Récit #191 – L’huile sur le feu

C’était un beau matin d’été…

Ma vie allait bien, le soleil plombait sur mon lit à travers la porte patio. Mais le mal de dos durait depuis 2 semaines et cette tension était désagréable et commençait à pousser ma patience à sa limite. Il y a une tension beaucoup plus agréable, mais celle-ci ne dérangeait jamais, autant le matin que le soir, autant à moitié réveillé la nuit, qu’en pleine après-midi au soleil! Ah… mmm…

L’homme que je suis, avait donc à agir, pour réussir à calmer cette tension dorsale, qui était pénible au travail. Alors, après quelques jours à voyager sur Groupon et Tuango, j’ai trouvé un rabais pour deux massages suédois pour le corps dans un centre professionnel, d’une durée de 60 minutes chacun. Un 35$ très bien investi, quand on connaît les tarifs de base.

Heureux de mon achat, je suis aller marcher à l’extérieur pour profiter du soleil, et jouir de la vie. Puis, 2 semaines plus tard, la tête trop rempli de dossiers au travail, je me suis rendu compte que j’avais oublié que j’avais des rabais à utiliser et ce, avant la date d’expiration. Heureusement, que ma mémoire et/ou mon horloge biologique, se sont souvenu à temps de cette tension à détendre.

Il restait 2 jours avant la date limite. J’ai donc dû réserver, mais pour trouver le numéro de téléphone pour les contacter, j’ai dû aller sur le site internet. Une fois la page ouverte, curieux de nature, je cliquais un peu partout sur la page, jusqu’à j’aie le souffle coupé par mon clic sur l’onglet « Massage », où je m’attendais plutôt aux types de massage offerts à cet endroit. Ce fut plutôt « les types » qui m’attendait: Jean, Kevin, Luc et Bob. Oui, gênant et on peut rester surpris, quand on voulait à la base se faire masser par une femme! Surtout qu’en regardant l’adresse par la suite, je me rends compte que le massage serait sur le boulevard Maisonneuve, dans le Village de Montréal! Oh… 😳

Ayant une grande ouverture, ceci ne me dérangeait pas de me dire que ce serait un homme qui me masserait, ça reste après tout des mains. On ne parle pas d’aller passer une nuit torride avec un homme. Mais pendant quelques minutes, j’étais déçu. Disons que j’aurais préféré sentir l’odeur d’une femme pénétrer la chambre de massage, le sourire d’une femme m’accueillir et me saluer, les mains d’une femme me masser!

Une fois décidé à quand même aller détendre les muscles de mon dos, j’ai trouvé le numéro et j’ai appelé pour réserver. Puisque j’étais dernière minute, je n’ai pas eu le choix de mettre mes 2 rendez-vous le même jour à 10ham et 17h. J’aurais préféré les distancer de 2 semaines par exemple, mais bon…

Le matin du rendez-vous arrive finalement. Je me réveille « hangover », d’une belle soirée entre amis où le rhum coulait à flot. Le rhum, c’est très agréable mais c’est aussi l’alcool qui me donne le plus de pulsions le soir même de la fête…et pire le lendemain matin quand les restants de ce nectar coule encore dans mes veines! 🤫

Je sonne à la porte et le massothérapeute m’ouvre, une personne bien professionnel et poli. Je suis de toute évidence chez des massothérapeutes qui ont décidé d’avoir leur lieu de travail à la maison, au sous-sol, comme beaucoup de gens font. C’est rentable et intelligent! Je le suis au sous-sol, puis il m’explique d’entrer dans la chambre, de m’installer sur la table de massage sur le ventre, en boxeur, en mettant la serviette sur moi. 5 minutes plus tard, il cogne…

Il pénètre la chambre toujours aussi professionnel, il s’avance et commence à me masser le dos. Je prends le temps de réaliser que ce sont des mains d’hommes mais aussi vite, j’oubli vu la grande quantité d’huile qui coule sur ma peau, ainsi que parce que ma tête est dans les vapes de ma grosse soirée de la veille.

Ça me détend, c’est agréable et mon dos apprécie. Même chose pour ma nuque, mes épaules, mes bras, mes cuisses, mes mollets… après 30 minutes, il me demande de me tourner sur le dos pour continuer le massage. Tout va bien à ce moment là, mais après 5 minutes, lorsqu’il commence à masser mes cuisses à nouveau… mon sexe s’emballe et raidi puissamment d’un éclat, sous mon boxeur moulant. La gêne m’envahit, mélangé avec une envie bestiale de baiser pour détendre la « drive » que le rhum me donne en moi. J’étais sensible vu les envies de manger que j’avais de la veille et mes envies de manger du matin même, alors quand il a touché ce point sensible, je n’ai eu aucun contrôle sur l’afflux de sang qui nervura mon sexe. Malaise…

J’ai tenté pendant 5 minutes de me calmer, mais ça ne fonctionnait pas. Alors, après avoir essayé, la question qui se posait était: « Rendu là, dans un boxeur moulant, sous une serviette qui n’était pas une serviette de bain, mais plutôt une débarbouillette, est-ce qu’il a réalisé que ma flamme est brûlante? ».

Bien sûr que oui! Alors, j’ai pris la décision de profiter du restant du massage plutôt que de trop réfléchir et trop stresser pour quelque chose hors de mon contrôle, qui lui, avait sûrement déjà vu ou senti…l’odeur qui émanait devait être très sexuelle… 😳

La fin du massage arriva et il m’a dit: « The massage is done! I hope that you enjoyed! ». A cette seconde précise, j’espérais que la prochaine phrase serait: « I will go out of the room, take your time to get dress! ». Mais il ajouta plutôt: « What do I do with that? », en pointant mon énorme sexe nervuré et gonflé à bloc, bien apparent. Tout ça s’est passé en 2 secondes mais dans mon cerveau, cela a paru des heures… me questionnant, me demandant si j’avais bien compris sa question en anglais, me demandant quels sont les choix, si c’est dans mes valeurs, si je devrais, c’est un homme, etc… 🤭

Il ajouta aussitôt: « Do I? ». J’ai répondu: « Yes! ». Homme ou femme, mon seul désir était d’enfin pouvoir caresser mon sexe après 20 longues minutes de dureté, de pouvoir enfin libérer mes tensions… alors je savais que ça me ferait du bien! Il a descendu mon boxeur, puis j’ai senti une rivière d’huile couler sur mon sexe chaud… il massait mon muscle tout simplement, professionnellement. Ce n’était pas cochon et il n’a pas rien ajouté ou demandé. Il a accéléré les va et vient, j’ai gémis et éjaculé puissamment… me libérant enfin!!! 😳🙈🔥
Il m’a ensuite essuyé, remonté le boxeur et il est sorti sans rien dire. Me laissant mon moment! Ouff…..

Selon-vous, est-ce que je me suis présenté au 2e massage de 17h?

Récit #167 – La rencontre de Kim

La rencontre de Kim

La première fois que je l’ai vue, j’ai aussitôt eu envie d’être bisexuelle ou lesbienne. Wow! Kim est tellement belle avec ses yeux noirs et coquins. Elle est sexy, énergique et rayonnante. Le coeur sur la main et entière. Elle se maquille généreusement et a cette façon bien à elle de souligner la beauté de son visage. Moi j’adore ses cheveux bouclés noirs avec des reflets mauves, mais elle les préfère plats. Ses seins voluptueux attirent l’attention, elle soigne ses décolletés. Au début, je sentais qu’elle me draguait discrètement quand elle me regardait du coin de l’œil dans les partys. À l’époque, je ne m’étais jamais fait cruiser par une femme mais maudit que j’y prenais goût.

Elle m’excitait de plus en plus, chaque fois que je la voyais. On devenait aussi de plus en plus proche. Elle ne se doutait pas de mes sentiments, j’en suis certaine. Toutes les raisons étaient bonnes pour qu’on passe du temps ensemble. Depuis toujours, quand je la vois, je ressens de l’excitation et du plaisir. C’est encore comme ça après 10 ans. Kim est une célibataire endurcie, cochonne et séduisante. Quand j’ai fait sa rencontre, j’étais en couple avec Fred depuis presqu’un an. Puis j’ai pensé, pour souligner la première année de notre couple, demander à Kim de jouer les photographes, afin d’offrir à Fred des photos de moi, semi-nue et surtout sexuellement explicite. Sans aucune arrière-pensée, quand je lui ai demandé le service, la situation a beaucoup évoluée et c’en était parti pour une première fois entre elle et moi.

La séance photos sexy

Kim a accepté de jouer le rôle, avec mon appareil. Mon but premier, remettre le jeu de photos à Fred, alors que nous passerons la nuit dans une suite que j’ai loué, pour souligner notre anniversaire. Je suis fébrile.

Je me rends donc chez elle avec les vêtements et accessoires les plus sexy que je puisse avoir. On s’installe dans sa chambre. On s’enfile quelques verres, tout en se préparant. On a pensé à tout, maquillage, coiffure, rien n’est laissé au hasard. Étant de nature un peu gênée et vu mon attirance pour elle, me dévêtir devant elle n’est pas une simple affaire. Quand l’effet de l’alcool se fait sentir, la gêne est moins importante et je me mets à prendre des positions sexy et à me sortir les fesses. Kim me conseille et vient placer mes vêtements, me creuse le dos, accentue mes positions. Le temps passe, la nuit tombe, je me change maintenant devant elle sans scrupule. Elle m’offre d’essayer certains de ses vêtements et sa lingerie fine. Faisant ayant la même taille, ses vêtements me moulent parfaitement. Et elle me le fait savoir, pas seulement avec ses compliments, mais ses yeux me dévorent. Elle m’encourage à me masturber pour faire de vraies photos excitantes. J’allonge mon bras droit pour aller me taquiner le clito par-dessus mes culottes. Aussitôt, j’ai des pulsions sexuelles assez déstabilisantes. Le fait qu’elle me regarde et me dise que je suis belle me fait serrer les jambes de bonheur. Elle s’approche avec la caméra et prend des photos de mon visage. Elle me sort le sein droit de ma camisole et guide ma main gauche dessus. Elle veut que je me caresse les seins et que je rentre sous ma culotte, ce que je fais immédiatement. Elle dépose la caméra sur la table de chevet et vient m’embrasser, doucement pour commencer en frôlant sa main sur mon corps. J’ai des frissons, des papillons dans le ventre. Elle m’embrasse plus fermement avec sa main dans mes cheveux. Rien à faire, ni à dire, je la veux. Là. Maintenant. Quand elle entre ses doigts en moi et se met à faire de doux va et vient régulier, je ne peux taire les gémissements qui montent en moi, je jouis en riant de bonheur. Son petit cirque fait monter mon excitation à un point tel que je mouille abondamment sur sa main. Elle continue son manège en y ajoutant sa langue douce et sûre de son chemin. Je jouis et me trouve chanceuse de vivre ce moment quand j’aperçois la caméra à portée de ma main. Pendant qu’elle me mange, c’est mon tour de jouer à la photographe. Je suis couchée sur le dos et je ne peux que voir sa chevelure et ses magnifiques yeux me regarde avec désir, le reste du visage caché derrière ma chatte… Hummmm… Elle est plus que sexy. On a continué de se faire jouir et se caresser jusqu’au lever du soleil. Mais quelle belle nuit ensemble!

C’est quand Fred a vu cette photo qu’il a su que j’avais sauté la clôture pour une femme… et que je la lui offrait du même coup pour un trip à 3. C’était un bon compromis m’a-t-il dit, avec un sourire enjôleur. J’ai passé une autre belle nuit torride 🙂

Eva

Récit #112 – Entente de couple – Partie 2

Je sors tout juste du métro lorsque je sens mon iPhone vibrer.

— Est-ce que tu es libre ce soir? Mon ami et moi sommes disponible.

Je ressens immédiatement des papillons dans le ventre quand je lis ce message. Ça faisait trois jours que j’attendais que Gabriel me revienne pour la réalisation de mon fantasme.

— Oui! écrivis-je.

— Blue Oyster Bar, sur la rue Howell, à 22 h?

— Parfait!

Lorsque j’arrive chez moi, je passe une longue heure à me préparer. Lorsque finalement j’arrive au bar avec une dizaine de minutes de retard. Je regarde autour de moi. Dans le fond, près du bar, je vois Gabriel qui me fait signe. Je m’approche. Je regarde le gars avec qui il est. Et je dois avouer que son ami est très séduisant. Il est grand, mince, musclé. Il a les cheveux mi-longs, un beau sourire.

Je m’approche d’eux, je leur fais la bise.

— Moi, c’est Luc.

— Enchantée, dis-je. Moi c’est Mélanie.

Ils me tendent un verre de bière, nous trinquons et prenons chacun une gorgée. Nous commençons par parler de sujet léger en regardant du coin de l’œil les écrans dans les quatre coins du bar qui joue une partie de hockey.

— Comment vous vous êtes connu ?

— Nous nous sommes rencontrés pour la première fois en jouant au Poker, dit Gabriel.

— Je l’avais littéralement lavé…

— Ouais, j’étais débutant… Mais mon jeu c’est améliorer depuis…

Ils parlent un peu des passe-temps qu’ils ont en commun. Puis, ça devient plus sérieux quand Luc me demande :

— Gab m’a dit qu’il t’avait proposé un trip à trois avec une autre fille, mais que tu as préféré avec un autre gars. Pourquoi?

— C’est juste que je préférais ça.

— Donc, les filles, ça ne t’intéresse pas? me demande Luc.

— Non… J’aimerais ça le faire avec une fille… Éventuellement… Je ne suis pas pressée.

— Parce que j’ai une amie, pas mal ouverte, un peu comme Sonya, dit-il en échangeant un regard complice avec Gab, qui, j’en suis sûre aimerais ça te rencontrer. Je crois que tu serais son genre…

Il sort son téléphone portable, il me montre le mur Facebook d’une fille. Elle porte un bikini jaune, des lunettes de soleil dans ses cheveux. Elle est mince, de longs cheveux châtain qui lui descendent jusqu’aux seins, un regard intriguant. Je remarque son nom, Émilie.

— Elle est belle…

— Tu veux que je nous organise de quoi?

— Okay… Mais je te préviens… Je veux essayer avec une fille… Mais pas de gars pour ma première fois… Même pas comme voyeur…

— Dommage…

— Mais si ça clique avec elle, qui sait, peut-être qu’on pourrait se faire un trip à quatre, dis-je en regardant les deux gars.

— À cinq, corrige Gab, si Sonya est en ville, elle voudra sûrement se joindre à nous…

— À cinq alors! lance-je en levant mon verre.

Nous faisons un toast, nous terminons tous nos verres.

— Mais là, si nous allions le faire à trois? dis-je en faisant un petit sourire en coin aux gars.

Nous embarquons tous les trois dans un taxi et dix minutes plus tard, nous sommes chez moi.

Je suis tellement nerveuse que mes mains shakent alors que j’essaie de déverrouiller la porte. Nous arrivons dans ma chambre à coucher, je lance mon sac, mes clés dans un coin de la chambre alors que les gars se rapprochent de moi. Gabriel est derrière moi. Luc devant moi.

— Alors… Tu voulais un trip à trois avec deux gars, me demande Luc. Tu t’attends à quoi?

— Et bien, dis-je la gorge sèche, Au poker, c’est chacun pour soi… Mais je veux que vous fassiez le contraire… Je veux que vous travailliez en équipe… pour mon plaisir!

Les deux gars s’échangent un sourire. Ils se rapprochent de moi. Je sens derrière moi que Gabriel a déjà une érection. Leurs mains commencent à se promener sur mon corps : mes cuisses, mon ventre, mes épaules, mes seins…

— Est-ce qu’il y a de quoi que tu ne veux pas faire? demande Luc.

— Comme vous dites au Poker… No limit!

— Et tes fesses? demande Gabriel en se pressant contre moi.

— J’ai dit : «No limit!»

Je m’agenouille devant eux. Je déboutonne les jeans de Luc, baisse ses pantalons et ses boxers. Il est déjà bandé dur. Je commence à la caresser pendant que j’utilise mon autre main pour libérer celle de Gabriel.

Je me retrouve avec une queue dans chaque main. Je les masse, les caresses. Je regarde Gabriel quelques instants, plus Luc, leur souriant. Je me penche et donne un petit bec sur la queue de Gabriel, puis Luc. Puis je les suce.

Sucer deux queues à relai me fait sentir terriblement cochonne… salope… Ça m’excite tellement qu’à un moment donner leurs deux queues se touchent alors que j’échange les rôles.

— Désolé les gars, dis-je l’air piteuse, espérant que ça ne les turn pas off.

— C’est correct, chuchote Gabriel. Continue…

— Vraiment correct, complète Luc.

Gabriel donne un petit coup de bassin et leurs queues se touchent de nouveau quelques instants à quelques centimètres de mon visage.

— Nous aussi c’est : «No limit», ajoute Gabriel.

— Vous… Vous êtes…, bégaye-je.

— Bisexuel! complète Luc.

Les queues se touchent de nouveau, mais cette fois, elles s’approchent de mon visage. Ça me surprend un peu, mais j’essaie. Je commence par poser le bout de ma langue sur la queue de Gabriel et je la fais se déplacer pour terminer mon mouvement sur la queue de Luc. Les deux glands essaient de se frayer un chemin dans ma bouche en même temps, mais ça ne rentre pas vraiment.

Pendant que je continue de les sucer à relai, et parfois en même temps, les gars se retirent mutuellement leurs vêtements. Lorsque je manipule leurs queues, je ne fais même plus attention, les glands se frottent allègrement. Et ça les excitent. Quand elles se touchent, je sens une impulsion.

Je me relève.

— My god les gars… C’est tellement hot!

Les gars m’enlacent. Gabriel m’embrasse sur la bouche. Luc l’imite quelques secondes plus tard. Je sens leurs mains qui commencent à me déshabiller. Lorsque je suis nue, nous allons nous installer sur le lit.

— Gab, occupe-toi du haut. Je m’occupe de bas, suggère Luc en mettant un condom.

Les gars se tapent dans les mains. Il me font mettre à quatre pattes sur le lit. Gabriel se place devant moi. J’ouvre instinctivement la bouche, mais il décide de plutôt m’agacer. Il me donne de petits tapes sur les joues avec sa queue. Luc fait la même chose contre mes fesses. Je vois Gabriel qui échange un regard avec Luc, puis je sens les deux queues s’insérer en moi en même temps. Luc pénètre ma chatte alors que Gabriel s’enfonce dans ma bouche.

Ça ne prends que quelques instants avant que leurs deux membres soit totalement en moi. Gabriel me racle le fond de la gorge alors que je sens les testicules de Luc frotter contre mes cuisses. Les gars commencent des mouvements de bassins en même temps, ils mettent quelques secondes pour se synchroniser. C’est un peu inconfortable, mais j’adore ça!

Ils me prennent en brochette pendant plusieurs minutes. Je commence à suer un peu, eux aussi. Lorsque finalement, Gabriel se retire de ma bouche, Luc lui demande :

— Gab, apporte du lube… Je vais la préparer tranquillement pour la double pénétration.

Gabriel va vers ses pantalons qui sont sur le sol. Il en sort une petite bouteille. Il s’approche de nous. Luc retire sa queue de ma chatte. Je tourne la tête pour voir ce qu’ils font. Je vois Gabriel qui laisse couler quelques filets de lubrifiant. Il met une main sur la queue de son ami et il l’étend sur tout son long. Lorsqu’il termine, il lui donne une petite claque sur les fesses.

Je sens la queue de Luc presser contre mon anus. Il force un peu, puis son gland se fraie un passage dans mes étroites fesses. Ça pince sur le coup, mais rien d’inconfortable. Il continue doucement à s’enfoncer. Chacun de ses coups de bassins l’amène un peu plus loin. Je serre les dents parfois, mais je ne dis rien.

Finalement, je sens ses cuisses contre mes fesses… Il continue ses mouvements de va-et-viens en accélérant un peu à chaque fois. Gabriel, lui, de son côté nous regarde.

— Tu n’a jamais fait de DP? me demande-t-il.

Je fais un léger signe de non de la tête.

— Inquiète-toi pas… On va te guider…

Luc continue de m’enculer pendant encore quelques minutes. Ils me sentent à l’aise d’aller plus loin. Luc se retire complètement. Gabriel enfile un condom, Luc change le sien.

— Lève-toi, me dit Gabriel.

— Quoi?

— Lève-toi, répète Luc. Tu vas voir… Tu vas aimer ça.

Je m’exécute. Luc me prend alors par les cuisses et il me soulève. Gabriel prend alors la queue de Luc et l’apporte à l’entrer de ma chatte. Elle s’enfonce rapidement en moi tellement je suis mouillée… Et Gabriel se place derrière moi… Il se presse contre moi. Sa queue frotte contre mes fesses. Il commence à faire pression… Et il entre en moi lui aussi…

— Oh my god! crie-je.

— Ça va? demande Gabriel.

— Oui, oui! répondis-je le souffle court.

— Toi? demande-t-il à Luc.

— C’est bon.

— Alors, 1, 2, 3, go…

Les gars commencent alors à faire des mouvements de va-et-vient lent et régulier.

— Ohhhhh mmmy ggggod! crie-je de nouveau.

Les gars me prennent tous les deux en même temps. La sensation est extrême… C’est comme si j’ai une super queue d’un diamètre exagéré qui entre et sort de moi… Pis les gars commencent à accélérer la cadence… Comme un réflexe, mes ongles s’enfoncent dans la peau du dos de Luc. Ça le fait serrer les dents, mais aussi sourire en même temps. Je les encourage : «Plus vite les gars!»

Après quelques minutes, je ne suis même plus capable de garder les yeux ouverts. Quelques instants plus tard, Luc dit qu’il n’a plus de force dans les bras. Je sens alors Gabriel prendre le relai, il me tient par les cuisses et les gars continuent de me prendre en double pénétration. Luc en profite pour utiliser ses mains pour me caresser les seins.

Ça dure encore quelques minutes. Les gars finissent par me déposer sur le lit. Luc s’installe donc debout près du lit et continue de me pénétrer alors que je suis sur le dos. Ça dure quelques instants. Gabriel à côté de moi, change lentement le condom qu’il porte.

Et… Et… Je le vois se placer derrière Luc. Celui-ci cesse de bouger quelques instants alors qu’il est toujours en moi.

— Qu’est-ce que tu fais? demande-je à Gabriel.

— D’après toi? me répond-il avec un petit sourire.

Je sens la queue de Luc frémir en moi alors que Gabriel continue de se placer. Lorsqu’ils sourient tous les deux, Gabriel et moi commençons à bouger ensemble. Luc, prit en sandwich entre nous deux, lui fait beaucoup plaisir. Moi aussi d’ailleurs… Parce que je sens que je ne suis pas très loin de l’orgasme.

Après une minute, je suis incapable de me retenir plus longtemps. Je jouis… Luc se retire de moi, alors que je prends quelques secondes pour me ressaisir. Lorsque je me lève, je vais, par curiosité, voir Gabriel. Je regarde de près ce que les deux gars font. En baissant le regard, je peux voir, sans équivoque, sa queue pénétrer fermement les fesses son ami. Je donne une petite tape sur les fesses de Gabriel pour l’encourager un peu.

— Défonce son cul! lance-je…

J’en profite pour embrasser et caresser Gabriel alors qu’il continue d’enculer Luc.

— Couvre ses fesses de sperme… souffle-je à Gabriel.

Il me sourit et accélère un peu la cadence. Au bout de quelques minutes, Gabriel commence à lancer de petit grognement… Il sort sa queue, retire rapidement le condom et lance quelques jets sur les fesses de Luc. Je donne une tape sur le fesses de Luc.

— Tu ne sais pas ce qu’y t’attends toi… dit-il.

Il me couche à plat vendre sur le lit, les jambes touchant toujours au sol. Il entre sa queue de nouveau dans mes fesses. Je suis tellement excitée qu’il n’a même pas eu besoin de forcer. Sa queue entre et sort de mes fesses de plus en plus rapidement. Et il m’encule comme ça jusqu’à ce qu’il recouvre mes fesses de son sperme…

Nous prenons tous une minute pour reprendre nos esprits…

— My god, les gars, dis-je. C’était vraiment hot! C’était pas la première fois que vous faites ça, hein?

— Non, répondirent les gars en même temps.

— Sonya, la blonde de Gab, adore ça quand je viens passer une nuit avec eux…

— C’est quand même étrange… Encore la semaine passée, j’étais encore loin de me douter que Sonya avait une sexualité… si diversifiée!

— Ouais, commente, Gabriel. Il y a la Sonya que tout le monde connait… Et il y a la Sonya, la nymphomane…

— Je suis curieuse… La bisexualité… Ça vous est venu comment?

— Hum… commence Gabriel, je dirais que c’est venu naturellement. Je regardais des filles nues sur Internet et je bandais. Je regardais les gars dans la douche au Hockey, et je bandais aussi… C’est sûre que c’est plus simple d’être en couple avec une fille, parce que socialement, c’est ‘normal’. Mais bon, j’avais toujours de petites aventures ici et là avec des hommes… Des femmes aussi… C’est pour ça que je n’ai jamais vraiment cru à la fidélité. Donc, quand Sonya m’a proposé notre entente de couple ouvert, j’ai tout de suite aimé ça.

— Moi, c’est presque la même histoire. Sauf que je n’ai pas encore trouver ma Sonya, dit-il en souriant.

 

Nous continuons de parler encore une petite demi-heure, puis nous décidons de remettre ça…

***

J’entre dans un café. Je vois Sonya déjà assise à une table avec un café à la main. Je lui fait signe, passe à la caisse. Lorsque je reçois mon café, je vais m’asseoir avec elle.

— Gab m’a raconté ce qui s’est passé pendant mon voyage à Munich.

— Qu’est-ce qu’il t’a raconté? demande-je.

— Tout… Tu sais bien c’est quoi notre entente, il peut faire ce qu’il veut, sauf me mentir.

Elle prend une gorgée de café.

— Est-ce que c’est vrai ce qu’il m’a dit… (chuchote) 36 condoms en deux jours?

Je marmonne une réponse en me passant une main dans le cou.

— Quoi? dit-elle.

— Ben… Oui! répondis-je gênée. On est passé à travers la boîte… Les gars n’éjaculaient même plus lorsqu’ils avaient des orgasmes.

— Je ne savais pas que… que…, dit-elle en prenant une pause. Que tu étais comme moi, finit-elle par dire avec un sourire.

Elle me fait un petit clin d’œil.

— Je suis gênée de te demandé ça, commence-je par dire. Mais quand repars-tu en voyage d’affaire.

Elle prend un air surpris.

— Quoi? Tu as déjà hâte à la prochaine fois?

— Oui, répondis-je un peu gênée.

— Dans deux semaines, je dois aller quelques jours à Tokyo.

Je prends une gorgée de café.

— Mais tu n’auras pas à attendre jusque là pour t’amuser…

— Quoi? répondis-je surprise.

Elle fait signe à quelqu’un au loin. Cette personne s’approche. Une femme. Lorsqu’elle s’assoit à côté de nous, je la reconnais. C’est la fille que Luc m’a rapidement montrée sur son téléphone quelques jours auparavant.

— Moi, c’est Émilie, dit-elle.

— Enchantée, dis-je en lui donnant la bise.

— Alors Sonya me disait que tu serais peut-être intéressé à une aventure lesbienne, c’est ça?

— Nnoui…

C’est à ce moment que Sonya décide de se lever.

— Maintenant que les présentations sont faites, je vais vous laisser à votre date. Votre sexedate

— J’adore l’expression, commente Émilie…

Sonya fait la bise à Émilie, lui chochotte quelque chose à l’oreille et part. Me laissant seule avec elle…

Récit #83 – ATM au Sauna

En cette belle journée d’été Christian allais retrouver son ami Jean-Luc pour une journée détente au sauna ou celui-ci leur avait réservé une journée complète à se faire gâter.

À son arrivée, Jean-Luc fut surprit de ne pas voir son jeune ami l’attendre à l’entrée comme prévu … il attendit une dizaines de minutes en vain, il l’appela à plusieurs reprise … sans réponse.

Il se décida d’entrer sans lui, à sa grande surprise, Christian était déjà à l’intérieur ,

– Hey m’avais tu oublié? dit Jean-Luc Couillard d’un ton plutôt fâché.

– Ahhhh, oui!  Désolé, je me suis dit que tu je m’attendrais pas à l’extérieur, dit Christian Guay d’un ton farceur .

Les deux amis s’en allèrent au vestiaire pour porter leur choses et se changer pour être prêts à la totale détente.

Arrivés dans le sauna, les gars s’assoient côte à côte et regardent autour d’eux et voient 4 autres personnes …

Christian et Jean-Luc parle du travail et de leur famille, Christian lui dit être exténué de sa semaine de travail et qu’il avait vraiment besoin d’une journée pour décrocher.

Jean-Luc lui dit qu’il est très content de pouvoir aider son ami à pouvoir se détendre

Pendant ce temps, les gars jasent de tout et de rien … mais au loin ils virent un homme donner une fellation à un autre …

Christian devint très mal à l’aise et dit à Jean-Luc qu’il trouvait ça assez ordinaire comme place

J-L lui demanda s’il voulait partir. Christian refusa et dit qu’il allait faire abstraction de ces messieurs …. Mais plus ça avançait et plus les deux hommes sentaient l’excitation monter en eux ainsi qu’un extrême malaise …

Christian posa sa main sur la cuisse de J-L en se caressant l’entre jambe qui n’arrêtait pas de gonfler. J-L fut surpris, mais ne dit rien il prit la main de son ami pour la mettre directement sur son énorme érection qui ne demandais que de se faire caresser lentement …

Christian continua de masser l’entre jambe de J-L qui fit de même pour l’énorme queue de son ami. Les deux amis commencèrent à s’embrasser goulûment , tout en se masturbant mutuellement leurs manches dur d’excitation .

Christian prit les devant en mettant l’énorme queue de J-L dans sa bouche , il insistait fort pour la mettre le plus loin possible.

Son ami se plaignait avec des gémissements qui rendait les autres gars très jaloux, Christian avait le cul en l’air et la bouche pleine .

Un autre homme s’approcha d’eu et ne dit rien, il enfonça sa tête entre les fesses de Christian en lui léchant l’anus . Christian gémit de plaisir mais n’arrêta pas de donner du plaisir à J-L.

Le troisième homme léchait intensément la petite rondelle de Christian, il alla même jusqu’à cracher dessus pour pouvoir lui insérer un doigt , l’excitation était à son top : il se masturbait tout en faisant gémir Christian .

L’inconnu se redressât et prit fermement sa queue entre ses mains et l’appuya sur l’anus assez dilaté de Christian, il força pour la faire entrer mais en vain . Il ressortit sont engin et retourna lécher le cul de Christian qui lui continuais de sucer ardemment son ami J-L.

L’inconnu retourna pour une deuxième tentative … celle si était la bonne … Poouuuufffff il le pénétra d’un seul coup, Christian en a eu le souffle coupé tellement la sensation était intense.  Il se mit à le sodomiser lentement … ensuite de plus en plus vite jusqu’à ce que leurs couilles se cogne l’une contre l’autres,

J-L et l’inconnu repositionne Christian en « méchoui » pour plus de facilité.  Christian se faisais baiser des deux côté et avait l’air de beaucoup apprécier , l’inconnu s’approcha de son oreille en lui murmurant

– Tu aimes ça, te faire défoncer la puck ??

Christian lui répondit avec des gémissements qui l’encouragaient.  Pendant une dizaine de minute le petit jeux continua  L’inconnu demanda à J-L d’échanger de place avec lui.

J-L se plaça derrière son ami qui avait déjà l’anus ouvert et prêt à le recevoir, l’inconnu enfonça sont membre dans la bouche de Christian sans avertissement.

J-L sodomisait son ami tout en le masturbant en même temps pendant qu’il suçait férocement l’inconnu qui ne put continuer longtemps et déchargea dans sa bouche ….

J-L voulait absolument que son ami vienne avant lui , tout en le défonçant, il la masturbait de plus en plus fort jusqu’à ce qu’il sente le sexe de son ami gonfler et que sa lui coule dans la main.

Alors, ayant son objectif, il ne restait que lui à déverser son plaisir, il y allait de plus en plus fort et déchargea dans le cul de son jeune ami qui n’en pouvait tout simplement plus …

Morale de cette histoire … n’allez jamais au sauna avec un ami!