Récit #124 – Les retrouvailles – Chapitre trois – Meurtre, trahison et cauchemars

20624583_10156428738059838_406399736_n

Paralysée par la peur, je regarde Caroline sans dire un mot. Elle dépose le chaudron sur le comptoir à côté d’elle, pour ensuite s’approcher de moi. Instinctivement, je reculai jusqu’au sofa dans lequel j’étais installée pour lire. Je trébuchai et m’y assis. Elle en fit autant dans le fauteuil dans lequel l’agent Messier était installé. Le silence s’installa durant de longues minutes, jusqu’à ce qu’elle se décide à parler:

— Enfin seule toute les deux. J’avais raison pas vrai?

Je jetai un regard furtif sur l’horloge sur le manteau de la cheminée, Patrick serait bientôt là, autant gagner du temps et la faire parler.

— oui tu as raison mais ce n’est pas pour les raisons que tu penses. Patrick est un homme que j’ai connu il y a plusieurs années. Nous avons été amants.

— Et maintenant, vous vous êtes retrouvés. Que c’est… romantique, dit-elle sur un ton sarcastique. Reste quand même que ce poste me revenait, et que t’avais pas le droit de l’avoir. Elle se leva brusquement et me gifla. Je m’effondrai sur le sofa avant de pousser un gémissement de douleur. Elle reprit sa place sur le fauteuil et resta silencieuse, à me regarder fixement.

— Qu’est-ce que tu comptes faire?, demandai-je d’une petite voix. Tu vas me tuer?

— J’en ai l’intention en effet. Mais pas tout de suite. Nous attendons un invité spécial, et je ne compte ne rien faire jusqu’à ce qu’il soit ici.

— Patrick?

— tu verras en temps et lieux. Maintenant, la ferme!

Elle n’avait pas haussé le ton, pourtant, je me recroquevillai sur moi-même. Il y eux soudain un énorme éclair qui nous aveugla toute les deux momentanément, suivit d’un coup de tonnerre assourdissant. J’en profitai pour me jeter par-dessus le dossier du divan pour ensuite courir au hasard des couloirs. La pénombre était quasi-totale et, ne connaissant pas la maison, je manquai plusieurs fois de trébucher. J’entendais Caroline derrière moi, qui me poursuivait. Je revins dans la cuisine et je trébuchai sur le corps de l’agent Messier, toujours inconscient. Dans un éclair de génie, je m’emparai de son arme, et la pointai sur Caroline, lorsqu’elle surgit, à son tour, dans la cuisine. Me regardant intensément, elle ricana et dit:

— Pose ton jouet. Tu n’as pas le cran de t’en servir.

Je ne bougeai pas d’un millimètre, restant braquée sur elle. Un bruit derrière moi attira mon attention.

— Lâche ton arme Jessie, me dit Sawyer, en pointant son arme sur Caroline.

Soulagée, je la déposai sur le sol, près de l’agent Messier.

— Dieu merci!, dis-je, soulagée. Vous êtes…

Je m’interrompis car il venait de braquer son arme dans ma direction. Il se rapprocha ensuite de Caroline, qui vint se lover contre lui.

— Alors l’histoire de votre femme et de votre fille, c’était des mensonges?, demandai-je au bord des larmes.

— Non. C’est réellement arrivé, répondit Sawyer.

— Pourquoi?, demandais-je. Pourquoi vous nous faites ça?

Je marquai une pause.

— Où est Patrick?

— Je l’ai déposé en ville comme prévu. Il n’a rien à voir dans cette histoire.

Soulagée, je me détendis légèrement. Je jetai un coup d’oeil furtif à l’horloge derrière Sawyer, il était presque 20h00 maintenant.

— Alors, vous allez me tuer, c’est ça?, demandai-je

— Oui mon amour, tue-la, intervint Caroline, en embrassant et câlinant son amoureux.

— Comment vous en êtes arrivés là?, voulus-je savoir.

— J’ai rencontré Caroline quelques semaines après le drame et suis tombé amoureux d’elle. Quand elle m’a appris l’injustice dont elle avait été victime, j’ai tout de suite su qu’il fallait que j’y remédie.

— Maintenant tue-la mon amour, dit à nouveau sa complice.

Elle détourna son regard pour l’embrasser à pleine bouche. Voyant que leur attention était détournée par le baiser qu’ils échangeaient, je me baissai prudemment, sans faire de bruit, et m’emparai à nouveau du pistolet, pour ensuite détaler dans les couloirs. Sawyer tira, mais me manqua de peu. La balle alla se loger dans le mur près de ma tête. Devant moi, à environ cinq mètres, il y avait une grande fenêtre qui donnait sur la forêt, là où nous avions pêcher ce matin. J’empoignai solidement le pistolet et m’y précipitai. Je passai au travers la vitre et atterris sur la pelouse. Je me relevai en titubant, avant de me diriger vers la forêt. Sawyer tira de nouveau dans ma direction, mais me manqua de peu encore. Je me réfugiai dans la forêt. Ignorant l’escalier de bois, je descendis la pente abrupte en courant et en trébuchant, la pluie rendant le sol boueux et glissant. Je me retrouvai très vite trempée, et glacée jusqu’aux os. Je tombai rapidement face au lac. Prise d’une soudaine inspiration, je me séparai de la veste du tailleur que je portais encore et l’abandonnai sur la berge. Par la suite, je tentai de remonter par un autre chemin, sachant que Sawyer et Caroline seraient à ma recherche. Je m’aidais avec les arbres et je pus remonter sans trop de difficultés. Je retournai à la maison et tentai de réveiller l’agent Messier. Il se redressa, portant la main à sa tête.

— Qu’est-ce qui s’est passé? me demanda-t-il, confus.

— Il faut y aller, ce serait trop long à expliquer.

Il se leva tant bien que mal et je le soutins jusqu’à sa voiture. Lorsque j’ouvris la portière, Caroline surgit derrière moi pour me plaquer au sol. Je tentai de la repousser suffisamment pour utiliser le pistolet et ses mains se refermèrent sur ma gorge. Je ne pouvais plus respirer. Je commençais à perdre conscience, lorsque j’entendis un coup de feu. Caroline tomba sur moi de tout son poids, ses mains se relâchant tout à coup autour de mon cou. Je toussai et inspirai profondément, avant de tenter de repousser le corps de Caroline, qui avait pris une balle dans la tête. L’agent Messier vint à mon aide, son arme de cheville encore à la main. Il me dégagea et m’aida à se relever.

— Montez dans la voiture. Nous partons d’ici, me dit-il.

Alors que je montais, un autre coup de feu retentis et L’agent Messier s’effondra au sol, une balle dans le dos. Sawyer surgit tout à coup devant moi. Il m’agrippa par les chevilles et me tira à l’extérieur. Je tentai de m’accrocher à ce qui se trouvait à ma portée, en vain. Il m’étrangla d’une main et de l’autre, il pointa son pistolet sur ma tempe. Je fermai les yeux et attendis qu’il fasse feu. Un coup de feu retentis bel et bien, pas de son pistolet, mais de celui de l’agent Messier, qui s’effondra par la suite, mort. Je repoussai le corps de Sawyer et je m’enfermai dans la voiture patrouille où se trouvait une radio.

— Ici la voiture de l’agent Messier. Il a été tué par l’agent Sawyer. J’aurais besoin d’aide.

— Identifiez vous mademoiselle, me demanda la voix désincarnée de la radio.

— Je m’appelle Jessie, et j’ai été victime d’une agression ce matin et ce soir. Je suis à la maison de vacance de l’agent Sawyer.

— Je vous envoie des renforts.

Je m’enfermai dans la voiture de patrouille. J’étais épuisée, trempée jusqu’aux os et je tremblais de partout. Une voiture arriva dans le stationnement. Je reconnus la voiture de Patrick. Suivaient derrière lui quatre voitures de patrouille. Je sortis de celle où j’étais en titubant et Patrick dû me rattraper, car je m’effondrai lorsque j’arrivai à sa hauteur. Il me prit dans ses bras et m’emmena à l’intérieur de la maison.

— Il lui faut des vêtements secs. Allez dans le coffre de ma voiture, demanda-t-il à un des policiers. Il y a un sac contenant des habits pour nous deux.

Le policier s’exécuta, puis, revint quelques instants plus tard avec le sac. Quant à moi, je dérivai, sur le bord de l’inconscience. Les policiers eurent le tact de se retourner lorsque Patrick m’aida à me changer. Il me passa un pantalon de survêtement, un débardeur et me recouvrit avec une épaisse couverture de laine, puis, il me mit des ballerines aux pieds. Je reconnus l’odeur et la texture, c’était la couverture que ma grand-mère m’avait fait. Mon amoureux me rapprocha des flammes de la cheminée et me chanta un chant créole. L’un des policiers me mit une tasse de thé fumant dans les mains. Je bus celui-ci à petites gorgée. Des ambulanciers vinrent m’examiner, J’avais plusieurs hématomes et de plaies due aux branches dans la forêt, ainsi que des éclats de verre dans les mains et les genoux.

— On va l’emmener avec nous pour plus de sécurité. Elle a une hypothermie légère, et plusieurs coupures et contusions à faire examiner.

Je m’installai sur la civière et ils me mirent dans l’ambulance, tandis que Patrick nous suivit dans sa voiture. Je continuai à serrer contre moi la couverture de ma grand-mère. Une fois à l’hôpital, Je fus examinée par le médecin de garde, le docteur Lewis. Je lui narrai ce qui m’était arrivé, et elle m’écouta patiemment en me soignant.

— Vous avez vécu toute une aventure, me dit-elle après qu’elle ait eu terminé.

Elle posa sa main sur mon épaule et la serra amicalement, avant de me faire un sourire rassurant. Elle ouvrit la porte et fit entrer mon amoureux.

— Sa température est revenue à la normale, et j’ai bander les plaies. Les pansements pourront être retirés dans quelques jours. Vous pouvez rentrer chez vous.

— Merci Docteur, dit Patrick.

Il m’aida à me lever et déposa ma couverture sur mes épaules. Nous sortîmes dehors, la pluie avait cessée, et le vent s’était calmé. Nous arrivâmes à la voiture, dans laquelle mon amoureux m’installa précautionneusement. Il prit ensuite le volant et nous conduisit jusqu’à son immeuble. Il s’installa à sa place de parking et Albert vint de nouveau nous saluer.

— Qu’est-ce qui vous est arrivé?, me demanda-t-il.

— Nous avons eu… Un accident, résuma Patrick. Tout va bien maintenant.

— Des déménageurs sont venus porter les effets personnels de Jessie. Je suis monté avec eux. Ils ont tout déposé dans le salon.

— Parfait Albert merci infiniment. Vous finissez votre service dans une heure c’est ça?

— Oui.

— Pourquoi ne pas vous joindre à nous pour dîner ce soir?

— Avec plaisir.

Les deux hommes se sourirent, et nous montâmes dans l’ascenseur. Une fois dans son appartement,

Patrick m’installa sur le divan en face du foyer au gaz. Il alluma celui-ci et me borda avec ma couverture.

— Reposes-toi maintenant. Tu as vécu beaucoup d’émotions depuis hier.

Je l’entendis refermer le rideau derrière lui et je dormis avant qu’il n’ait atteint la cuisine. Il me semblait n’avoir dormis que quelques minutes, lorsqu’il me tira du sommeil, une heure plus tard. L’odeur émanant de la cuisine était appétissante. Enveloppée dans ma couverture, je sortis du salon. Albert était déjà dans

la cuisine, devant une assiette de riz créole, et de viande de boeuf. Je m’installai en le saluant et mon amoureux posa une assiette devant moi. Je mangeai avec enthousiasme, c’était délicieux. Nous discutâmes de tout et de rien pendant le repas. Puis, Patrick narra les aventures que nous avions vécu ces dernières 48h. Il dût s’arrêter à mainte reprise, laissant le temps à Albert de digérer ce qu’il entendait.

— En effet, c’est beaucoup d’émotion en très peu de temps. Vous devriez prendre quelques jours afin de prendre soin d’elle, dit Albert en faisant un clin d’oeil dans ma direction. Je lui rendis son clin d’oeil et lui fit un sourire. Ensuite, je baillai à m’en décrocher la mâchoire. Patrick m’emmena dans le lit en haut de l’escalier et m’y allongea. Je m’endormis avant qu’il ne descende l’escalier. Des éclats de voix me réveillèrent très tôt le lendemain matin.

— Elle a vécu beaucoup d’émotions depuis deux jours. Je n’irai pas la réveillée pour votre bon plaisir.

— Monsieur, s’il vous plaît, dit une voix que je ne reconnut pas. J’ai besoin de sa déposition.

J’ouvris les yeux, encore endolorie, et je reconnu mon vieil ourson blanc en peluche. Sa vue me rassura, et je le pris dans mes bras et le serrai fort contre moi. Je me levai avec difficulté et les deux hommes s’interrompirent lorsqu’ils m’entendirent descendre le petit escalier, mon nounours en peluche dans les

mains. Je saluai le policier d’un signe de tête, avant de me blottir dans les bras de mon amoureux. Nous nous dirigeâmes dans la cuisine, et Patrick déposa un bol de lait chaud devant moi. Je le bus à petite gorgées, restant silencieuse pour l’instant aux question de l’enquêteur. Ce ne fût que lorsque j’eus finis mon bol, que je regardai l’homme de loi avec résignation.

— Je sais que vous avez encore besoin de repos, mais j’ai besoin d’avoir tous les détails de ce qui vous est arrivé ces derniers jours.

Je me lançai dans le récit de nos aventures à Patrick et à moi. Nous apprîmes, du même coup, que Sawyer avait caché à tous le monde sa relation avec Caroline et que c’était grâce à lui qu’elle se « volatilisait » chaque fois qu’ils étaient près de l’attraper. Quant à moi, je narrai mon histoire, comme si elle était arrivée

à quelqu’un d’autre. Je me sentais totalement détachée de tous ces évènements. Il était près de midi, lorsque l’inspecteur prit congé de nous. Patrick me tint longtemps dans ses bras. Nous réalisions à quel point nous avions failli nous perdre, une seconde fois. il relâcha son étreinte et posa un doux baiser sur mon front.

— Tu as faim?, me demanda-t-il.

— Oui. Mais j’aimerais prendre une douche avant. Tu veux la prendre avec moi?

— Volontiers, me répondit mon amoureux.

Je retirai mon pantalon de survêtement et mon débardeur et j’entrai sous la cascade d’eau chaude. Patrick me rejoignit quelques instants plus tard. Il prit un peu de gel douche, qu’il fit mousser entre ses mains et massa mes omoplates, frôlant un hématome sur mon côté gauche. Je gémis de douleur et il s’interrompit.

— Non n’arrête pas s’il te plaît. Ça fait du bien.

Il poursuivit, massa mes reins quelques minutes. Je sentis son sexe durcir dans mon dos. Je pris ses mains et les ramenai sur mon ventre, pour le sentir contre moi. Elles remontèrent ensuite sur mes seins, qu’il malaxa tout en douceur. Je passai ma main entre nous et j’empoignai son sexe, que je branlai doucement. Patrick dirigea l’une des siennes vers mon bas ventre. Ses doigts agacèrent mon clitoris et je me tortillai contre lui, en gémissant. Je me retournai et l’embrassai langoureusement, entourant son cou de mes bras. Avec précaution, il me souleva et me plaqua contre le mur de la douche, avant de me pénétrer avec une lenteur exquise. Je serrai mes jambes autour de lui afin de le sentir au plus profond de moi. Ses coups de reins se firent lent, mais intense.

— Je t’aime, me dit-il entre deux coups de reins.

— Je t’aime, lui répondis-je.

Je le serrai fort contre moi et je jouis entre ses bras, tandis qu’il se déversait en moi. Tout en douceur, il se retira et me déposa sur le plancher de la douche. Il arrêta l’eau, et m’enroula dans une grosse serviette moelleuse, avant de s’envelopper lui aussi dans une serviette plus petite.

— Qu’aimerais-tu manger?, me demanda-t-il, désireux de me faire plaisir.

— Pourquoi pas des crêpes?

— Avec des fruits?

Je hochai la tête, avant de m’installer au comptoir. Patrick alluma la radio et, don’t worry, be happy de Bob Marley, se mit à jouer. Mon amoureux chanta doucement en duo avec le chanteur, en mesurant la farine. Je me joignis à lui et nous nous sourîmes.

— Je vais devoir défaire mes cartons après notre petit-déjeuner. Tu veux m’aider?, demandais-je.

— Bien sûr.

Une fois le repas terminé, je passai un pyjama bleu pastel et mes pantoufles violette, alors que Patrick passait un pantalon de survêtement noir et un chandail gris. Tandis que nous nous mettions au travail, on sonna à l’interphone de l’ascenseur. Patrick alla appuyer sur le bouton d’appel et demanda:

— Qui est-ce?

— C’est Agnès, votre secrétaire. Je passais dans le coin, et j’ai eu envie de prendre des nouvelles de notre protégée.

— bien sûr, je vous ouvre.

L’ascenseur monta lentement et Patrick souleva la grille. Agnès entra et fit la bise à son patron, avant déposer un sac remplis de victuailles sur le comptoir. Ensuite, elle se dirigea vers moi. Elle m’examina avant de me prendre dans ses bras d’un air bien veillant, presque maternel.

— Vous voulez un coup de main?, nous proposa-t-elle.

— Bien sûr, nous répondîmes de conserve Patrick et moi.

Nous mîmes en tout et partout presque trois heures pour tout déballer et installer dans le loft de mon amoureux. Au bout de deux heures cependant, Agnès et Patrick durent continuer le travail seuls, car j’eus un mal de tête qui me donna des étourdissements. Je terminai l’après-midi, sur le sofa, devant la cheminée

au gaz, qui diffusait une douce chaleur.

— Vous avez faim?, demanda Agnès.

Nous acquiesçâmes, et elle sortit divers plats du sac qu’elle avait déposer sur le comptoir. Patrick esquissa un geste pour lui venir en aide, mais elle refusa.

— Laissez-moi m’occuper de vous aujourd’hui. Retournez au salon auprès de Jessie. Elle alluma la radio, et changea de station. Elle syntonisa un poste de musique classique et fur Elise de Bethoveen remplis la pièce. Lovée contre mon amoureux, je me laissai bercée par la douce musique. Une odeur de tomate, d’origan et de mozzarella emplis bientôt la pièce. J’en eus l’eau à la bouche. Nous nous levâmes du sofa lorsque nous l’entendîmes déposer les assiettes sur la table de la cuisine. Nous eûmes droit à une grosse portion de lasagne. Alors que nous nous asseyions à table, elle nous servit à chacun un verre de lait de chèvre, qu’elle venait d’acheter au marché. Il était frais et crémeux. Je goûtai à la lasagne, qui se révéla délicieuse. Personne ne dit un seul mot pendant le repas, savourant pleinement ce qu’Agnès nous avait préparé. Nos assiettes terminées, elle débarrassa et apporta le dessert. C’était une tarte aux pommes qu’elle avait également préparée. Elle en fit réchauffer trois parts, que nous dégustâmes avec une boule de glace à la vanille et un bout de fromage. Une fois le dessert terminé, Patrick fit la vaisselle, tandis que moi et Agnès jouions aux échecs, tout en bavardant de choses et d’autres. Je lui racontai tout en détail ce que j’avais vécu ces derniers jours. Elle fût impressionnée par mon courage et mon sang froid.

— Je suis contente que Patrick soit de retour dans ma vie, dis-je en le regardant. Ma vie était vide sans lui. Il me regarda à son tour, et me sourit. Après quelque minutes, Agnès demanda:

— Maintenant que tout est régler, dans combien de temps allons-nous réouvrir le bureau?

— Vous pourrez réouvrir dès demain. Vous gèrerez les clients, et prendrez leur commande. Je sais que vous en êtes capable. Quant à moi et Jessie, j’aimerais qu’elle se remette entièrement, avant d’envisager un retour au travail.

— Et pour les commandes?

— Envoyez-moi les devis et je travaillerai d’ici avec Jessie.

Agnès acquiesça, et me mit échec et mat.

— Félicitation, la complimentai-je. Vous êtes une adversaire redoutable.

Elle me sourit avant de se lever.

— Il est tard. Je reviendrai demain soir. J’ai passé une agréable soirée merci.

Elle me prit précautionneusement dans ses bras, avant de faire à nouveau la bises à son patron. Elle prit ensuite congé de nous, en descendant l’escalier de service.

— C’était gentil de sa part de venir ce soir, dis-je.

— Oui. Elle adore prendre soin de moi. Agnès est dans ma compagnie depuis que je l’ai lancée il y a une dizaine d’année. C’est une perle. Tu veux regarder un film?

Je hochai la tête et nous montâmes dans sa chambre. Il sortit une pochette de films et me la donna. Je l’ouvrit et en feuilletai les pages. Je tombai sur Sommet de Dante. Je lui donnai le disque et il le mit dans le lecteur DVD. Je me lovai dans ses bras, ôtant mes pantoufles d’un coup de pied. Patrick nous couvrit avec une couette moelleuse et je soupirai d’aise. Ma main droite caressa son torse et son ventre sous son chandail. Il soupira de contentement. Je descendis plus bas, laissant les poils de son bas-ventre me chatouiller les doigts. Je descendis encore, et j’effleurai son sexe du bout des doigts. Il était chaud et doux. Je l’empoignai et le caressai tout en douceur. Patrick gémit et m’embrassa. Je passai ma tête sous la couette et sortit son sexe, pour ensuite le prendre dans ma bouche.

— Oh oui, gémit mon amoureux. Suce-moi.

Je léchai la base de son gland, avant de prendre son sexe démesuré dans ma bouche. Je sentis ses mains appuyer sur ma tête afin de sucer plus en profondeur. Je le branlai doucement d’une main et de l’autre, je massai ses bourses. Ses gémissements se faisaient de plus en plus fort. Il me prit la tête, pour ensuite m’allonger sur lui. Ses mains malaxèrent mes fesses tout en douceur, avant de s’insinuer entre elles. Il testa à nouveau l’élasticité de mon anus, et je m’offris pleinement à sa caresse. Il me pénétra avec un doigt, puis un second. Mes gémissements allèrent crescendo, et, alors qu’il poussait ses doigts au plus profond de mon anus, je jouis intensément. N’ayant pas encore jouit, il nous fit rouler, et je me retrouvai sous lui. Il retira ses doigts de mon petit trou, prit le plug dans le tiroir de sa table de chevet et me l’enfonça dans l’anus, avant de me pénétrer tout en douceur. J’eus alors le même sentiment d’être remplie qu’il y a quelques jours à peine. Il adopta un rythme lent, s’appuyant sur ses bras et ses genoux plutôt que sur moi. Ses coups de boutoirs étaient intenses, mais restaient lent. Ils m’emmenaient toujours de plus en plus haut. Mes mains se posèrent sur ses fesses, afin de lui faire prendre un rythme plus accéléré. Il s’exécuta et passa une main entre nous deux, avant de titiller mon clitoris. Je jouis presque immédiatement, dans un hurlement presque libérateur. Tout mon stress et mes angoisses s’évacuèrent dans ce cri, me laissant pantelante, et étonnement légère. Je ne m’étais pas rendue compte que les évènements des derniers jours, m’oppressaient de la sorte. Patrick jouit lui aussi, en hurlant mon nom, me pressant contre lui comme si j’étais sa bouée de sauvetage. C’était ce que j’étais en fait. Tout comme lui était la mienne. Nous étions deux naufragés qui venaient d’apercevoir une bouée. La bouée qu’ils avaient tous deux cherchés depuis dix ans et qu’ils n’avaient pas réussis à retrouver depuis tout ce temps. Nous restâmes longtemps immobiles, savourant l’instant de bien-être qui suit la jouissance. Patrick éteignit la télévision, et me serra fort dans ses bras et nous nous endormîmes en quelques minutes. Je me retrouvai soudain dans le chalet, devant Caroline Quincy et Sawyer qui pointait son arme dans ma direction. Cependant, ce n’était pas l’agent Messier qui était allongé sur le sol, mais mon amoureux. Il n’était pas seulement assommé, mais il était mort. J’essayai, de me sauver comme la dernière fois, mais il me tira une balle dans la jambe. Je m’effondrai, et il se jeta sur moi, tout comme Caroline. Ils m’étranglèrent tous les deux et…

Patrick me secoua doucement.

— Jessie! Réveille toi!

Terrifiée par mon cauchemar, j’ouvris les yeux. La première chose que je vis, fût un Patrick soucieux.

J’éclatai aussitôt en sanglots. Mon amoureux me serra dans ses bras, me murmurant des mots en créole, jusqu’à ce que mes larmes se tarissent et que mes sanglots cessent.

— J’ai rêvé que tu étais mort, dis-je simplement.

— Chut… Je suis là. Tout va bien, me répondit-il. Rendors-toi.

Je m’allongeai à nouveau dans ses bras, et je sus presque immédiatement que je ne réussirais pas à me rendormir immédiatement. Je me concentrai sur le battement du coeur et de la respiration de mon amoureux, exhortant mon corps à se détendre. Je me rendormis d’un sommeil agité, alors que le soleil était presque levé. Je me réveillai vers midi, aussi épuisée que si je n’avais pas dormi. Patrick me regarda, inquiet, en me tendant un bol de café au lait.

— Tu veux qu’on aille voir un médecin? Qu’il puisse te prescrire quelque chose pour dormir?

Silencieuse, je hochai la tête entre deux gorgées de café, alors qu’il déposait devant moi une assiette de

fruits et un bol de yaourt à la vanille. Je posai mon bol de café vide, et m’emparai d’une fraise, que je mordillai distraitement. Elle était juteuse et sucrée. Une fois le petit déjeuner terminé, je passai un pantalon noir et un chemisier bleu pastel. Patrick, lui, passa un jean bleu foncé, et un chandail à col roulé noir. Nous descendîmes au stationnement sous-terrain, où le gardien qui était là le soir de mon arrivé, nous salua d’un signe de tête. Nous montâmes dans la voiture de Patrick, qui nous conduisit à l’hôpital, où nous revîmes le docteur Laramée.

— Bonjour mademoiselle! Vous avez une mine affreuse. Que puis-je faire pour vous?, me demanda-t-il.

— Je fais des cauchemars. J’aurais besoin de quelque chose pour m’aider à dormir.

— Je peux vous prescrire de la benzodiazépine. C’est un somnifère puissant, qui devrait faire l’affaire.

S’emparant d’un bloc de prescription, il griffonna quelques secondes, avant de me tendre la feuille.

— C’est une prescription pour un mois, à prendre au besoin. Vous reviendrez me voir par la suite, et on avisera.

— Merci Docteur, dit Patrick.

Il m’aida à me lever, et nous nous rendîmes à la pharmacie. Une fois la boîte de comprimés récupérée, nous rentrâmes à la maison.

— Tu veux en prendre maintenant?, me demanda Patrick.

Je hochai la tête, complètement épuisée. Mon amoureux regarda la posologie, et me tendit un comprimé, avec une bouteille d’eau. J’avalai le comprimé avec une gorgée, avant de monter à la chambre, Patrick sur les talons. Je m’allongeai par-dessus la couette, tandis qu’il me borda avec la couverture de ma grand-mère,

et me donnait mon ourson. Puis, il se coucha près de moi. Je serrai mon ourson contre moi, puis, je me laissai bercer par les battements de coeur et la respiration de mon amoureux, puis, le somnifère agit, et je sombrai dans un profond sommeil, dénué de rêves.

Récit #123 – Les retrouvailles – Chapitre deux – Du boulot à l’hôpital

20624583_10156428738059838_406399736_n

Je me réveillai tôt, prisonnière d’un enchevêtrement de bras et de jambes bicolore. Je tournai légèrement la tête dans la direction de Patrick qui dormait encore à point fermé. Je posai un léger baiser sur le bout de son nez et me tortillai en douceur pour m’extirper du lit sans le réveiller. Il gémit et se retourna sans se réveiller. Je descendis l’escalier et entrai dans la salle de bain. J’avais l’impression d’avoir couru plusieurs marathons d’affilé, tellement j’étais raide et courbatue. Entrant sous la douche, j’ouvris l’eau chaude et laissai le jet masser et détendre mes muscles raides. Je m’emparai du savon de Patrick et me lavai les cheveux. Une fois sortie de la douche, je m’enveloppai dans une serviette moelleuse. J’essuyai ensuite le miroir, examinai mon reflet et me souris à moi-même. J’étais heureuse d’avoir retrouvé l’homme que j’avais aimé, il y a de cela plusieurs années. L’oeil malicieux, je m’emparai de sa brosse à dent sur laquelle je mis du dentifrice. Une fois mes dents brossées, je passai à nouveau la chemise de mon amoureux et je

me dirigeai à la cuisine. Je commençai à préparer le petit déjeuner. Ce ne fût que lorsque je finissais de couper les oignons pour une omelette, qu’il me rejoignit à la cuisine.

— Bonjour mon amour!, me lança-t-il tout joyeux. Bien dormi?

— Merveilleusement bien, répondis-je. Tu as le temps de passer sous la douche. Ce sera prêt quand tu sortiras. Il alluma la chaîne stéréo au-dessus du frigo et la chanson are you ready? De three days Grace emplit la pièce. Je me mis à danser tout en fouettant les oeufs. Je les versai dans la poêle avec les légumes et mis le

pain à griller. Quelques minutes plus tard, Patrick sortit de la salle de bain, une serviette enroulée autour de la taille. Je plaçai devant lui une assiette fumante d’omelette ainsi que deux tranches de pain grillé, puis, je lui versai un grand verre de jus d’orange. Je m’en versai un également et m’installai à côté de lui pour manger mon petit déjeuner.

— Hummmm, dit-il. C’est délicieux mon amour. Merci.

Je lui souris en enfournant moi-même une bouchée. Une fois le petit déjeuner terminé, Nous nous habillâmes pour aller travailler. Nous prîmes l’ascenseur pour rejoindre sa voiture. Une fois dans le stationnement sous-terrain, le gardien de sécurité vint à notre rencontre. Ce n’était pas le même homme que la veille. Celui-ci était plus grand et costaud, quoi que, d’un certain âge.

— Bon matin Patrick, dit-il d’un ton joyeux.

— Bonjour Albert!, répondit mon amoureux. Laissez-moi vous présenter Jessie.

— Bonjour, dis-je timidement.

— Elle est très jolie. Prends soin d’elle et elle te le rendra au centuple, dit Albert en me prenant la main,

sur laquelle il déposa un doux baiser.

— C’est promis Albert. Bonne journée!

Albert nous salua d’un signe de tête avant de retourner à son poste. Quant à nous, nous montâmes dans la voiture et sortîmes du garage. Patrick alluma la radio et, à ma grande surprise, je reconnus les premières notes de, just give me a reason de pink. Je m’emparai de la main de Patrick et la serrai. Il me sourit tendrement avant de reporter son attention sur la rue. Nous arrivâmes au bureau en quelques minutes. Une fois dans le bâtiment, la secrétaire que j’avais vu la veille vint lui donner ses messages.

— Une des candidates qui est venue passer les entrevues d’hier est ici pour vous voir. Elle est dans la salle d’attente. J’ai insisté pour lui dire que vous aviez déjà trouver, cependant, elle insiste.

— Je m’en occupe. Merci beaucoup.

La secrétaire hocha la tête et retourna à son bureau. Nous passâmes devant la salle d’attente et nous reconnûmes la femme qui nous avait menacer la veille.

— Mademoiselle, dit Patrick d’un ton sec et autoritaire. Votre présence n’est plus requise ici! Si vous refusez de partir, je vais devoir appeler les autorités.

— Je veux passer cette entrevue!, s’obstina la fille. C’est injuste de lui avoir donner le poste sans nous avoir tous vu! C’est de la discrimination, du favoritisme!

— ÇA SUFFIT!, hurla Patrick. Je vous le répète mademoiselle, veuillez quitter cet immeuble, et ne plus jamais y remettre les pieds. Poussant un hurlement de rage, elle se jeta sur moi, me projetant violemment au sol, où je me frappai la tête avec force. Elle me frappa au visage à plusieurs reprises, et me tira les cheveux.

— Salope! C’était pour moi ce job! T’avais pas le droit!

Patrick la souleva comme si elle ne pesait pas plus qu’une plume et l’éloigna de moi. Mon nez saignait abondamment, ma lèvre était fendue et j’avais très mal à la tête.

— VOUS ÊTES DEVENUE FOLLE OU QUOI?, cria Patrick à la fille.

La sécurité arriva, avec sur leurs talons, la secrétaire.

— J’ai entendu du grabuge, dit-elle pour se justifier. J’ai préféré appeler la sécurité.

— Appelez la police, nous allons porter plainte pour voie de fait. Vous apporterez aussi de la glace s’il-vous plaît.

La secrétaire s’éloigna en silence. Les gardiens de sécurité avaient à peine esquisser un geste vers celle qui m’avait agressée qu’elle fit volte-face et se mit à courir. Les gardes restèrent figés quelques secondes, puis partirent à sa poursuite, mais revinrent quelques minutes plus tard, bredouille. Quant à moi, Patrick m’aida à me relever et appliqua la glace que sa secrétaire avait envelopper dans un mouchoir de tissu.

— Tu vas probablement avoir besoin de points de suture pour ta lèvre, me dit-elle.

— Nous allons aller à l’hôpital. Appelez-nous un taxi.

Le gardien de sécurité le plus jeune lança les clés de sa voiture à Patrick en disant :

— Prenez la mienne, c’est un jeep noir. Il y a le plein.

— Merci beaucoup, dit Patrick en souriant.

Puis, il m’aida à me lever, ne sachant pas si il fallait me porter, ou me laisser marcher. Il eut la réponse lorsque je fus prise d’un étourdissement et manquai de m’effondrer sur le sol. Il me souleva alors dans ses

bras.

— Comment tu te sens?, me demanda-t-il.

— J’ai mal à la tête et je suis étourdie.

Nous sortîmes de l’immeuble, escortés par les agents de sécurité. Une fois rendu à la jeep, Patrick me déposa pour ouvrir la portière. Je n’eus que le temps de me retourner que je vomis copieusement mon petit déjeuner.

— Vous feriez mieux de vous dépêcher de l’emmener à l’Hôpital, dit le plus vieux des deux agents de sécurité. Elle a dû se cogner la tête violemment sur le sol.

Patrick m’aida à monter sur le siège avant. Le jeune gardien me tendit un seau qu’il conserve dans son coffre. Je le remerciai d’un pâle sourire et il referma la portière. Patrick s’installa au volant et démarra en trombe. Un peu plus tard, sur la route, Un policier nous intercepta. Voyant mon état, il se renseigna sur mon état :

— Vous allez bien mademoiselle? Qui vous a fait ça?

— Écoutez monsieur l’agent, ce serait trop long à expliquer pour l’instant. Escortez nous jusqu’à l’hôpital et je vous expliquerai sur place d’accord?

— Bien sûr, accepta le policier.

Nous fûmes à l’hôpital en quelques minutes. Je me sentais tellement mal que je manquai m’assoupir à plusieurs reprise. Patrick me secouait pour que je reste éveillée. Il me prit dans ses bras et nous entrâmes, le policier sur les talons, à l’urgence. Je fus rapidement prise en charge par un médecin, tandis que Patrick

expliquait ce qui m’était arrivée, et décrivait la fille qui m’avait agressée.

— Vous permettez que je reste? J’ai fini mon service.

— Bien sur, acquiesça Patrick. C’est gentil de votre part.

Ils patientèrent environ 30 minutes quand un médecin vint les voir.

— Bonjour, je suis le docteur Laramée. Jessie a fait une légère commotion cérébrale dû à un choc à la tête. Nous lui avons donné un calmant pour la douleur, elle se repose.

— Pouvons-nous la voir?, demanda Patrick.

— Bien sûr, suivez-moi. Elle est groggy pour l’instant. Nous allons la garder en observation pour la journée. Elle devrait pouvoir sortir ce soir si il n’y a pas de complication. Elle devra être réveillée à toute les heures pour les 24 prochaines heures. Au moindre signe d’étourdissement ou de nausée, il faudra la ramener ici.

Le médecin poussa le battant de la salle d’examen et s’effaça pour laisser passer Patrick ainsi que le policier, puis, leur emboîta le pas. Il prit mes constantes et quitta la pièce, adressant un dernier regard rassurant aux deux hommes qui m’accompagnaient.

— Je vais appeler le poste, dit le policier. Qu’ils envoient des hommes. Qu’ils restent à l’entrée de la chambre en permanence. Il prit son portable et quitta la pièce. Patrick me prit la main et posa un baiser sur le bout de mes doigts.

— Mon amour, je suis tellement désolé…

— Non je vais bien, dis-je d’une voix pâteuse pour le rassurer. J’ai eu de la chance que tu interviennes à temps.

Le policier, de retour dans la pièce, vint vers moi et me dit:

— Deux hommes viennent monter la garde. Un restera dans la pièce avec toi, et l’autre restera cantonner à la porte de ta chambre. J’ai demandé à ce que tu aies une chambre privée. Des médecins viennent te transférer aux soins intensifs jusqu’à ce soir. Tu y seras placée sous le nom de jeune fille de ma mère. Les autres policiers arrivèrent au bout de quelques minutes, accompagnés par des brancardiers vinrent pousser mon lit jusqu’à l’ascenseur. Je me laissai guider, me contentant de regarder passer les néons du plafond. Une fois rendus à ma chambre, on me coucha dans mon nouveau lit et on me borda.

— Monsieur l’agent, dis-je d’une voix faible.

Il se pencha sur moi et attendit la suite.

— Quel est le nom de jeune fille de votre mère?

Le policier sourit et répondit:

— Sawyer.

— Merci beaucoup Sawyer, dis-je avant de sombrer dans un sommeil médicamenteux.

Sawyer s’adressa à Patrick :

— Si vous le permettez, Je vais rentrer chez moi, prendre une douche. Je suis de service depuis hier après-midi. J’aimerais revenir ensuite.

— Bien sur, je vous en prie, répondit Patrick. Prenez votre temps. Merci pour tout. Je n’aurais jamais cru être aussi content de me faire arrêter pour excès de vitesse.

Les deux hommes éclatèrent de rire, ce qui me fit gémir dans mon sommeil. Les deux hommes se firent signe de la main et Sawyer quitta la pièce. Patrick, quant à lui, se contenta de me tenir la main, tout en chantant des chants créole de sa voix douce et apaisante. Le Docteur Laramée revint au bout d’une heure

et me réveilla. Il me demanda mon nom, la date et mon adresse. Je répondis d’une voix endormis, avant de

sombrer de nouveau. Sawyer revint deux heures plus tard, habillé en civil. Il portait un costume gris avec une chemise bleue, son veston était ouvert et on pouvait distinguer les étuis de ses armes.

— Comment elle va?, demanda-t-il à Patrick.

— Le docteur Laramée vient de la réveiller et elle était encore bien orientée, donc, tout va bien pour l’instant. Vous voulez un café?

— Bien sûr, répondit Sawyer.

Patrick sortit de la pièce et se figea. La femme se tenait au comptoir, se renseignant à mon sujet.

— Sawyer, chuchota Mon amoureux. Elle est ici. Elle est au comptoir.

Le policier se leva et alla rejoindre Patrick et détailla la femme du regard. Elle portait un jean délavé, un haut jaune pastel et ses cheveux étaient détachés, tombant en vague dans son dos.

— Elle s’appelle Caroline Quincy. Elle est recherchée pour instabilité mentale. Son psy ne l’a pas vu depuis plusieurs mois, alors qu’elle état supposée s’y rendre une fois par semaine. Elle est en vadrouille depuis décembre. On avait pas encore réussis à mettre la main dessus. Elle est bipolaire à tendance maniaco-dépressive.

— Elle est venue postuler pour un poste d’infographiste pour ma compagnie. Expliqua Patrick à voix basse.

Sawyer fit signe au policier dans la pièce. Ils sortirent de la chambre sans faire de bruit, puis, se dirigèrent vers le bureau d’accueil. Caroline les vit et se mit à courir vers la sortie. Les deux policiers la poursuivirent, mais, elle fut plus rapide qu’eux. Elle sembla avoir disparue une fois dehors. Sawyer prit son portable et passa un appel.

— Envoyez du renfort. Il s’agit de Caroline Quincy. Elle vient de nous filer entre les doigts… Elle est venue à l’hôpital… J’en sais rien. Elle est de moins en moins prudente. Elle va finir par commettre une erreur. Je retourne au près de la victime.

Il raccrocha.

— Je vais remonter. Vous, attendez les renforts et fouillez les moindres recoins de l’immeuble et des environs.

— T’inquiète pas Sawyer. On va mettre la main dessus.

Sawyer ne répondit rien mais hocha néanmoins la tête, puis, il remonta vers ma chambre. Une fois de retour, il annonça la mauvaise nouvelle à mon amoureux.

— Ce qui rend cette fille très dangereuse, c’est qu’elle semble disparaître comme par magie chaque fois qu’on est sur le point de la coincer. Elle va finir par faire une erreur et cette fois, on l’aura. Patrick allait lui répondre mais il fût interrompu par son portable. Il s’éloigna pour ne pas me réveiller et répondit :

— Allô? Je suis encore à l’hôpital… Elle va bien. Elle dort pour l’instant… Annulez tous mes rendez-vous

pour les prochains jours et fermez le bureau jusqu’à nouvel ordre. Votre semaine de salaire vous sera quand même entièrement versée… Oui je sais, c’est un gros client… Non je ne peux vraiment pas faire autrement… Si vous voulez un petit conseil, partez voir votre famille pendant une semaine ou deux. Je vous contacterai si il y a du nouveau… Vous aussi soyez prudente. Il raccrocha.

— C’était Agnès, ma secrétaire. Elle voulais avoir des nouvelles.

— Vous aussi, vous feriez mieux de partir. Vous ne devriez pas retourner chez vous, dit Sawyer. J’ai une maison d’été si vous le souhaitez. Ce n’est pas le grand luxe, mais vous devriez vous en accommoder pour quelques jours.

— Pourquoi faites-vous tout ça pour nous Sawyer?, demanda Patrick.

— Parce que j’aurais aimer, il y a quelques années, que l’on fasse la même chose pour moi. On a arrêter un homme un jour. Il venait de commettre une série de viol. Il a été relâché en attendant son procès. Un soir, alors que je terminais mon service et que je m’apprêtais à rentrer chez moi, il s’y est introduit et il a violer et tuer ma femme. Il s’apprêtait à faire la même chose à ma fille de seize ans. Je l’ai abattu d’une balle dans la tête. Depuis, ma fille a maintenant 23 ans et continue de faire des cauchemars à toutes les nuits. Elle n’est plus la même depuis que c’est arrivé.

— Je suis sincèrement désolé Sawyer, dit Patrick.

— Voilà pourquoi je vous aide de cette manière. Je n’ai pas pu le faire pour ma famille et personne ne l’a fait pour nous.

— J’apprécie que vous le fassiez. Vraiment.

Le médecin entra de nouveau dans la chambre pour prendre mes constantes et me réveiller. Pour vérifier que j’étais toujours orientée. Cette routine se déroula durant quelques heures. L’un des collègues de Sawyer revint faire son rapport et je les entendis parler entre deux moments d’inconscience :

— Nous avons regardé partout, à l’intérieur du bâtiment, comme à l’extérieur. Nous n’avons rien trouver. Elle s’est de nouveau volatilisée. Elle a le don de disparaître.

— Continuez les recherches, ordonna Sawyer. Elle ne peut pas être bien loin.

Je n’entendis malheureusement pas la suite de la conversation car je sombrai à nouveau dans l’inconscience. Je m’éveillai peu de temps après, parfaitement alerte et affamée, quoi que encore un peu vaseuse.

— Mon amour! Comment tu te sens?, me demanda Patrick.

— Un peu vaseuse à cause des calmants. Mais la douleur est moins forte. Je me sens moins étourdie aussi.

Quelle heure il est?

— On est vers la fin de l’après-midi. Je vais chercher le docteur Laramée.

— Laissez Patrick, intervint Sawyer. J’y vais. Restez auprès d’elle.

Quelques minutes plus tard, le policier et le médecin firent irruption dans la pièce.

— Comment vous sentez-vous mademoiselle? Faible? Nauséeuse? Étourdie?

— Non pas du tout. Disons vaseuse et affamée.

— Ah bien! C’est bon signe. Nous allons vous apporter quelque chose de léger à manger. Si vous le gardez, nous vos donnerons votre congé.

Le médecin sortis de la pièce. J’eus un plateau environs une heure plus tard. Il était composé d’un bol de soupe au boeuf avec des légumes, d’un petit pain, un emballage de poires en quartier et un jus de fruit. Je m’emparai de ma cuillère et décidai de commencer par le dessert. Lorsque j’eus terminer mon maigre

repas, je repoussai mon plateau, étrangement repue.

— Quels sont les plans pour les prochains jours?, demandais-je.

— Je vous accompagne à ma maison d’été, répondit Sawyer. C’est en dehors de la ville et vous y resterez pour quelques jours.

— Et pour la fille qui m’a agressée?

— Elle s’appelle Caroline Quincy. Elle est activement recherchée présentement.

Il hésita un court instant avant de poursuivre:

— On va tout faire pour essayer de la retrouver.

— Qu’est-ce que vous ne me dites pas?

— Rien…

— Si… Vous me taisez un détail.

Sawyer soupira et dit :

— Elle s’est présentée ici. Elle était à l’accueil et Patrick l’a reconnue alors qu’il allait nous chercher du café. Nous avons essayé de la rattraper, mais elle a réussis, on ne sait comment, à nous filer entre les doigts.

Je soupirai et me laissai retomber sur mes oreillers non sans lâcher un gémissement de douleur.

— Vas-y doucement mon amour, intervint Patrick.

— J’aimerais me reposer encore un peu. Tu veux bien chanter pour moi?

Mon amoureux m’embrassa sur la tempe gauche et commença à chanter les chants créoles qu’il m’avait chantés un peu plus tôt. Je somnolai une trentaine de minutes et fus réveillée par le médecin qui venait pour signer ma permission de sortie. Une fois dehors, je me cramponai aux bras de mon fauteuil roulant. Nous ne reprîmes pas la jeep comme je le pensais, mais une Cadillac XT5 de couleur noire. Patrick me souleva et m’installa sur la banquette arrière et attacha ma ceinture.

— Tu sais, je peux le faire moi-même, dis-je en riant.

Pour toute réponse, il m’embrassa tendrement. Il alla ensuite s’installer sur le siège avant à côté de Sawyer qui mit le contact et se mit en route. Nous roulâmes quelques minutes en silence quand le portable de Patrick sonna.

— Allô?… Ha oui! Vous avez fait vite… Parfait merci.

Il raccrocha.

— C’était les déménageurs. Tes effets personnels sont rendus chez moi.

— Merci, dis-je simplement.

Le reste du trajet se fit en silence. La nuit était tombée lorsque nous arrivâmes à destination. Il faisait exceptionnellement froid et humide pour une nuit de mai et je frissonnai. Sawyer déposa son veston sur mes épaules. L’allée n’était pas pavée, mais de terre battue. La maison était faite de pierre des champs avec un balcon en chêne massif. La maison semblait grande et accueillante. Nous entrâmes et Sawyer se dirigea vers la cheminée dans laquelle il jeta plusieurs bûches et du papiers journal. Puis, un feu ronfla bien vite dans la cheminée. Il sortit de nouveau à l’extérieur pour aller fouiller dans le coffre de la voiture et revint avec plusieurs sacs de provision.

— Avec ça, on en aura pour plusieurs jours. Je reste avec vous cette nuit. Demain matin, nous irons pêcher sur le lac près d’ici. Jessie, installe toi sur le divan pour l’instant. Tu dois restée sous surveillance pour les prochaines heures. Nous nous relayerons pour te réveiller régulièrement. Patrick me borda et je m’endormis à la lueur dansante des flammes, tandis que lui et Sawyer discutaient entre eux.

— Je ne suis pas revenu ici depuis que ma femme a été… C’est ici que c’est arrivé. Depuis, ma fille et moi évitons soigneusement cet endroit. Nous ne pouvons pas nous résigner à vendre cette maison. Ma femme l’adorait. C’est une partie d’elle.

— Je comprends, répondit Patrick.

Je Bougeai et gémis dans mon sommeil. Mon amoureux posa sa main sur mon front, ce qui m’apaisa aussitôt et me fit sourire rêveusement.

— Vous vous êtes connus comment tous les deux?, demanda Sawyer à Patrick.

— Dans une bibliothèque municipale. Elle était réticente au début je l’avoue. On est allés boire un verre, et je l’ai raccompagnée chez elle. Elle avait un copain dans ce temps là, et elle n’avait jamais été infidèle. J’y suis retourné tôt le lendemain matin. Elle m’a ouvert et une fois entrer, on s’est regardés et embrassés. Elle tremblait comme une feuille. On a fait l’amour ce matin là et puis nous nous sommes revus tous les matins. Elle n’a malheureusement connu que mon prénom.

— Votre relation a durer combien de temps?

— Pas assez longtemps, intervins-je d’une voix endormie.

Patrick sourit et me prit la main.

— Tu devrais dormir mon amour, me dit-il.

— J’ai dormis toute la journée. Maintenant, j’ai un peu faim.

Sawyer m’aida à m’assoir et se dirigea vers la cuisine.

— Qu’est-ce que tu aimerais manger?, me demanda-t-il.

— Quelque chose de simple.

— Une bonne crème de poulet avec du pain?

— Oui, s’il vous plaît.

À ma grande surprise, une fois la soupe dans le chaudron, il le déposa sur les braises.

— La maison n’a pas été réapprovisionnée en gaz depuis 7 ans. Vous devrez cuisiner de cette manière.

— Aucun problèmes, dit Patrick.

La soupe fût bientôt prête et Sawyer nous servit trois bols, que nous dégustâmes avec une tranche de pain et un bout de fromage. Le reste de la nuit fût consacrée à discuter, jouer aux échecs et à somnoler. Le lendemain matin, Sawyer nous tira du sommeil très tôt. Nous nous dirigeâmes vers l’arrière de la maison où se trouvait une forêt qui descendait en pente raide. Nous descendîmes un escalier de bois, jusqu’à un lac. Un quai ballotait devant nous, au gré des vagues. Les cannes à pêches nous y attendaient déjà, ainsi qu’une boîte de vers de terre. Nous pêchâmes tout l’avant-midi, profitant de la quiétude du lac. Nous attrapâmes 10 poissons en tout. Sawyer s’occupa de les nettoyer et les fit cuire pour le dîner. Le portable de Patrick sonna et il répondit :

— Allô?… Expliquez-lui que je ne peux pas faire autrement… Avec ce qui est arrivé, je ne veux pas la laisser seule… Oui je sais, il ne faudrait pas qu’ils aillent voir une autre compagnie, ce sont nos plus gros clients… Bon, bon ok. C’est d’accord. Arrangez un rendez-vous pour cet après-midi. Il raccrocha et me dit:

— Il faut que je m’absente. Notre plus gros client veux me rencontrer. Je voudrais bien rester mais il est le budget de notre entreprise à lui seul.

— Je comprends. Il faut que tu y ailles. Je suis en sécurité ici. Personne ne sait où on se trouve.

— Je vais devoir y aller aussi, je suis de service ce soir. Je vais appeler un de mes collègues qui viendra me relever ici, afin que tu ne restes pas toute seule.

Il s’éloigna pour téléphoner. Quant à moi, je me blottis sur les genoux de mon amoureux. N’ayant pas d’autres vêtements j’arborais toujours le tailleur de la veille. Patrick fit remonter sa main sur ma cuisse tout en m’embrassant dans le cou, puis, son pouce atteignit mon sexe qu’il frôla doucement, ce qui me fit gémir. Je sentais son sexe durcir sous moi. Sawyer revint vers nous, en rangeant son portable dans sa poche. Patrick retira sa main, mais me maintint sur lui afin de cacher son érection naissante.

— On peut y aller, dit Sawyer embarrassé, maintenant conscient de ce qu’il avait interrompu. Mon collègue de nuit, l’agent Messier, sera là dans environ deux heures.

Patrick me regarda fixement, visiblement hésitant à me laisser seule.

— Ne t’en fais pas, dis-je. Je ne resterai seule que deux heures. Puis il faut que tu ailles rendre la jeep à ton employé et que tu ailles à ce fameux rendez-vous. Je vais m’en sortir ne t’inquiète pas. Je m’enfermerai à double tour dans le chalet et n’ouvrirai la porte à personne, sauf à l’agent Messier.

Rassuré, mon amoureux me mit debout et se leva. Il m’embrassa ensuite longuement, puis, les deux hommes partirent en voiture. Quant à moi, je retournai dans le chalet et verrouillai la porte. Je fouillai la bibliothèque près du foyer et je pris un roman au hasard. Il était de Stephen King, un de mes auteurs favoris. Le titre, c’était misery. Il faisait partie de ceux que je n’avais pas encore lu et je m’installai devant la cheminée pour le faire. J’en était rendue au cinquième chapitre lorsqu’on frappa à la porte. Je me levai et demanda :

— Qui est-ce?

— C’est l’agent Messier. Je suis là pour remplacer Sawyer auprès de vous mademoiselle.

J’entrouvris la porte et j’aperçu un homme blond en uniforme. Il était grand, mince et il avait les yeux bleus. Je m’effaçai pour le laisser entrer, puis, retournai au salon pour poursuivre ma lecture. L’agent Messier s’installa dans un fauteuil. Dehors, le temps s’ennuageait. Un orage allait probablement éclater bientôt. Je me levai et remis des bûches dans la cheminée. Le tonnerre commença à gronder vers l’heure

du souper. L’air était lourd et chargé d’électricité. Il faisait de plus en plus sombre. J’allumai la lampe qui se trouvait près de moi mais une panne électrique se produisit. L’orage éclata à l’extérieur. La pluie tambourina sur les fenêtres et le toit. Le vent soufflait violemment, faisant trembler les murs de la maison.

Frissonnante, je me drapai dans la jetée qui se trouvait sur le dossier du divan sur lequel j’étais assise. Voyant les lumières s’éteindre, l’agent Messier se leva de son fauteuil et se rapprocha de moi, la main sur son pistolet, prêt à dégainer. Un fracas de verre brisé se fit entendre dans la cuisine. L’agent Messier se rendit sur place et vit que la fenêtre de la porte était fracassée par une branche d’arbre, qui avait été portée par le vent violent à l’extérieur. Soudain, il reçut un coup de chaudron sur la tête, qui le fit s’effondrer au sol. Alertée par le bruit, je vins voir ce qui se passait. Je fus pétrifiée de peur, lorsque je reconnus Caroline Quincy au milieu de la cuisine, un chaudron à la main, le policier, assommé, allongé près d’elle.

— Bonsoir, me dit-elle simplement.