Je suis tellement subjugué par ce que je vois.  Tellement que j’ai à peine réalisé que Gen a sorti mon pénis du pantalon dans lequel il était enfermé, et qu’elle me suce à son tour.  Je suis trop excité pour la ramener à la raison… Sarah, quant à elle, a repris un peu de de l’aplomb qu’elle avait perdu.  Elle se lève et rejoint Jérémy, qui était toujours en retrait.  Elle se déshabille sans attendre et le pousse vers un des fauteuils.  Ce dernier se laisse faire sans résister, un peu surpris par la situation, puis elle se place sur lui de face, passe ses seins dans son visage.  Sans crier gare, d’un trait, elle s’assoit et se laisse pénétrer jusqu’au fond de son intimité.

Satisfait, Jérémy se laisse aller.  Sarah lui donne le rythme et Jérémy masse de ses mains noires toutes les parties du corps de Sarah qui sont accessibles.  Puis, il place ses mains sur les hanches, de manière à lui montrer qu’elle peut aller plus vite.  Sarah n’est pas la dernière venue, elle comprend le message et augmente la cadence, elle-même excitée de se faire baiser par un noir pour la première fois.  Elle se laisse remonter et descendre par de longs mouvements, ce qui est chose facile vu la longueur du pénis de Jérémy.  Elle mouille sans bon sens de se faire prendre comme ça, mais aussi de se faire regarder ainsi par autant de monde.

Coralie, elle, continue sa double pipe.  Alors qu’ils semblaient réticents à se faire sucer en même temps, les deux hommes semblent maintenant y prendre un malin plaisir.  Ils ont chaud et William commence alors à bouger un peu son bassin pour imiter une pénétration dans la bouche de Coralie.  Sa bouche lâche son emprise de la queue de Pierre et elle se laisse baiser dans la bouche par William qui est resté debout.  Mais Coralie veut être pénétrée ailleurs que dans la bouche…

Elle prend sur elle de se relever debout.  Puis, elle prend la main des deux hommes et se dirige vers le côté salon où on trouve les fauteuils.  Le premier est déjà occupé par Sarah qui se fait toujours prendre par Jérémy, elle choisit alors le fauteuil qui est à leur droite.  Elle incite William à prendre place sur le fauteuil qui est inclinable.  Elle active le levier, ce qui fait que William se trouve pratiquement couché.  Elle enfourche son partenaire, un peu comme Sarah l’a fait, sauf qu’avant, elle passe sa main dans sa propre fente pour y prendre une bonne quantité de son nectar en main.  Pierre, qui les as suivis, s’approche d’elle.  Coralie prend alors sa main lubrifiée de sa cyprine et de salive pour masturber Pierre.

Quand elle se sent prête, Coralie s’empale sur William.  Toutefois, elle se penche vers lui, puis, cambre ses fesses de manière à ce que son petit trou soit bien en vue pour Pierre.  Ce dernier a compris le message… il crache dans ses mains, puis masse comme il peut l’anus de Coralie fait toujours baiser.   Quand il sent qu’elle est prête, il approche sa verge dure comme de la roche et l’approche de son petit trou pour la pénètre à son tour.

Voilà que ma Coralie, si sage, si conservatrice, se fait maintenant prendre en double pénétration par deux inconnus, alors que Gen continue de me sucer.  Je me demande bien ce qui m’excite le plus en ce moment, la langue agile de ma soeur, ou le spectacle de ma copine qui se fait prendre aussi sauvagement.

Sarah délaisse alors Jérémy et s’approche de Coralie pour l’aider.  La double pénétration n’est pas facile et Sarah vient guider les deux hommes pour que les mouvements soient coordonnés. Coralie se lamente comme elle ne s’est jamais lamenté… leur parle vulgairement, elle respire fort, elle crie…

Quand les deux hommes ont atteint un rythme satisfaisant, Sarah fait signe à Jérémy de s’approcher.  Ce dernier devait s’attendre à reprendre là où il avait laissé, mais vous connaissez Sarah! Elle aime tout contrôler!  Elle fait alors comprendre à son partenaire ses intentions et ce dernier s’exécute.  Il s’approche de Coralie qui se fait toujours prendre sur le fauteuil par William et Pierre.  Jérémy étant grand, il n’a pas aucun mal à lever une jambe sur le bord du fauteuil et placer un pied sur l’accoudoir, pour ensuite diriger sa queue vers la bouche de ma petite Coralie, qui accepte l’invitation sans hésitation.

Voilà que ma blonde, une petite asiatique douce et frêle, est en train de sucer une immense queue et se fait baiser en même temps par deux hommes !!!

Comprenant mon désarroi, Sarah pose alors son regard vers moi et me fait un sourire compatissant.  Heureusement, Gen est toujours aussi agile de sa bouche, ce qui rend la scène supportable.  Elle fait tourner sa langue sur ma queue bien dure.  Son piercing me donne des sensations, puisqu’elle me lèche aussi de haut en bas…

Coralie, quant à elle, prend son pied, c’est évident.  Elle se tortillonne de plus en plus, et elle mouille comme jamais elle a mouillé.  Elle bouge elle-même rapidement, ses seins durcis au maximum frottent la poitrine de William, qui ne tiendra plus longtemps.  Aurait-elle imaginé un jour jouir autant?  Pierre, qui a plus que le double de son âge, apprécie toujours son petit trou serré et se retient du mieux qu’il peut d’éjaculer.  Jérémy, quant à lui, embrasse à pleine bouche Sarah qui se tient à côté de lui, pendant qu’il se fait toujours sucer par Coralie.

Coralie n’en peut plus.  Le double frottement qu’elle ressent fait que sa chatte n’en peut plus, la dilatation est à son maximum, elle qui est si serrée en temps ordinaire.  Elle n’en peut plus.  Elle va bientôt jouir, elle le sent bien.

Coralie sent une nouvelle sensation lui traverser le bas du corps.  Elle sait qu’elle va jouir, mais c’est plus fort que d’habitude… Elle sent comme une envie… une envie qu’elle ne saurait identifier.  Une envie de se relâcher.

Elle se laisser alors aller… L’éclair qui foudroie son corps est violent, elle crie et s’abandonne à son orgasme, elle cesse tout mouvement… mais du même coup abandonne sort d’elle un liquide abondant qui n’est pas de l’urine. C’est Sarah qui constate l’évidence.

– Coralie, t’es fontaine!!! T’es fontaine!!!

William est maintenant détrempé.

Ma Coralie est une femme fontaine et je l’ignorais!  Voilà des semaines, voire des mois qu’on essaye toutes sortes de choses elle et moi, et voilà que trois mecs la font venir comme elle est jamais venue!

Coralie est essoufflée.  Satisfaite de ce qu’elle vient de vivre, elle se désempale, puis se remet à genoux, prête à finir les trois hommes.  Elle les regarde puis leur dit :

– Venez vous vider sur moi les gars…

Le premier à ne pas résister, c’est Pierre.  Il lui éjacule en plein visage, couvrant une partie de ses lunettes à large rebord d’un chaud liquide, le reste coule le long de sa joue.  Le deuxième à éjaculer est William, qui réussit à bien viser le visage de Coralie.  Son sperme coule d’abord sur le bord de ses lèvres, puis sur son menton.  La troisième éjaculation, et non la moindre, est celle de Jérémy qui y va d’une quantité incroyable de sperme.  Il vise très mal et une partie de son foutre se rend jusqu’au front de Coralie, puis il poursuit son éjaculation maladroite vers le visage de ma douche et ses seins qui accueillent le reste de sa décharge.

Coralie, toujours à genoux, savoure le moment.  Elle sent la chaleur du déversement qu’elle vient de subir.  Elle soupire profondément, puis fait passer sa langue sur ses lèvres.

Au même moment, c’est à mon tour de me crisper.  Je me laisse aller directement dans la bouche de ma belle Gen qui, au lieu de se retirer quand je l’avertis, redouble d’ardeur.  Je viens directement dans le fond de sa gorge.  Elle avale le tout, puis elle me nettoie la queue qui ramollit à peine.

Sarah s’approche de Coralie, qui est toujours à genoux.  Elle l’embrasse et partage avec elle le fruit de la semence des agents.

Une fois leur esprits repris, les trois hommes semblent épuisés.  Pierre, d’une voix lasse, lance une serviette vers Coralie et lui dit :

– C’est beau, la p’tite.  Vous pouvez y aller…

Satisfaite, Coralie se débarbouille grossièrement, puis se rhabille, tout comme Sarah.  Une fois rhabillée, Coralie va faire la bise à chacun des agents, qui semblent intimidés par son aplomb.

– Merci les gars, c’était vraiment super.

J’entends ces paroles et c’est comme un coup de poignard que je reçois en plein cœur.  Quelque-chose me dit que ça ne sera plus jamais pareil avec Coralie.

Puis nous sortons en silience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s