Récit #34 – Candaulisme – Partie 1 – La découverte

Il y a des choses plus faciles que d’autres à s’identifier.

Ce n’est que depuis environ 5 ans que j’ai enfin appris de quoi j’étais « atteint » en discutant par hasard avec quelqu’un sur mIRC.

(« Quoi mIRC? Ça fait tellement 1997! » J’ai aussi découvert dernièrement que la WWE était « arrangée avec le gars des vues » et que le Cheez Wizz n’était pas un fromage…)

Présentation

Je suis un homme imparfait de 37 ans. En couple depuis plus de 15 ans avec une Lady comme il s’en fait trop peu. Une partenaire de vie incroyable (même moi, je n’y crois pas) de 5 ans ma cadette et qui me comble de bonheur.

Par contre, je me suis toujours trouvé un peu « spécial ». Dès le début de nos fréquentions, j’ai réalisé que je ressentais souvent de l’excitation lorsque j’imaginais quelqu’un déposer son regard sur celui de Ma Lady. Comme un sentiment d’avoir un privilège que je devais partager aux autres. (Ah que je suis gentil, une vraie mère Teresa!) .

Que ce soit à la plage ou tout simplement en marchant dans un centre d’achat, j’aimais la possibilité qu’une portion de son anatomie puisse se dévoiler momentanément sous le regard d’autrui ou que quelqu’un puisse se dire en me voyant à ses côtés « ce qu’il est chanceux ce mec! ».

Costco

Je me souviens, alors que nous n’étions ensemble que depuis 3 mois, de notre première séance photo XXX, dans ma chambre, avec un appareil du temps. (Vous vous souvenez, celui où l’on devait mettre une cartouche de 12 ou 24 poses et ensuite se trouver un endroit pour faire développer les photos, idéalement en une heure ?)

J’avais été porté le film chez Costco. Je ne rappelle pas où, mais à mon souvenir, j’avais entendu dire qu’ils étaient discrets concernant ce type de photo.

C’est à compter de ce jour que j’ai commencé à comprendre certaines choses et à me poser plusieurs questions. Vont-ils voir les photos ? Vont-ils aimer les photos ? Si c’est un homme qui s’occupe de la tâche, fera-t-il des copies supplémentaires pour lui-même et ainsi s’exciter en les regardant ? Aurais-je le droit à un commentaire en allant les chercher ? De quelle nature sera le commentaire ?

J’étais excité juste d’y penser, mais nerveux également.

Finalement, aucun commentaire, juste une enveloppe, des photos et un négatif.

Suzy Shier

Le temps passe.

C’est quelques années plus tard qu’arrive la « vraie » première fois.

C’était il y a près de 14 ans. Alors que Ma Lady était dans une cabine d’essayage, j’avais remarqué qu’il y avait un espace laissant environ 2 centimètres de libre entre la porte et le bord de la cabine, favorisant ainsi les regards indiscrets.

C’est alors que j’ai surpris un homme, fin trentaine, en attente de sa femme, elle aussi dans une cabine, et de sa fille, d’environ 5 ans, qui passait son temps à se promener entre la cabine de sa mère et la compagnie de son père.

Fixant l’espace indiscret, je commençais à sentir que je n’étais pas le seul à regarder Ma Lady. Je me suis donc tourné la tête et c’est ainsi que j’ai surpris cet homme, complètement figé. Il avait le regard se dirigeant vers la cabine de Ma Lady, l’air de se dire « suis-je en train de rêver? ». Ma Lady, qui faisait l’essai de camisole avec soutien-gorge intégrée, devait se dénuder complètement le haut de son corps chaque fois qu’elle se changeait, laissant ainsi ses seins en liberté.

Il y avait cette fillette qui, voulant aller retrouver sa mère dans la cabine, avait dû répéter au moins 10 fois « Papa, quelle cabine est maman? Papaaaaaaaa, maman, elle est oùùùù? ».

Le père, sans prendre le temps de la regarder et en s’assurant de ne rien manquer de ce qui se passait dans la cabine de Ma Lady, pointa n’importe où du bout du doigt et répondit très impatiemment « Ahhhh….par là là….par là…. ».

J’étais tellement excité que j’aurais voulu aller lui chercher d’autres modèles afin que ça dure indéfiniment. Plus je voyais l’excitation dans le visage de l’homme, plus j’étais bien dans ma tête.

Oui, dans ma tête.

Il m’est très difficile de vous exprimer ce qui se passe précisément, mais l’excitation physique laissa sa place à de l’excitation psychologique qui n’avait pas son égal.

Lorsqu’elle est sortie de la cabine, j’ai pris la peine de lui agripper le cul avec ma main droite en prenant bien soin de regarder l’homme, un sourire en coin voulant lui dire « Je t’ai vue, j’espère que tu as aimé le spectacle ».

Ensemencement

En sortant de la cabine, j’ai pris soin de raconter l’histoire à Ma Lady.

– Tu aurais dû me le dire!

– …euh… pourquoi…?

– J’aurais amélioré le show!

Elle ne le savait pas encore, mais sa réaction venait de semer en moi quelque chose qui ne m’a pas quitté depuis :

Le sentiment candauliste.