Récit #144 – Les meilleurs amis – Partie 2

Comme à tous les samedis depuis plusieurs années, Sarah et Carl se rencontre pour leur souper Hebdomadaire. Carl a déjà hâte, il en rêve depuis le lundi qui a suivis leur souper.

Il se remémore comment Sarah a pris son sexe en bouche et déjà il sent que sa verge réagit. Il se sent soudainement un peu plus serré dans ses sous-vêtements. Il s’installe devant son ordinateur pour soulager son irrésistible désir. Il commence par aller sur ses sites pornographiques préférés. Il navigue quelques instants parmi les différentes vidéos et s’arrête sur un vidéo représentant une fille et son demi-frère.

Alors que la tension devient palpable dans le film, Carl sort sa verge qui commençait à être douloureuse dans son caleçon. Il l’empoigne de sa main et commence à effectuer des mouvements de haut bas tranquillement.

Il ferme les yeux et s’imagine la belle et magnifique Sarah, a genoux devant lui, sur un petit coussin. Ses jolies seins bien fermes pointes à cause de la fraicheur du matin. Elle ne porte qu’une petite culotte en dentelle rose, comme Carl les aime.

Elle enroulerait sa langue autour du gland de son ami, qui frémit à cette idée. Elle empoignerait sa verge d’une main et la planterait dans sa bouche, l’astiquant frénétiquement avec sa langue et allant l’accoter jusque dans le fond de sa bouche. Carl ne savait pas si elle aimait ça, mais lui aimerait bien qu’elle le fasse. Elle ferait rapidement des mouvements de bas en haut, l’enfonçant à répétions entre ses lèvres pulpeuses, s’arrêtant quelques secondes pour lécher son sexe de haut en bas et lui malaxer les bijoux de familles.

Alors qu’il était sur le bord de jouir, Carl entendit une voix derrière lui.

« On s’amuse bien on dirait! »

C’était Sarah, qui était arrivée un peu plus tôt. Elle portait une jupe moulante noire et un haut avec un décolleté plus que plongeant qui ferait fantasmer même les femmes. Elle s’approcha de lui et se mit sur ses genoux, Carl lâcha sa verge alors que Sarah la mettait dans sa bouche.

Comme il était beaucoup trop excité, il ne put se retenir et déversa sa semence directement sur sa langue. Sarah fut si surprise qu’elle s’étouffa quelques instants.

« Wow, c’était rapide, à mon tour dans ce cas »

Elle se releva assez rapidement et fit dos à Carl. Elle défit la boucle et la fermeture de sa jupe et laissa tomber au sol. Elle portait un fin string noir qui contournait parfaitement ses jolies fesses rondes. Elle se départit de son sous-vêtement et se pencha en avant, laissant entrevoir son vagin entre ses jambes. Elle accotta ses deux mains sur la table qui lui faisait face et ordonna à son ami en lui pointant ses deux fesses bien rondes.

Car ne se fit pas prier, il s’agenouilla derrière sa douce amie pour qui il avait du désir plus qu’il ne pourrait jamais en contenir. Son sexe redevenait dur alors qu’il s’approchait.

Il posa sa main sur le clitoris de son ami et descendit jusqu’à sa fente, sentant la moiteur de ses parties. Sarah eu un frisson de plaisir alors que son meilleur ami écartait son derrière pour exposer son anus rose. Il ne se fit pas prier et se mit à la parsemer de baiser. Il fit tournoyer sa langue autour de cette entrée interdite.

Sarah ne s’attendait pas du tout à cela, elle lâcha un cri de stupeur et de jouissance. Elle n’avait jamais senti de sensation aussi plaisante. Elle ne pu tenir que quelques secondes, ses ongles s’enfoncèrent dans le grain du bois de la table alors qu’elle émit un second cri de plaisir. Ses muscles se contractèrent et tout son corps fut pris de tremblement.

Elle se retourna vivement, exposant son sexe à la bouche vorace de Carl qui s’en empara. Il goutta pour la première fois la cyprine de sa meilleure amie et il la trouva tellement de bon goût qu’il enfonça sa langue au plus profond d’elle. Tout en jouant avec son bouton d’amour, il lécha avidement le vagin de celle-ci. Lorsqu’il sentit le sexe de la demoiselle se refermer sur sa langue, il sut qu’elle venait de jouir à nouveau.

Sarah poussa son ami sur sa chaise, révélant son sexe bien dur qui était en évidence. Elle embarqua à califourchons sur celui-ci et inséra le membre dur comme un roc en elle.

Il pénétra aussi facilement qu’un couteau pénétre le beurre, c’était elle qui avait le contrôle. Les deux émirent un soupir de plaisir alors qu’elle commençait des mouvements de bassins de plus en plus vite.

Elle se foutait de son plaisir à lui, elle ne voulait que jouir à nouveau avec le sexe de son meilleur ami en elle. Elle accéléra le mouvement, donnant des coups de bassins de plus en plus fort. La sensation du pénis de Carl venant cogner le fond de son vagin lui arrachait des soupirs d’extases à chaque fois. Il ne lui fallu pas plus de deux minutes pour jouir à nouveau, une fois, puis deux fois et une troisième fois en même temps que son ami.

Elle senti le sexe de Carl émettre de petit soubresaut alors qu’il déversait sa semence en elle. Elle était comblée de bonheur, elle en avait envie depuis la semaine passée.

Récit #10 – La fois où mon père nous a surpris…plus d’une fois !

bedroom-881123_960_720

Je me présente, mon nom est Assenav et celui de mon fiancé est Arthur. Nous avons respectivement 20 et 26 ans. Je vous raconterai quelques histoires qui nous sont arrivées.

Mon fiancé et moi étions chez mon père pour toute la fin de semaine. C’était la journée et j’avais très envie de mon fiancé puisque je n’arrivais pas à penser à autre chose que son torse nu contre moi. Pendant que mon père écoutait la télévision avec mes petits frères, je pris mon fiancé par la main et lui chuchotai à l’oreille de venir avec moi. Il me suivi, intrigué. Quand nous arrivâmes dans ma chambre, nous fermâmes la porte et la barrâmes. Par la suite, je l’embrassai passionnément et lui dit dans un chuchotement que j’avais envie de lui. Il me poussa sur mon lit et m’enleva mon pantalon et mon string. Je le poussai sur le dos et détacha son pantalon et le lui enleva ainsi que son boxer. Je vis qu’il commençait à bander. Je pris son pénis dans ma main et le masturbai pendant cinq minutes avant qu’il me supplie de le mettre dans ma bouche. Je fis cela avec empressement aimant le gout de son membre emplissant ma bouche. Je le suçais pendant que lui murmurait des ‘’ oh oui, tu suces comme une déesse ‘’. Quand il fut dur comme de la roche, j’allai l’embrasser et soudain, il me poussa sur le dos en me faisant un sourire charmeur et narquois. Je le regardais m’enlever ma camisole et embrasser doucement ma peau. Je ne fis rien pour l’empêcher d’enlever ma brassière et prendre dans sa bouche mon sein droit. Je mordis doucement ma lèvre inférieure tellement c’était bon. Il prit mon sein gauche dans sa main droite et joua avec tandis que sa bouche titillait la pointe de mon sein. Il se désintéressa ensuite de ma poitrine pour descendre tout doucement le long de mon corps, déposant des baisés ici et là. Quand il arriva à mon vagin, Je mordis avec plus d’empressement ma lèvre inférieure anticipant le plaisir que j’aurais.

Quand il se mit à me manger doucement, je ne pus m’empêcher de murmurer ‘’ Mmmm…c’est bon… ‘’ Il continua avec plus de passion sa tâche qu’il faisait. Quand je crampai mon dos tellement il faisait ca bien, je lui dis avec un murmure pour ne pas éveiller les soupçons de mon père ou pour que mes petits frères ne viennent pas nous déranger ‘’ Prends-moi Arthur, prends-moi maintenant…Je n’en peux plus ! ‘’ . Il remonta avec un sourire vainqueur et me prit d’un coup, me coupant le souffle. Il me demanda si j’étais correct, moi répondant que oui, qu’il continu que c’était bon. Il se mit à faire des vas-et-viens doucement d’abord, ensuite il se mit à y aller de plus en plus vite et à y aller plus fort ….Je réussi à prendre la couverture et à nous cacher…. Il se trouvait presque au bord de la jouissance quand tout d’un coup, nous entendîmes la poignée de la porte bouger et quelqu’un aller prendre un couteau et essayer de débarrer la porte. Nous arrêtâmes juste à temps car mon père ouvrit la porte et eut un sourire en disant’’ Pardon, je vous dérange?’’ Nous répondîmes que non et il referma la porte. Arthur alla barrer la porte et revins vers moi m’embrassa et tout plein de sueurs. Je le poussai sur le dos et me mis au-dessus de son pénis et le prit dans ma bouche et le suça jusqu’à ce qu’il soit de nouveau dur et m’empalait dessus. Je fis des vas-et-viens et gémis et fini par avoir un orgasme en griffant mon fiancé…Je m’écroulais sur lui et lui sourit tandis qu’il nous retourna, lui sur moi et rabattis la couverture sur lui et s’enleva de moi pour me tourner sur le dos et prendre mon vagin tandis que j’étais sur le ventre. Il se mit à y aller de plus en plus vite jusqu’à ce qu’il jouisse en dedans de moi. Mais pas le temps de souffler! Car, de nouveau nous entendions quelqu’un débarrer la porte. Vous avez deviné qui c’était? Eh oui…c’était mon père qui avait encore débarré et ouvert la porte…. Il nous reposa la même question et nous lui répondîmes que nous nous reposions. Il ferma la porte tandis qu’Arthur, débandé, souffla de frustration. Nous étions un peu en colère mais nous nous calmâmes tout de même et nous embrassâmes, nous habilla et ensuite nous retournâmes dans le salon pour finir l’après-midi avec mon père et mes petits frères.

Petite leçon de tirée de tout cela? La prochaine fois, si on dort chez mon père pour la fin de semaine, nous mettrons un meuble devant la porte pour être surs de ne pas être dérangés !!!!

Assenav20